Info

France : un plan de relance de 100 milliards d'euros

Le Premier ministre Jean Castex pendant la conférence de presse où il a presenté son plan de relance pour l'économie française, durement touchée par la pandémie de Covid-19. Ludovic Marin/AP
Le Premier ministre Jean Castex pendant la conférence de presse où il a presenté son plan de relance pour l'économie française, durement touchée par la pandémie de Covid-19. Ludovic Marin/AP

Le premier ministre français Jean Castex a presenté jeudi 3 septembre un plan de relance de 100 milliards d'euros échelonné sur deux ans. Le gouvernement entend préparer la France de 2030 et aller au-delà du seul rebond de l'économie, durement frappée par la crise provoquée par la pandémie de Covid-19. Même si sa priorité reste l'emploi.

"La France a tenu mais elle est incontestablement affaiblie", a souligné le premier ministre lors de la présentation à Paris de ce plan d'une "ambition et d'une ampleur historiques". Baptisé "France relance", le plan, qui devrait avoir un "effet d'entraînement sur le reste de l'économie", "produira des effets concrets et perceptibles pour le plus grand nombre", a promis Jean Castex, avec une "priorité absolue", l'emploi : 800.000 suppressions sont attendues en 2020. Un objectif "ambitieux mais à notre portée" : retrouver en 2022 le "niveau de richesse d'avant la crise".
 

  • 160 000 emplois en 2021

M. Castex avait fixé jeudi matin sur la radio RTL l'objectif de créer 160.000 emplois en 2021. Devant la presse, le premier ministre en a appelé "au sens des responsabilités de tous les acteurs pour que les entreprises embauchent, à commencer par les jeunes, pour que les partenaires sociaux dialoguent et trouvent des accords, pour que les collectivités investissent aux côtés de l'État (...) et pour que les ménages investissent et consomment au lieu d'épargner".

"J'appelle toutes les Françaises et tous les Français, tous les entrepreneurs, tous les acteurs à avoir confiance, non seulement dans ce plan, mais surtout dans notre pays, dans son redressement", a insisté le chef du gouvernement.
 

  • 100 milliards d'euros sur deux ans

Au total, 100 milliards d'euros sur deux ans seront injectés dans l'économie, qui devrait se contracter de 11% cette année à cause de l'épidémie de Covid-19 et du confinement décidé au printemps. L'exécutif promet une exécution sans perte de temps, à moins de deux ans de l'élection présidentielle, avec un comité de pilotage, présidé par le premier ministre, pour vérifier l'allocation des fonds et les redistribuer si certains projets prennent du retard.

Après les 460 milliards d'euros de soutien d'urgence mobilisés depuis le début de la crise, le plan de relance est un plan d'investissement sur le moyen terme, autour de trois priorités : la transition écologique, la compétitivité des entreprises et la cohésion sociale, défend Matignon.
 

  • 30 milliards d'euros pour la transition écologique
Trente milliards d'euros seront ainsi consacrés au verdissement de l'économie, "un pas de géant", a vanté la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Mais les ONG dénoncent l'absence de conditions fermes aux aides versées aux entreprises, et le numéro un d'EELV Julien Bayou un "investissement ponctuel et nettement insuffisant".
   
  • 11 milliards d'euros pour les transports
Le transport bénéficiera notamment de 11 milliards d'euros, dont 4,7 milliards pour la SNCF afin de financer le fret ferroviaire, les petites lignes et le train de nuit. Près de 7 milliards seront aussi alloués à la rénovation énergétique des bâtiments, serpent de mer des politiques écologiques, dont 4 milliards pour le parc public (écoles, universités, etc.) et 2 milliards dédiés aux ménages.

 
  • 35 milliards d'euros pour réindustrialiser les territoires
Pour réindustrialiser les territoires, le plan mise sur l'amélioration de la compétitivité des entreprises, avec 35 milliards d'euros mobilisés, dont 20 milliards pour baisser les impôts de production payés par les entreprises, malgré les protestations des collectivités qui en sont les principales bénéficiaires.

Le reste de l'enveloppe soutiendra les fonds propres des entreprises que la crise a mis à mal, ou encore subventionnera la relocalisation d'activités et l'innovation dans des secteurs d'avenir, comme l'intelligence artificielle ou le calcul quantique. Mais dans l'opposition, les patrons de LR Christian Jacob et du PS Olivier Faure regrettent que ce plan arrive "tard", près de quatre mois après la fin du confinement.
 

Résorber la dette

 

Face à cette débauche de moyens pour les entreprises, le gouvernement, qui a écarté toute mesure de relance de la consommation, car les revenus des ménages ont été préservés par le chômage partiel, veut montrer qu'il n'a pas oublié les plus modestes et tous ceux menacés de perdre ou ne pas trouver d'emploi. L'enjeu est de créer un climat de confiance, dit-on à Matignon.
 

  • 35 milliards pour la cohésion sociale et territoriale
Ainsi, 35 milliards d'euros sont dédiés à la cohésion sociale et territoriale, incluant 15 milliards pour l'emploi, dont 6,7 milliards déjà annoncés cet été pour les jeunes ou encore 6,6 milliards pour le dispositif d'activité partielle de longue durée. S'y ajoutent les 6 milliards d'investissement dans l'hôpital, ou encore la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire et les aides aux collectivités.

Sur l'ensemble du plan, 80 milliards pèseront directement sur le budget de l'Etat et viendront alourdir à court terme la dette publique, attendue déjà à près de 121% du PIB cette année.L'impact du plan sur cette dette sera "presque entièrement résorbé à partir de 2025" s'il atteint son objectif de réactivation de l'activité, a fait valoir M. Castex, en confirmant qu'il n'y aurait pas de hausse d'impôts.
 
La moitié des 80 milliards sera toutefois financée par les subventions issues du plan de relance européen et, à l'exception de la baisse des impôts de production, les dépenses engagées ne seront pas pérennes, tempère-t-on au gouvernement, même si on assume cette stratégie dépensière.
 

La nomination de François Bayrou

 

Figure historique du centre, ancien candidat à l'Elysée et fidèle soutien du président Macron, François Bayrou a été officiellement nommé jeudi à la tête d'un Haut-commissariat au Plan, a indiqué le Premier ministre Jean Castex.

"Je vous confirme que M. Bayrou a été nommé ce matin, sur ma proposition, en Conseil des ministres commissaire général au Plan", a déclaré M. Castex lors de la présentation à la presse du plan de relance de 100 milliards d'euros. 

La nomination de François Bayrou, 69 ans, scelle le retour sur le devant de la scène politique nationale du patron du MoDem et maire de Pau dont Emmanuel Macron avait vanté vendredi dernier "l'expérience", le "grand responsable politique" et l'"européen convaincu".


France : 100 milliards d'euros pour relancer l'économie
Chargement du lecteur...