Info

Incendies en Californie : la société PG & E responsable ?

Le 8 novembre 2018 a été le théâtre de l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de la Californie.
Le 8 novembre 2018 a été le théâtre de l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de la Californie.
AP Photo/Mike Eliason

Ce dimanche 13 janvier, la société Pacific Gas and Electric a annoncé le départ de sa directrice générale. Un événement lié à la crise financière que traverse ce service public suite à sa mise en cause dans les feux de forêt en Californie et plus principalement l’incendie le plus meurtrier de l’histoire de cette région, survenu le 8 novembre dernier.

Le 8 novembre 2018, 83 personnes périssent dans ce qui est désormais reconnu comme l’incendie le plus meurtrier de Californie. Près de 14 000 habitations, 530 commerces et 4 500 bâtiments ont été entièrement détruits.  
Un événement que le président américain Donald Trump a commenté en exprimant sa "tristesse", mais surtout en pointant du doigt, avec sa logorrhée habituelle, et via son outil d’expression favori, Twitter, la mauvaise gestion des forêts par l’Etat de Californie.
 


Une réaction vivement critiquée, notamment par les pompiers californiens qui ont qualifié ce tweet de "mal informé, inopportun et humiliant pour tous ceux qui souffrent" et cette réaction comme "dangereusement fausse".

Pourtant, force est de constater que les enquêteurs ont donné raison au sulfureux président américain. La société PG & E, qui distribue de l'électricité et du gaz à 5,1 millions de clients du nord et du centre de la Californie a été mise en cause dans le départ de l’incendie du 8 novembre 2018. Et sa responsabilité est immense.

Les enquêteurs ont déterminé que les équipements de PG & E étaient responsables d'au moins 18 des 21 grands incendies de 2017 et 2018. Les départs de flammes ont été attribués au contact de lignes électriques mal entretenues avec des arbres qui auraient dû être coupés.

L'entreprise fait désormais face à de multiples poursuites judiciaires liées à ce manque d'entretien. Ce sont pas moins de 30 milliards de dollars de responsabilité civile pour les dommages causés par les incendies de forêt de 2017 et 2018 qui sont évoqués. Une somme qui dépasse l’assurance et les actifs de l’entreprise, suscitant des inquiétudes concernant l’avenir du service public.

PG & E se prépare d'ailleurs à placer toutes ses activités sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites. Geisha Williams a déclaré, avant sa démission, que ce recours au chapitre 11 n'aurait aucun impact sur les clients concernant les services de gaz naturel et d'électricité.
 

PG & E déjà condamné dans une affaire d'eau polluée

Il y a près de 20 ans, PG & E s'est engagée à nettoyer et à payer la somme record de 333 millions après avoir pollué les réservoirs d'eau potable de la ville d'Hinkley en utilisant un anticorrosif ultratoxique : le chrome 6. Une histoire rendue populaire grâce au film Erin Brockovich, seule contre tous. Aujourd'hui, le poison serait toujours là et Hinkley va bientôt perdre son unique école primaire. On lui prédit d'ailleurs un destin de "ville fantôme".

Cependant, le problème du mauvais entretien des lignes électriques perdure malgré les quelques initiatives du groupe. Il va désormais régler ce problème au plus vite car si PG & E a failli, la menace, elle, n’a pas disparu.

La Californie, terreau propice aux incendies


La Californie, victime de sécheresse chronique depuis une dizaine d’années (64% de la population, soit 25 millions d’habitants sont touchés), a connu plusieurs incendies majeurs entre 2017 et 2018.
Même si le réchauffement climatique n'est pas directement responsable des incendies selon les spécialistes, celui-ci fait du "Golden State" une région propice à la sécheresse de l'air et de la flore. Cela se vérifie tout particulièrement ces dernières années. Selon les services de secours californiens de CalFire, les cinq incendies les plus destructeurs en Californie ont tous eu lieu depuis 2015 et les causes sont multiples.

Une étude publiée par le groupe Earth Institute de l'Université de Columbia affirme que les changements climatiques liés à l'activité humaine ont multiplié par deux la surface touchée par les incendies dans l'ouest américain.
Selon l’Etat californien, si la dynamique reste inchangée, la zone touchée par les incendies pourrait augmenter de 77% d’ici à 2100.

Autre cause du caractère dévastateur de ces incendies, l'aménagement territorial : ce sont, aujourd’hui, près de sept millions de logements californiens qui se situent sur des zones sujettes aux incendies. C’est dix fois plus qu’il y a 60 ans. Des chiffres qui ne pourraient que croître d’ici à 2050. Des chiffres qui laissent craindre une montée proportionnelle des dégâts potentiels.

Pour finir, et c’est le point qui cristallise les tensions actuelles : les lignes électriques sont mal entretenues. Ces lignes à haute tension endommagées, pointées du doigt par Donald Trump sont, désormais, vues comme la cause principale des incendies en Californie, et plus précisément de l'incendie dit "Camp Fire".

Les facteurs sont donc multiples, mais sont, pour la quasi-totalité, des résultantes de l’activité humaine qui provoque l’apparition puis la propagation d’incendies à vitesse grand V dans cet état de l’Ouest américain.