Info

"Gilets jaunes" : le gouvernement recule, le mouvement se poursuit

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

Les "Gilets jaunes" auront fait plier le gouvernement sur un point majeur : la hausse de la taxe sur les carburants en 2019. En revanche, sur la question du retour de l'Impôt sur la fortune, Emmanuel Macron se montre inflexible. Pas question donc pour le mouvement citoyen de s'arrêter en si bon chemin.

dans
C'est un coup de poker tenté hier soir par le gouvernement. La hausse des taxes sur les carburants avait dans un premier temps été suspendue pour six mois. Elle est dorénavant annulée. Une annonce faite par le ministre de la Transition écologique, suite à une conversation avec le président Macron.

"Trois augmentations de taxe prévues au 1er janv 2019 sont annulées, a annoncé François de Rugy ministre de la Transition écologique. Le président que j'ai eu au téléphone il y a quelques minutes, m'a dit 'les gens ont eu l'impression qu'il y avait une entourloupe, qu'il y avait une suspension mais après, hop, cela reviendra après'".

Mais ce rétropédalage suffira -t-il à apaiser la fronde des "Gilets jaunes" et autres mécontents qui s'ajoutent au mouvement lycéens, chauffeurs de poids lourds, agriculteurs ? Samedi l'acte IV de la mobilisation doit se jouer et le gouvernement craint une colère incontrôlable selon les mots du Premier ministre.

Hier devant les députés Edouard Philippe présentait une déclaration sur les mesures prises en urgence comme le gel des tarifs du gaz et de l'électricité. Un Premier ministre au front pour dénouer la crise... Mais où est le président ? Lui rétorque l'opposition de droite comme de gauche. Un président très discret voire muet en public ces derniers jours

"Cédez ou partez."

"Vous avez, M. le Premier ministre avec votre gouvernement une part de responsabilité, interpelle Christian Jacob, président des députés Les Républicains. Mais le vrai responsable, il est à l'Elysée. C'est lui qui, le moment venu, devra rendre des comptes aux Français."

"Allez dire au monarque présidentiel que les gens raisonnables sont sur les ronds-points et dans les rues et qu'ils n'en partiront pas avant que vous ayez cédé pour de vrai ou que vous soyez parti, exorte Jean-Luc Mélenchon, chef de file des députés La France Insoumise. Cédez ou partez. Et comme vous partez, cédez avant."

Quant au débat sur l'ISF supprimé en décembre 2017, jugé nécessaire par le Premier ministre il n'aura pas lieu. Emmanuel Macron a tranché : il exclut de remettre en place cet impôt sur la fortune.

>> Le point sur les préparatifs pour la manifestation prévue à nouveau samedi :

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / S. Golstein, A. Langlois