Info

FIFA : vers une Coupe du Monde de football tous les deux ans ?

Photo d'archive de l'ancien entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, salue les spectateurs à l'Emirates Stadium de Londres, le dimanche 6 mai 2018.
Photo d'archive de l'ancien entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, salue les spectateurs à l'Emirates Stadium de Londres, le dimanche 6 mai 2018.
©AP Photo/Matt Dunham
Photo d'archive de l'ancien entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, salue les spectateurs à l'Emirates Stadium de Londres, le dimanche 6 mai 2018.
Coumba Sow, milieu de terrain de l'équipe nationale Suisse (et du Paris Football Club) sourit après avoir marqué le 3ème but qualifiant son équipe face à la Lituanie pour la Couple du Monde 2023, le 30 novembre 2021 à Vilnius.

La FIFA - Fédération Internationale de Football Association - compte-t-elle organiser la Coupe du Monde non plus tous les quatre ans mais tous les deux ans ? Le sujet est évoqué ce lundi, lors d'un sommet de la FIFA, à Doha, au Qatar. En prévision, et avant de prendre une décision, l'instance internationale a demandé leur avis à près de 80.000 supporters, entre août et novembre. Et ils sont globalement favorables à l'idée que la "Coupe du Monde de football ait lieu plus fréquemment"

Le 17 décembre 2021, la FIFA a rendu public une étude, réalisée dans 140 pays auprès de personnes se présentant comme des "fans" de football, selon laquelle une majorité d'entre eux est favorable à des Coupes du Monde de football masculine et féminine plus fréquentes

Ce sondage est publié 7 mois après que la FIFA a voulu examiner la faisabilité d'une Coupe du Monde masculine et féminine tous les deux ans. C'était en mai dernier. La FIFA lance alors "le plus grand processus de consultation que le football ait jamais connu". Cette consultation, menée par Arsène Wenger (actuellement directeur du développement du football mondial de la FIFA) et Jill Ellis (double championne du monde du football féminin), doit mener à réfléchir à l'avenir du football mondial, un avenir qui reste à écrire. L'actuel calendrier international ne va pas au-delà de 2023 pour le football féminin et de 2024 pour le football masculin. À partir de ces deux années, rien n'est décidé. C'est donc le moment, selon la FIFA, de réfléchir à des changements.

Ce "dialogue ouvert" était au départ dirigé vers des acteurs du football comme les entraîneurs et les joueurs. Il a ensuite été ouvert à ceux qui contribuent à faire vivre ce sport : les supporters. Une première étude avait été menée l'été dernier sur un échantillon de 23.000 personnes, réparties dans 23 pays. Cette fois, il est de près de 77.000. 

Ce que disent les chiffres du dernier sondage

Ces personnes, qui sont présentées comme des passionnées de football, ont été consultées sur la question suivante [posée d'abord pour la Coupe du monde féminine, ensuite pour la Coupe du monde masculine, ndlr] : "Aimeriez-vous regarder la Coupe du Monde de la FIFA plus fréquemment (par exemple tous les deux ans), à condition que la charge de travail globale des joueurs/joueuses n'augmente pas par rapport à ce qu'elle est actuellement ?"

La majorité des supporters se prononcent en faveur d'une augmentation de la fréquence de la Coupe du monde : 
- pour la féminine    52,4% oui / 28,4% peut-être / 13,5% non / 5,7% sans avis
- pour la masculine  63,7% oui / 23,3% peut-être / 11,0% non / 2,0% sans avis

52,4% totalement favorables à la Coupe du Monde féminine plus fréquemment
52,4% totalement favorables à la Coupe du Monde féminine plus fréquemment
63,7% totalement favorables à la Coupe du Monde masculine plus fréquemment
63,7% totalement favorables à la Coupe du Monde masculine plus fréquemment

Les plus âgés sont plus réticents

On se rend compte que les supporters les plus âgés sont plus conservateurs : ils ne sont que 55% chez les plus de 35 ans à se dire en faveur d'une Coupe du Monde masculine biennale, contre 69% des 25-34 ans. 

Les plus jeunes sont plus enclins à une Coupe du Monde masculine plus fréquente
Les plus jeunes sont plus enclins à une Coupe du Monde masculine plus fréquente
On retrouve ce clivage d'âge parmi les sondés également en ce qui concerne la Coupe du monde féminine. Ils ne sont plus que 45% des plus de 55 ans à être favorables à une compétition tous les deux ans.
Pour la Coupe du Monde féminine, moins de la moitié des sondés est favorable
Pour la Coupe du Monde féminine, moins de la moitié des sondés est favorable

L'Afrique et l'Asie, les continents les plus favorables

De même, on constate que les plus favorables viennent du continent africain et d'Asie. C'est sur le continent africain que les supporters semblent le plus favorables à des Coupes du monde plus fréquentes (76 % "pour" une Coupe du monde masculine plus fréquente), suivi par l'Asie (66 %).

En Europe, on est plus réticents
En Europe, on est plus réticents
Et on ne sera pas étonné de constater le même clivage en ce qui concerne la Coupe du monde masculine. Le plus haut pourcentage de favorables se retrouve chez les membres des supporters des championnats africains et asiatiques.
En Europe, plus de réticence 
En Europe, plus de réticence 

Le top 3 des pays les plus réticents pour le Mondial masculin

Le taux de désapprobation est particulièrement important auprès des amateurs de football de trois pays européens : l'Angleterre (53 % contre une Coupe du monde masculine plus fréquente), l'Allemagne (50 %) et... la France (42 %). "Cette étude a été l'une des plus complètes jamais réalisées dans le secteur du sport mondial", déclare Peter Weber, le directeur général d'IRIS, l'organisme qui a été chargé de faire cette étude.

Pays moins enclins au changement de la coupe du monde masculine.
Pays moins enclins au changement de la coupe du monde masculine.

Le top 3 des pays les plus favorables pour le Mondial féminin

Les trois pays les plus favorables au changement de rythme pour la Coupe du monde féminine sont l'Inde, la Turquie et le Vietnam.

Les pays les plus favorables à une coupe du monde féminine tous les deux ans.
Les pays les plus favorables à une coupe du monde féminine tous les deux ans.

Les pays les plus favorables à cette idée pour le Mondial masculin sont la Turquie (87 %), l'Inde (85 %) et l'Afrique du Sud (85 %).

Les pays les plus enclins au changement de fréquence de la coupe du monde masculine.
Les pays les plus enclins au changement de fréquence de la coupe du monde masculine.

À noter que cette question a été posée avec une condition précise : "que le niveau de sollicitation des joueurs n'augmente pas ". La FIFA ajoute que "la réduction du nombre de fenêtres internationales, l’introduction d’une période de repos obligatoire et la protection de la santé et du bien-être des joueurs ont été les principaux arguments de la FIFA au cours du processus de consultation ".