Info

Inde : un million de déplacés après le déluge au Kerala

Chargement du lecteur...
Commentaire : S. GOLSTEIN / Montage : C. LANNOY

  Frappé par une mousson dévastatrice, l’Etat du Kerala dans le sud de l'Inde, fait face à une situation d'urgence. Plus de 400 personnes sont mortes et un million d’autres sont désormais sans-abri.
 

 Chandra Bose, tailleur de son état, est au bout du rouleau.
Sa maison est ici quelque part en contrebas, engloutie sous le bouillon du fleuve.
Il a perdu également aussi son outil de travail, sa machine à coudre.

« Depuis 3 ans, je vivais ici. Je me démène pour gagner ma vie. J'ai une fille qui n'a plus ses jambes. Il n'y a plus une seule trace de notre maison. On ne peut rien faire. Même les vêtements que l'on porte nous ont été donnés, et je ne sais pas ce qui va nous arriver », s’émeut Chandra Bose, victime des inondations.
 
Pour l'instant, ils sont hébergés dans une école aménagée en camp de fortune. Comme plus d'1 million de personnes laissées sans toit par cette mousson hors du commun cette année dans le Kerala.  

3000 centres d'hébergement d'urgence ont été mis sur pied, tandis que les secours poursuivent leurs allées et venues.
 

50 000 maisons détruites


« Cela fait 3 jours que l’on va chercher les gens chez eux, ceux qui ne peuvent pas se déplacer, les jeunes enfants, les personnes âgées, malades. Et on les remet à leurs familles ou on les conduit dans les centres d'hébergement », explique Pramod Philippe, le coordinateur des plongeurs professionnels du Kerala.

C’est toute une organisation qui se met en place pour parer à l'urgence de la situation. Côté sanitaire, il faut également agir vite.

 « On fournit de la nourriture et des médicaments à plus de 5000 personnes dans différents camps de fortune de la région. On prépare aussi la décrue. Il faudra désinfecter les zones inondées pour prévenir les maladies », précise Mohanan, le vice-président de l'ONG Sevabharathi Mavlikkara.

Le bilan humain des inondations au Kerala dépasse les 410 morts. Le nombre d'habitations détruites est estimé à 50 000 et la facture est évaluée à 3 milliards de dollars par les autorités locales.