Info

Iran : après la fin des manifestations violentes, le pouvoir promet de "punir" les contestaires

Chargement du lecteur...
Loup Bureau

Cinq jours après la fin des manifestations violentes contre la hausse surprise du prix de l'essence, le pouvoir a promis une une peine sévère contre les fauteurs de troubles. Pour l'instant, le bilan officiel fait état des 5 morts mais Amnesty International avance le chiffre de 100 personnes tuées par les forces du pouvoir.

Le pouvoir a décidé de  rétabli partiellement internet tout en promettant des peines exemplaires contre les fauteurs de troubles qui ont commis des actes violents en incendiant des banques, des commissariats et des grands commerces. La République islamique dit avoir ramené le calme après plusieurs jours de troubles ayant éclaté le 15 novembre, quelques heures après cette annonce surprise de la hausse du prix à la pompe.

L'agence Fars, proche des ultraconservateurs, a affirmé dimanche que "180 meneurs des récentes émeutes ont été identifiés et arrêtés". "Notre réponse sera certainement proportionnelle à leur brutalité", a déclaré le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

"Nous les avons tous arrêtés, et si Dieu le veut, l'Autorité judiciaire les condamnera au maximum", a encore déclaré l'amiral Fadavi, en marge d'une réunion du Bassidj, corps de volontaires islamistes pouvant agir comme supplétifs des forces de l'ordre.

Le nombre total des personnes arrêtées pour leur participation à la contestation reste difficile à déterminer. Mardi, le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme avait parlé de conteste ce chiffre et avance le nombre de plus de 1000 arrestations.

Les autorités iraniennes ont fait état de cinq décès dans ces troubles, mais Amnesty International estime que plus de 100 contestataires auraient été tués.