Info

France : un avant-goût du débat sur le projet de loi contre le "séparatisme"

Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, prend la parole lors d'une conférence de presse à l'Elysée à Paris, mercredi, des. 9, 2020 au sujet du projet de loi <em>"séparatisme"</em>.
Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, prend la parole lors d'une conférence de presse à l'Elysée à Paris, mercredi, des. 9, 2020 au sujet du projet de loi "séparatisme".
©Charles Platiau/Pool Photo via AP

Des ténors du gouvernement français secondés par des députés LREM aguerris mais parfois divisés : revue des troupes au sein de la majorité en vue des joutes sur le projet controversé de loi "confortant le respect des principes de la République" à partir de lundi 1er février à l'Assemblée nationale.

Le locataire de la place Beauvau Gérald Darmanin et la ministre déléguée Marlène Schiappa sont en première ligne pour défendre ce projet de loi contre le séparatisme islamiste voulu par Emmanuel Macron. L'un ancien sarkozyste n'hésite pas à provoquer ses anciens camarades et peut heurter certains LREM par ses formules chocs. La seconde, venue de la gauche, est tout aussi pugnace et porte encore haut ses anciens sujets de secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations. Le duo, qui n'a pas allumé d'incendies jusqu'alors sur ce texte, ne manquera pas d'être mis à l'épreuve.

Au banc du gouvernement, sont attendus également Eric Dupond-Moretti (Justice), l'ancien avocat désormais à l'aise dans l'hémicycle pour riposter à la droite comme à la gauche, ainsi que Jean-Michel Blanquer (Education) et encore Cédric O (Numérique), pour leurs volets respectifs de ce texte tous azimuts.

  • Voir aussi : France : que contient le projet de loi contre le "séparatisme islamiste" ?
Chargement du lecteur...

Les pilotes de la majorité

L'ancien président de l'Assemblée et ex-ministre François de Rugy a dirigé sans encombre les travaux préparatoires en commission spéciale. Et dans un savant dosage des différentes sensibilités sur la laïcité, pas moins de sept rapporteurs on été désignés, qui font l'interface avec le gouvernement. Six sont des "marcheurs", emmenés par Florent Boudié, un ancien socialiste élu de Gironde décrit comme "pragmatique" et au "barycentre" du groupe LREM. 

Aux côtés de ce rapporteur général qui a aussi en charge le chapitre sur la "transparence" des cultes, des députés aux expériences et territoires variés: Eric Pouillat (Gironde) pour la partie sur l'encadrement des associations, Nicole Dubré-Chirat (Maine-et-Loire) sur la "dignité de la personne humaine", Anne Brugnera (Rhône) pour éducation et sport, Laetitia Avia (Paris) sur la haine en ligne qu'elle remet sur le métier, et Sacha Houlié (Vienne) pour le financement et la police des cultes. L'ex-magistrate et élue MoDem Laurence Vichnievsky complète le casting, pour les mesures concernant la neutralité du service public.

Des voix LREM plurielles  

Tiraillée entre les tenants d'une "laïcité de combat" et ceux ne voulant pas stigmatiser l'islam, la majorité peut-elle se fracturer ? Sur la première ligne, Aurore Bergé, elle-même présidente déléguée des députés LREM, Jean-Baptiste Moreau et encore François Cormier-Bouligeon ont des positions très fermes sur les valeurs républicaines, proches de Jean-Michel Blanquer ou Manuel Valls. Du même courant "laïcard", Francis Chouat est l'un des orateurs désignés par le groupe LREM pour ce texte. Ces députés de la tendance "dure" défendront des amendements pour étendre le principe de neutralité des services publics ou revenir sur un nouvel avantage financier accordé aux cultes. 

Plutôt à l'aile gauche, d'autres "marcheurs" tendance "flex" comme Souad Zitouni, Sonia Krimi, Saïd Ahamada, et aussi des membres du collectif social-démocrate et du parti En Commun issu de LREM, ne veulent pas d'un retour des polémiques sur le voile "chiffon rouge", et mettent en garde contre une laïcité "radicale" et une "surenchère législative". Ils entendent faire vivre la "promesse républicaine" dans toutes ses dimensions lors des débats, en attendant que l'exécutif décline son plan annoncé en faveur de l'égalité des chances.   

Le patron des députés LREM Christophe Castaner, ex-ministre de l'Intérieur, a déminé à force de réunions internes et d'avertissements à l'égard des plus remuants. L'amendement d'Aurore Bergé et Jean-Baptiste Moreau pour interdire le port du voile pour les petites filles, qui avait été retoqué pour la commission, n'a par exemple pas été redéposé pour la séance. D'après un responsable, un "point de tension" demeure pour le groupe LREM, celui de l'instruction à domicile que le projet de loi entend circonscrire. Plusieurs amendements de conciliation sont au programme.