Info

Italie : des heurts entre antifascistes et police lors d'une manifestation d'extrême droite

L'extrême-droite fasciste se manifeste de plus en plus en Italie. (Image d'archive de début février 2018, TV5MONDE)

Six manifestants et un policier ont été légèrement blessés vendredi à Bologne, dans le centre de l'Italie, dans des heurts entre les forces de l'ordre et des militants d'extrême gauche. Ce derniers tentaient d'empêcher un rassemblement d'extrême droite, selon les médias.

dans
Les tensions ont commencé dès la matinée, quand plusieurs dizaines de militants antifascistes se sont installés sur la place où Roberto Fiore, le chef du mouvement d'extrême droite Forza Nuova, devait prendre la parole en début de soirée.
Délogés à la mi-journée par une charge des forces de l'ordre, ils se sont attaqués dans l'après-midi à la mairie pour dénoncer l'autorisation accordée à Forza Nuova.
Peu avant l'heure du rassemblement de ce mouvement d'extrême droite, plusieurs centaines de militants antifascistes ont à nouveau défilé, derrière une banderole proclamant "Bologne antifasciste".

Pour les empêcher d'atteindre la place où M. Fiore organisait sa réunion en présence de quelques dizaines de personnes, la police antiémeute a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène avant de charger. Deux manifestants ont été interpellés.
Parallèlement, un autre rassemblement pacifique s'est déroulé en musique devant un monument aux partisans ayant combattu le fascisme, à l'appel de plusieurs syndicats, en présence de nombreux élus et candidats de gauche aux législatives du 4 mars.
Le maire de Bologne, Virginio Merola (centre gauche), y a participé, ceint de son écharpe tricolore : "Forza Nuova n'a pas sa place à Bologne, ville médaille d'or de la Résistance, ville de la tragédie fasciste à la gare", a-t-il déclaré.

En 1982, un attentat perpétré par des membres de l'extrême droite avait fait 85 morts et plus de 200 blessés à la gare de Bologne, un bastion historique de la gauche en Italie.

Les élections législtaives italiennes auront lieu le 4 mars 2018 et la coalition de la droite et de l'extrême droite reste en tête des sondages, avec 37,2% d'intentions de vote. 

Le "fait du jour" du 64 minutes abordait il y a peu, avec la correspondante de TV5MONDE à Rome, la question de la montée du fascisme ou du "néo-fascisme" en Italie :
 
Chargement du lecteur...