Info

Isabel et Victor : les deux premiers lionceaux nés par insémination artificielle

Chargement du lecteur...

Le 25 août 2018, les chercheurs du Ukutula Conservation Center d'Afrique du Sud se sont réveillés avec les premiers lionceaux nés grâce à une insémination artificielle. Cette réussite marque un tournant pour les lions et autres espèces felines en voie de disparition. 


Visiblement ces deux là sont bien loin de s'imaginer que sous d'autres latitudes les conditions de leur venue au monde sont âprement discutées. Pourtant Isabel et Victor sont bien les deux premiers "lionceaux éprouvette" conçus par insémination artificielle, autrement dit : une procréation médicalement assistée, la fameuse PMA.


Les lions ont été utilisés comme espèces modèles, il est plus facile de travailler avec eux parce que ce sont des animaux sociaux, on peut donc travailler avec eux en groupe. De plus, nous avons ici des équipements adaptés à nos recherches et beaucoup de ces équipements issus de la médecine humaine peuvent être utilisés sur les lions.

Willi Jacobs, propriétaire du centre de conservation Ukutula

Nés le 25 août dernier, Isabel et Victor sont le fruit de 18 mois d'essais scientifiques intensifs. André Ganswindt, professeur à l'Université de Pretoria, explique :
"Nous avons prélevé du sperme d'un lion en bonne santé, puis après avoir observé le comportement d'une femelle, nous l'avons inséminée et, heureusement, cela a réussi. Si on arrive à maintenir une certaine éthique, cette technique nous aidera à prévenir l'extinction des grands félins."

L'équipe de Pretoria est convaincu que cette avancée scientifique pourrait s'appliquer à d'autres espèces plus difficile à protéger.


En résumé, on pourrait s'éloigner du transfert, au moins temporaire, d'animaux destinés à la reproduction en transportant le sperme vers les femelles réceptives, comme c'est le cas, par exemple, pour les populations d'éléphants en captivité en Amérique du Nord et en Europe.
André Ganswindt, professeur à l'Université de Pretoria 

Mais pour sauver les espèces menacées ne vaudrait-il pas mieux simplement lutter contre la chasse ou la détérioration de leur habitat, plutôt que de les reproduire artificiellement ? Visiblement nos deux lionceaux semblent déjà lassés par ces débats typiquement humain.