Info

Italie : Matteo Salvini déclare la guerre aux migrants

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Le bras de fer se poursuit entre l'Union européenne et l'Italie. Malgré les menaces du gouvernement italien, notamment de suspendre sa contribution au budget européen dès le début de l'année 2019, aucun accord n’a été trouvé à Bruxelles pour répartir les 150 migrants bloqués à Catane.

dans

S'il fallait encore des preuves de la faillite de l'Europe dans la gestion des flux migratoires, en voilà une qui attend dans le port de Catane en Sicile.

À bord du Diciotti, 150 migrants sauvés la semaine dernière sont empêchés de débarquer par les autorités italiennes. Jusqu'alors, c'est le ministre de l'intérieur Matteo Salvini qui jouait les garde-frontières. Mais ce vendredi, c'est Luigi Di Maio, le vice-président du Conseil italien, qui a lancé cet ultimatum à la Commission européenne :

L'Union européenne est née sur les principes de solidarité et d'aide mutuelle entre ses membres. Si elle est incapable de répartir 170 personnes arrivées dans un port italien, le problème est grave. [...] Puisque la manière douce ne fonctionne pas, ne reste que la ligne dure : s'ils ne nous écoutent pas, nous ne paierons plus.

Luigi di Maio, vice-président du Conseil italien et ministre du Développement économique

Car sur la question des migrants, la bonne volonté en Europe se fait de plus en plus rare. Du groupe de Visegard emmené par Victor Orban jusqu'en Allemagne où Angela Merkel paie cher sa généreuse politique d'accueil, en passant par l'Autriche et son jeune chancelier conservateur Sebastian Kurz.

Les nationalistes européens poursuivent leur percée entamée dans les années 80. Mais pour l'heure, l'Union tente de désamorcer la crise et a répondu sans attendre à Luigi di Maio. "Les menaces ne servent à rien", a fait savoir un porte-parole, qui assure que la Commission travaille intensivement pour résoudre la situation.