Info

Frais universitaires pour les étudiants étrangers : combien ça coûte d'étudier en France et ailleurs ?

En France, les étudiants étrangers résidant en dehors de l’Union européenne payent les mêmes frais que les étudiants français et européens. Mais cela devrait changer à la rentrée prochaine. 
En France, les étudiants étrangers résidant en dehors de l’Union européenne payent les mêmes frais que les étudiants français et européens. Mais cela devrait changer à la rentrée prochaine. 
© Photo iStock / kali9

A la rentrée prochaine, la France va augmenter considérablement les frais universitaires des étudiants résidant hors de l’Union européenne. Une décision qui a soulevé colère et inquiétude parmi les étudiants étrangers qui voient leur scolarité menacée. Qu'en est-il des coûts d'inscription dans les universités des autres pays qui accueillent le plus d'étudiants ? Tour d'horizon. 
 

dans

En France, les étudiants étrangers résidant en dehors de l’Union européenne payent les mêmes frais que les étudiants français et européens. En licence, il faut compter 170 euros par an et 243 euros pour un master et un doctorat. Le gouvernement a cependant annoncé la prochaine hausse des frais universitaires pour les étudiants étrangers. Il faudra bientôt compter 2770 euros pour une année de licence et 3770 euro en master et en doctorat.

Ces chiffres ont entraîné de vives critiques notamment de la part d’étudiants africains qui représentent 42.3% des étudiants étrangers sur le territoire.
 

Malgré cette augmentation, les universités françaises restent plus accessibles que la plupart des universités étrangères.  
 

Les pays francophones ont la côte auprès des étudiants
Trois pays francophones sont dans le classement des principaux territoires d’accueil des étudiants étrangers dans le monde : la France (4e), le Canada (7e) et la Belgique (20e), selon les chiffres l’Unesco de 2015.

Des prix variables dans les pays francophones

En Belgique, les frais de scolarité dans les universités sont assez proches des prix français. Pour les Belges et les ressortissants européens, il faut compter environ 835 euros mais les étudiants étrangers résidant hors de l’Union européenne doivent s’affranchir d'un montant pouvant monter jusqu'à 4 000 euros pour une année, en fonction de la nationalité et de la situation économique de l’élève.

A l’Université Libre de Bruxelles (ULB) par exemple, un étudiant non-européen doit payer environ 4 175 euros par un an en bachelor ou en master. Cependant, les universités ont mis en place des listes de pays qui sont exemptés des frais appliqués aux étudiants internationaux. C’est le cas des “pays les moins avancés” (PMA) comme l’Afghanistan, le Rwanda, l’Ethiopie, la République Démocratique du Congo, ou de la Tanzanie.

Au Québec, les frais universitaires dépendent des établissements. Pour un Canadien, en premier cycle universitaire, il faut compter en moyenne 6571 $ soit 4 382 euros, pour l’année universitaire 2017-2018 et 6 907 $ soit 4 606 euros pour un deuxième et troisième cycle, selon Statistique Canada, l’agence nationale de statistiques. Cette même année, les étudiants internationaux ont payé en moyenne 25 180 $, ce qui représente 16 794 euros pour l’année 2017-2018 et 16 252 $ soit 10 839 euros en moyenne pour un programme de deuxième et troisième cycle.

Les ententes de coopérations internationales et bilatérales avec des pays comme l’Algérie, le Maroc, la Côte d’Ivoire permettent aux étudiants de ce pays de profiter des mêmes tarifs que les Québécois.

En Suisse, les frais s'élèvent à 500 CHF soit 442 euros jusqu’à 2 000 CHF, 1 768 euros, par semestre. Comme la plupart des universités dans le monde, certaines universités facturent des frais de scolarité légèrement plus élevés pour les étudiants internationaux. A l’Université de Neuchâtel, un étudiant suisse paye 455 euros ce qui représente 515 CHF tandis qu’un étudiant étranger paye presque 700 euros soit 790 CHF.

Des tarifs élevés dans les pays anglophones

Selon les chiffres de Campus France, les Etats-Unis sont le premier pays d’accueil des étudiants internationaux. Pourtant, les frais universitaires sont très élevés. Pour un étudiant américain, il faut compter minimum 15 000 $ c’est-à-dire 13 233 euros dans un établissement public chaque année et jusqu’à 35 000 $ soit 30 877 euros. Dans une université privée, c’est environ 50 000 $ l’année, ce qui représente près de 44 110 euros.

Pour les étudiants étrangers, les tarifs peuvent parfois être multipliés par deux. A l’Université de Los Angeles, il faut compter 16 847 $, 14 865 euros pour une année de master ou de doctorant, tandis qu’un étudiant international devra s'acquitter de plus de 31 949 $ soit près de 28 191 euros.

Au Royaume-Uni, deuxième territoire d’accueil au monde, les frais de scolarité sont aussi élevés. Un bachelor coûte 9 000 livres par an ce qui équivaut à environ 10 173 euros. Les étudiants non-européens payent quant à eux, 13 000 livres l’année, soit 14 695 euros. Des chiffres qui pourraient d’ailleurs évoluer pour les étudiants européens, avec le Brexit.