Info

Guyane : des forages pétroliers suscitent la polémique

Chargement du lecteur...
© TV5Monde

Le groupe pétrolier Total vient d'être autorisé à poursuivre son exploration des eaux territoriales de la Guyane française, des forages pétroliers qui commenceront à la fin de cette année, pour une période de quatre mois. Total est bien sûr satisfait de ce feu vert. Ce qui n'est pas le cas de plusieurs organisations et d'une enquête publique qui dénoncent une menace sur l'environnement.

Le travail en mer va pouvoir commencer. La compagnie française Total vient d'obtenir l'autorisation de procéder à un forage d'exploration au large de la Guyane, non loin de la mangrove, à quelques kilomètres d'un récifs coralien.

La préfecture guyanaise vient de donner son feu vert. Pourtant, depuis le 30 décembre 2017, la loi hydrocarbure interdit les forages. Sur Twitter, Ségolène Royal, l'ancienne ministre de l'écologie, s'en émeut.

Encore un grave recul. Cette autorisation je la refusais car le GIEC dit qu'il faut arrêter de prospecter les énergies fossiles. J'avais dit non au patron de Total car c'est mieux d'investir dans les énergies renouvelables. Encore un  lobby qui gagne contre l'intérêt général.
Ségolène Royal, ancienne ministre de l'écologie

En Guyane les forages en mer ont largement été rejetés. Dans une enquête en cours, 7173 avis (sur 7183) sont défavorables à ces exploitations. Un record pour ce type de consultations. 

Le permis initial de Total date de 2001, il a été renouvelé en 2017 seulement quelques jours avant l'examen de la loi hydrocarbure défendu alors par Nicolas Hulot. Un texte qui tire un trait sur ces productions de pétrole et de gaz.

Après la Conférence sur le climat de Paris, la validation de nouvelles exploitations sonne faux pour certains défenseurs de l'écologie. De son côté, Total se veut rassurant sur les conditions de production. Le forage du puits d'exploration pourrait commencer dès la fin de cette année 2018.