Info

"Génocide culturel" au Canada : des délégations autochtones et le pape ont parlé de "réconciliation et de guérison"

Arrivée de la délégation de la nation Métis au Vatican ce lundi 28 mars 2022 avant son audience avec le pape François.
Arrivée de la délégation de la nation Métis au Vatican ce lundi 28 mars 2022 avant son audience avec le pape François.
AP Photo/Gregorio Borgia

Le pape François vient d'entendre le témoignage de deux délégations autochtones du Canada. Cette rencontre est présentée comme "historique" pour évoquer le drame des pensionnats gérés par l’Église dans ce pays. Plus de 150 000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans ces pensionnats. Entre 4000 et 6000 y ont trouvé la mort selon une commission d'enquête nationale.

Cette visite très attendue par ces délégations doit permettre de "reconnaître la responsabilité" de l’Église. L'idée est d'arriver à terme pour ces communautés à des excuses du souverain pontife pour les violences perpétrées pendant des décennies dans ces pensionnats pour autochtones, administrés par les églises catholique et anglicane.
 



Lundi, le chef des catholiques a reçu en audience privée des membres du Ralliement national des Métis et de l'Inuit Tapiriit Kanatami. Il doit recevoir jeudi des représentants des Premières Nations avant une rencontre finale avec l'ensemble des délégations vendredi.
 

J'ai senti chez  le Pape François un certain chagrin dans ses réactions (...) Les seuls mots qu'il a prononcés en anglais ont été: "vérité, justice, réparation". Je prends cela comme un engagement personnel.
Cassidy Caron, présidente du Ralliement national des Métis,

La tenue de l'audience a été chaleureuse. "Cette homme est bon. Il m'a enlacé. J'aurais aimé connaitre un tel homme aussi bon", s'est exprimée à l'issu de l'audience Angie Crerar, 85 ans,survivante d'un de ses pensionnats où les enfants autochtones ont été enrôlés de force.
 

La délégation n’est pas venue les mains vides. L’artisan métis, Mitch Case, de Sault-Sainte-Marie en Ontario a fabriqué des mocassins brodés traditionnels rouges qui ont été offerts au pape.

Fait en peau d’élan, ces Niwiida’adoomaa ont été teintés de rouge pour représenter les souliers que portent traditionnellement les papes.

"Le pape nous a écoutés. Il a entendu trois récits parmi les nombreux que nous avons à partager" et "a hoché la tête lorsque nos survivants ont raconté leurs histoires", a déclaré à la presse Cassidy Caron, présidente du Ralliement national des Métis, à l'issue de la rencontre.

"J'ai senti un certain chagrin dans ses réactions (...) Les seuls mots qu'il a prononcés en anglais ont été: "vérité, justice, réparation". Je prends cela comme un engagement personnel", a-t-elle ajouté lors d'un point presse sur la place Saint-Pierre, à Rome.

Des excuses lors d'une visite au Canada  ?


"Nous espérons que la réponse du pape vendredi à l'audience générale montrera qu'il reconnaît ce que nous avons partagé aujourd'hui" et que "cela amènera des excuses lorsqu'il viendra au Canada", un voyage prévu mais pour lequel aucune date n'a encore été annoncée.

Plus de 150 000 enfants autochtones enrôlés de force dans des pensionnats


La découverte de centaines de sépultures d'enfants anonymes ces derniers mois a secoué le Canada et beaucoup de survivants attendent désormais des excuses du pape. En septembre, l’Église catholique du Canada a présenté des excuses officielles aux peuples autochtones.

Entre la fin du XIXe siècle et les années 1980, quelque 150.000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans plus de 130 pensionnats à travers le pays, où ils ont été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture.

Un "génocide culturel" selon une commission d'enquête nationale


Des milliers n'en sont jamais revenus - les autorités estiment leur nombre entre 4.000 et 6.000. En 2015, une commission d'enquête nationale avait qualifié ce système de "génocide culturel".