Info

Faure (PS) craint "une fusion des électorats" LFI et RN

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure le 27 octobre 2020 à Paris
Le premier secrétaire du PS Olivier Faure le 27 octobre 2020 à Paris
afp.com - Ludovic MARIN

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a estimé mardi que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont "à l'opposé" sur le racisme mais a dit craindre en revanche "une fusion de leurs électorats".

Interrogé sur les "idées" qui seraient "partagées" par le chef de file de la France insoumise et la présidente du Rassemblement national sur Donald Trump, les vaccins, le protectionnisme ou l'Europe, le député de Seine-et-Marne a refusé sur BFMTV de "mettre sur un même plan" les deux dirigeants et leurs formations.

"Je connais Jean-Luc Mélenchon, je connais aussi celles et ceux qui l'accompagnent et je sais qu'ils sont à l'opposé de ce que défend Marine Le Pen, ils sont consubstantiellement antiracistes", a souligné M. Faure

"Je ne peux pas imaginer un seul instant qu'à un moment on ait cette espèce de fusion qu'on appelle la fusion des rouges et des bruns, je n'y crois pas", a-t-il ajouté, en estimant que "parfois il y a des points de vue qui peuvent se ressembler mais qui ne peuvent pas se rassembler".

"Je ne pense pas que celles et ceux qui dirigent les Insoumis soient en volonté et en situation un jour de rejoindre Marine Le Pen et l'inverse pareillement", a-t-il insisté.

"Je crains en revanche qu'il y ait à un moment une fusion des électorats, à force de laisser penser que l'adversaire, ce serait principalement le social-démocrate ou même le libéral", s'est-il inquiété en dénonçant une "forme de confusion organisée".

"Il y a des ennemis dans la République, il y a des adversaires et je ne les mélange pas", a ajouté M. Faure en rappelant être "intervenu à plusieurs reprises sur la République", car "les dérives sont possibles" à gauche.

"Je rappelle que nous avons un ADN commun à toute la gauche qui est la République, qui est la défense de la laïcité, qui est en fait ce que nous avons porté depuis la Révolution française", a conclu le patron du PS qui "souhaite que chacun mette la même ardeur à défendre ces valeurs".

Interrogé sur le présidentielle de 2022, M. Faure pense que la maire de Paris (PS) Anne Hidalgo, qui vient de lancer une "plateforme d'idées", "serait une excellente présidente de la République", mais il "ne sait pas si elle sera candidate" et n'accordera pas son soutien avant de savoir "qui seront les autres candidatures".