Info

Fair-play financier: le PSG dément "être prêt" à se séparer de Mbappé ou Neymar en cas de sanctions

Le duo de star du PSG, Neymar et Kylian Mbappé, affiche sa complicité après le but du premier contre Liverpool au Parc des Princes, le 28 novembre 2018
Le duo de star du PSG, Neymar et Kylian Mbappé, affiche sa complicité après le but du premier contre Liverpool au Parc des Princes, le 28 novembre 2018
afp.com - Geoffroy VAN DER HASSELT
dans

Le Paris SG dément "avec la plus grande fermeté" les informations du quotidien L'Equipe selon lesquelles il serait "prêt à perdre Kylian Mbappé ou Neymar Jr pour éviter les sanctions (du fair-play financier)", a-t-il assuré dans un communiqué publié dans la nuit de vendredi à samedi.

"Dans un article publié ce vendredi soir sur son site internet, L'Equipe ose affirmer que +le PSG est prêt à perdre Kylian Mbappé ou Neymar Jr pour éviter les sanctions (du fair-play financier)+", rappelle le PSG qui dément "avec la plus grande fermeté ces allégations totalement erronées, ridicules et uniquement de nature à recréer un climat de grandes tensions entre le club et ce média".

Le quotidien sportif fait aussi sa "une" ce samedi sur les deux stars du PSG, le champion du monde Kylian Mbappé et le Brésilien Neymar, et assure en deuxième page que leur club est "prêt à perdre une étoile".

Le club parisien reste visé par une enquête de l'UEFA concernant son respect du fair-play financier, qui interdit aux clubs de dépenser plus d'argent qu'ils n'en gagnent par leurs moyens propres.

L'organe de contrôle de l'UEFA chargé de réguler la situation comptable des clubs européens (ICFC) avait ouvert une procédure à l'encontre du PSG en septembre 2017, après le recrutement de Neymar et Kylian Mbappé pour un montant supérieur à 400 millions d'euros. Le dossier avait été classé en juin 2018 avant d'être ouvert de nouveau en septembre 2018.

Le PSG a attaqué la poursuite de cette "enquête approfondie" devant la plus haute juridiction sportive, le Tribunal arbitral du sport (TAS), alors qu'il estime avoir déjà répondu aux exigences de l'ICFC en dégageant environ 60 millions d'euros de revenus lors du dernier mercato estival.

Pour l'instant, Paris a surtout réussi à entraver à court terme l'examen de sa situation. Car désormais "il faut attendre une décision du TAS sur l'appel du PSG avant de pouvoir traiter le dossier", avait annoncé l'UEFA à l'AFP, mi-novembre.