Info

Hongrie : Orban se veut le défenseur d'une "Europe chrétienne contre l'immigration"

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Viktor Orban a placé dimanche sa campagne pour les européennes de mai sous le signe de la défense des "nations chrétiennes" contre l'immigration associée à la violence.

 Pour lui, l'Europe, actuellement, c'est d'un coté les forces pro-immigration
et de l'autre le camp, qu'il défend, celui des nations chrétiennes contre l'immigration.
Viktor Orban veut faire de cette constation un programme pour les élections européennes du mois de juin. Dans son discours annuel sur l'état de la nation, le premier ministre hongrois a surtout présenté l'immigration comme un probleme pour la démographie.

 "Nous vivons à une époque où il y a de moins en moins d'enfants nés en Europe. Pour l'Ouest, la réponse serait l'immigration. Pour chaque enfant disparu, il devrait y en avoir un qui arrive et les chiffres seront bons. Mais nous n'avons pas besoin de chiffres. Nous avons besoin d'enfants hongrois, " a scandé devant ses partisans, le dirigeant nationaliste hongrois. Le programme d'Orban peut se résumer en trois axes : défense de l'héritage chrétien, promotion de l'identité chrétienne et soutien à la natalité.

La Hongrie est l'un des pays en Europe où l'on fait le moins d'enfants et
dans ce sens viktor orban a présenté ce dimanche de nouvelles mesures de soutien aux familles. Le pays a perdu plus d'un demi million d'actifs en 10 ans..
depuis le début de la mandature Orban. Devant le palais présidentiel à Budapest, des centaines de manifestants ont protesté pendant le discours de Viktor Orban contre sa politique, souvent accusé de porter atteinte à l'equilibre des pouvoirs en Hongrie.

"Le pays glisse vers la dictature et nous essayons de faire quelque chose contre elle avec nos humbles moyens", insiste ce manifestant. "Le plus gros problème, c'est que les Hongrois ne voient pas ce que Viktor Urban fait avec eux. Il fait du mal et ils ne le voient pas", dénonce cet autre citoyen. Des Hongrois manifestent également depuis décembre contre une nouvelle loi travail qui permettrait a un employeur en hongrie d'augmenter les heures supplementaires mais de les payer plusieurs années après qu'elles aient été effectuées.