Info

France : un 14 juillet placé sous le signe de la contestation

Chargement du lecteur...

Pour son troisième défilé militaire du 14 juillet, Emmanuel Macron voulait faire la démonstration de la coopération européenne, avec à ses côtés notamment Angela Merkel.  Mais la contestation sociale a rattrapé le Président de la République française, confronté à la mobilisation des Gilets jaunes depuis des mois. Il a été accueilli par des sifflets sur les Champs-Élysées.

Spectacle ahurissant pour les badauds venus nombreux assister au défilé du 14 juillet : un homme volant au-dessus de l'avenue des Champs-Élysées. 
A bord de son Flyboard Air, le champion du monde de jet-ski Franky Zapata offre un spectacle digne des films de science fiction. 

L'engin, inventé par le pilote lui-même, pourrait avoir à l'avenir une utilité militaire. En tout cas, il a fait sensation pour le traditionnel défilé de la Fête nationale, cette année placé sous le signe de l'innovation.

Drônes, robots, armes futuristes. Les nouvelles technologies n'ont pas eu de mal à trouver leur place parmi les forces armées plus traditionnelles. 4300 militaires, 196 vehicules, 237 chevaux, 69 avions et 39 hélicoptères ont paradé en ce 14 juillet. 
 
Pompiers ou militaires : on sait ce qu'on leur doit
Emmanuel Macron souhaitait également que ce défilé symbolise la coopération militaire européenne. Neuf chefs d'États étaient conviés à la cérémonie dont Angela Merkel, la chancelière allemande.

Autre temps fort, l'hommage rendu aux blessés de guerre en écho au défilé de la Victoire ouvert, cent ans plus tôt, par les blessés de la Première Guerre mondiale.

"Quand on a un père, une mère, une épouse, des enfants qui sont là et qui ont perdu un proche parce qu'il est tombé au combat ou en opération,  qu'il soit sapeur pompier de Paris ou militaire en opération extérieure : c'est toujours bouleversant et on sait ce qu'on leur doit."
 

Les Champs- Élysées entre commémoration et manifestation


Depuis des mois l'avenue est le théâtre d'affrontements entre force de l'ordre et gilets jaunes... et en ce 14 juillet, malgré l'interdiction de manifester, des sifflets et des huées se font entendre au moment où Emmanuel Macron descend l'avenue. 

Plus tard des heurts éclatent en marge du défilé et certaines figures du mouvement des gilets jaunes sont même arrêtées. 

Ces tensions ont duré jusque dans l'après-midi. Le défilé des forces armées a laissé place à des affrontements entre les forces de l'ordre et des dizaines de gilets jaunes qui occupaient les Champs-Élysées.