Info

Gilets Jaunes : un appel à une grève illimitée dans la police

Chargement du lecteur...
Interview du policier Alexandre Langlois, du syndicat Vigi | Extrait du journal TV5MONDE de 10h, T.U du 6 décembre 2018

Sur TV5MONDE, Alexandre Langlois, du syndicat de police Vigi, explique que les policiers eux-aussi, sont solidaires des "Gilets Jaunes" sur les problématiques de pouvoir d'achat.
 

dans

Juridiquement, les policiers français disposent d'un droit de grève très encadré.
Sur une compagnie de CRS, le personnel actif, sur le terrain, n'a pas ce droit. En revanche, le personnel technique, qui lui s'occupe de la logistique peut lui faire grève, et bloquer le processus de déploiement des interventions. Alexandre Langlois, du syndicat de police Vigi annonce sur notre antenne : "Nous invitons nos collègues actifs à rembourser les frais de nos collègues techniques."

Le syndicat policier dénonce une dégradation des conditions de travail qui se traduit par des vacations de 20 heures sur une période de plus de 20 jours sans repos. Le risque de bavures est donc grand, ce qui met en danger la sécurité de la population et la carrière des policiers concernés, selon Alexandre Langlois.

Grève suspendue si...

Les policiers Vigi attendent des réponses du gouvernement avant samedi, sur des questions de paiement des heures supplémentaires, sur la baisse du carburant, sur le gel du point d'indice ou encore l'augmentation de la CSG (NDLR: la contribution sociale généralisée, qui participe depuis 1991, au financement de la protection sociale).

Les autorités françaises seraient actuellement en train de rappeler des renforts d'escadron de gendarmes mobiles pour pallier la défaillance éventuelle des policiers, lors de la mobilisation de samedi (NDLR : le 8 décembre 2018). Ces gendarmes mobiles sont confrontés aux mêmes problématiques. Ils pourraient, comme les policiers, se fondre dans la foule des Gilets jaunes.

Pas de tours de passe-passe

Comme son nom le suggère, le syndicat Vigi, reste très vigilant sur le sort et la réputation des policiers. Il attend de pouvoir négocier avec le gouvernement mais redoute un tour de passe-passe. Les membres du syndicat ont transmis leurs doléances à Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur et à Sibeth Ndiaye, chargée de la communication à l'Élysée. 

Pour l'heure. Pas de réponse.

À LIRE ÉGALEMENT
"Gilets jaunes": l'exécutif annule les hausses de taxe pour 2019
"De quoi l'Arc de Triomphe est-il le nom ? "