Info

Irak : le Kurde Barham Saleh élu président

Chargement du lecteur...
©S.Leroyer

L'Irak a un nouveau Président. C'est le Kurde Barham Saleh qui a été élu haut la main. Un poste essentiellement honorifique dans un pays où le pouvoir est principalement entre les mains du Premier ministre. Après six mois de blocage politique, reste à former un nouveau gouvernement.

Il aura fallu deux tours au Parlement irakien pour élire le nouveau chef de l'Etat. Deux tours et de nombreux rebondissements depuis le début de cette session parlementaire lundi soir à Bagdad. Aussi honorifique soit-il en Irak depuis 2003, le poste de chef de l'Etat revient à un kurde d'après la Constitution irakienne.
 
Les résultats du second tour sont  : Barham Saleh 219 voix, Fouad Hussein 22. Conformément à l'article 70 de la Constitution, le candidat gagnant est Barham Saleh, c'est le nouveau président de la République d'Irak. 

Mohammed Al-Halbousi, Président du Parlement irakien
La victoire de Barham Saleh c'est aussi la défaite de l'ancien président du Kurdistan autonome Massoud Barzani, qui soutenait l'autre candidat. Un nouveau coup dur après l'échec de son référendum d'indépendance en 2017.

Coalition gouvernementale

Dès sa nomination le nouveau président irakien a chargé l'ancien vice-président, le très francophone Adel Abdel Mahdi de former le nouveau gouvernement irakien. Ce dernier a désormais trente jours pour créer une large coalition gouvernementale qui devra obtenir la confiance du Parlement. Ancien vice-Premier ministre irakien et ex-Premier ministre du kurdistan autonome, à 58 ans Barham Saleh a lui aussi une longue carrière politique derrière lui.
 
Je m'engage à être un président pour tous et à ne pas prendre parti pour un groupe contre un autre.  Si Dieu le veut, la présidence remplira son devoir d'accomplir les objectifs de cette Constitution qui a été acceptée par les Irakiens.

Barham Saleh, nouveau président de l'Irak
Depuis le mois de mai, le renouvellement politique impulsé par les élections législatives tardait à se mettre en place en Irak.  Barham Saleh, qui avait quinze jours pour nommer un Premier ministre semble avoir décidé de l'accélérer.