Info

"Il faut vraiment un 'trilogue' entre l’Europe, la Chine et l’Afrique", Jean-Pierre Raffarin

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre sous Jacques Chirac et actuel président de l’ONG "Leaders pour la paix", est l’invité de TV5MONDE ce mardi 11 septembre 2018. Il revient sur la situation en Syrie, le rapprochement entre la Chine et la Russie et le renforcement des relations sino-africaines.

dans

Entre Jean-Pierre Raffarin et la Chine, le coup de cœur remonte à 1971, date de son premier voyage à Hong Kong alors qu'il était étudiant. Il est aujourd'hui le trait d'union entre Paris et Pékin.
 

Trouver un terrain d'entente pour la Syrie

Sur le plateau de TV5MONDE, il réagit tout d'abord à la situation actuelle en Syrie. La Russie et l'armée syrienne partent à la reconquête d'Idlib, dernière région syrienne aux mains des djihadistes. L'ONU craint "la pire catastrophe humanitaire" du XXIe siècle. Les Etats-Unis menacent Damas d'une réponse forte en cas d'attaque chimique.
 

La Russie a compris qu'elle avait un espace nouveau en Syrie c’est-à-dire que la Russie a pris la place des Etats-Unis.

Jean-Pierre Raffarin.

Pour l’ancien Premier ministre, les pays doivent trouver ensemble, un terrain d’entente :“Je pense que les Etats-Unis se sont un peu retirés du débat. Je vois que Trump essaye de revenir mais il faut se souvenir que quand la France a proposé une intervention, Obama n’a pas voulu suivre, c’est un moment historique très important. La Russie a compris qu'elle avait un espace nouveau c’est-à-dire que la Russie a pris la place des Etats-Unis. On est sorti du multilatéralisme, du Conseil de sécurité de l’ONU (...) On est maintenant dans un dialogue restreint avec l’Iran, la Russie, la Turquie, la Syrie. Les décisions ne sont pas multilatérales, mais plutôt unilatérales ou bilatérales donc très menaçantes, c’est pour ça qu’il y a beaucoup d’inquiétudes.

Rapprochement entre la Chine et la Russie

Actuellement président de l'ONG "Leaders pour la paix" qui prône le dialogue et le multilatéralisme, Jean-Pierre Raffarin s’apprête à s’envoler pour Xi'an en Chine où se tient dans quelques jours un Forum sur la dimension culturelle des nouvelles routes de la soie. Sur TV5MONDE, il analyse les relations Chine-Russie de plus en plus étroites. 
 

Ne laissons donc pas partir Poutine dans une stratégie asiatique. 

Jean-Pierre Raffarin.

Les deux pays affichent leur entente. Pour la première fois, des soldats chinois participent ainsi aux grandes manœuvres russes en Sibérie orientale lors du plus vaste déploiement militaire de l'histoire moderne de la Russie.

Jean-Pierre Raffarin déclare qu’il y a “un rapprochement sérieux et je pense qu’il faut veiller à ne pas systématiquement repousser Poutine dans les bras de La Chine. Il y a un climat de tension à l’est de l’Europe, il faut une grande Conférence de la sécurité, pour essayer de stabiliser, apaiser”. Il ajoute : “Ne laissons donc pas partir Poutine dans une stratégie asiatique, en oubliant la stratégie européenne, qui fait partie de l’histoire mais aussi de la géographie.

Relations sino-africaines

 

Il faut vraiment un 'trilogue' entre l’Europe, la Chine et l’Afrique pour penser ensemble à un développement. 

Jean-Pierre Raffarin.

La Chine cherche a renforcer davantage ses relations avec le continent africain selon le président de "Leaders pour la paix" : “Je pense que c’est clair que la Chine a des ambitions pour se fournir en matières premières, et c'est pour cela qu'elle veut aussi jouer la carte du développement de l’Afrique  (...) La Chine a une logique d’investissement mais notre problème, aujourd’hui, c’est de nous associer à cette dialectique (...). Ils voient bien que l'’Europe n’a plus beaucoup d’argent à distribuer. Je pense qu’il faut vraiment un 'trilogue' entre l’Europe, la Chine et l’Afrique pour penser ensemble à un développement. Nous avons une place à prendre. ”, conclut-il.