Info

"Gilets jaunes" : Edouard Philippe suspend la hausse des taxes sur les carburants

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

Le gouvernement français a donc fait marche arrière. C'est la première fois depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Son Premier ministre a annoncé une série de mesures pour mettre fin à la crise avec les gilets jaunes. A commencer par un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants. Le ton a changé.

dans

Le gouvernement, sous pression, fait volte-face. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé une suspension de 6 mois de la hausse des taxes sur les carburants. Prévue au 1 er janvier, cette hausse a été le détonateur de la crise actuelle.

Il a également indiqué que les tarifs du gaz et de l'électricité n'augmenteront pas cet hiver comme c'était prévu.

Le but : endiguer la colère des gilets jaunes ... et surtout ne pas revivre les scènes d'émeutes de samedi au coeur de Paris.

"Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l'unité de la nation, a déclaré Edouard Philippe, Premier ministre français. Je suspend pour une durée de 6 mois ces mesures fiscales elles ne s'appliqueront pas avant d'être débattues par toutes les parties prenantes. Nous voulons dans ce laps de temps identifier et mettre en oeuvre des mesures d'accompagnement justes et efficaces."

Mais pour plusieurs figures de l'opposition, ce premier geste d'apaisement du gouvernement est loin d'être suffisant.

"C'est très simple, soit le gouvernement répond par un vrai changement de cap économique et social à une crise existentielle du pays, soit c'est une simple entourloupe politique et alors le mouvement redoublera demain après les fêtes", a déclaré de son côté Nicolas Dupont-Aignan, président de "Debout la France".

"J'ai l'impression que ce gouvernement ne comprend toujours pas à qui il a à faire et qu'il essaie de gagner du temps avec des annonces qui cachent peut être une retraite annoncée, a déclaré Eric Coquerel, député "La France insoumise". Mais qui pour l'instant en tout cas ne sont pas suffisantes.  Soit il cède soit il s'en va..."

Ce mercredi 5 décembre, le Premier ministre présentera ces mesures aux parlementaires, lors d'un débat à l'assemblée nationale.

Selon un récent sondage, la cote de confiance d'Edouard Philippe est en très forte baisse et pour Emmanuel Macron elle a atteint son plus bas niveau avec seulement 23 % d'opinions favorables. Du jamais vu depuis le début de son quinquennat.

> Réaction d'un représentant des "Gilets jaunes", Kamal Amriou, ce mardi 4 décembre à 13h30 :

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE