Info

Gênes : l'adieu aux victimes du pont Morandi

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

C'est dans l'immense hall du parc des Expositions, à Gênes, que s'alignent les 18 cercueils garnis de bouquets de fleurs blanches. Une cérémonie sobre a rendu hommage ce samedi à une partie des victimes de l'effondrement du pont Morandi. 

dans

Une à une, les victimes ont été saluées par leurs prénoms, puis quelques rares parents se sont succédé brièvement à la tribune. Toutes en noir, certaines familles de victimes de l'effondrement du pont Morandi, dont un enfant, ont accepté de prendre part aux obsèques officielles en ce samedi de deuil national en Italie.

Le président Matarella était là et le gouvernement, aussi, était représenté. Applaudis à leur arrivée, Matteo Salvini et Luigi Di Maio, du Mouvement 5 étoiles, se sont fait discrets. Les représentants du concessionnaire du pont sont également conviés à cette cérémonie religieuse.

Une cérémonie d'adieu pour les familles et une parenthèse d'apaisement dans un climat de polémique politique sur les responsabilités du drame. "Maintenant, ils cherchent des boucs émissaires, mais malheureusement, ça ne fera pas revenir les morts," dit Guiseppe Rondinelli, ami d'une victime.

Pour autant, pas question pour certaines familles de répondre "présent" aux obsèques nationales : la moitié d'entre elles les ont boycottées. Car quatre jours après le dramatique accident du pont Morandi, la colère demeure, face au manquement des autorités à leurs obligations. "Mon fils a été tué. L'Etat a failli dans la protection des citoyens," dit Roberto Battiloro. Et sur cette défaillance des autorités, les Italiens ne semblent pas prêts à passer l'éponge.

S'il n'y a plus de disparu signalé aux autorités, les pompiers ont poursuivi leurs recherches dans l'amas de béton et de ferraille en contrebas du pont jusqu'à l'exhumation de toutes les victimes. Le bilan définitif du drame s'élève à 43 morts - après le décès d'un blessé roumain, la découverte du corps d'un ouvrier gênois dans les décombres et de trois autres victimes, un couple turinois et leur fillette de 9 ans dont la voiture a été retrouvée écrasée par un bloc de béton.