Info

JO 2018 : le nord-coréen Kim Jong Un invite son homologue sud-coréen à Pyongyang

Chargement du lecteur...

C'est Kim Yo Jong qui a joué la messagère. La soeur cadette de Kim Jong Un est venue aux Jeux Olympiques de Pyeongchang avec une invitation à l'attention du président sud-coréen Moon Jae-in.

dans
Pyongyang brise la glace aux JO d'Hiver 2018. De plus en plus.

D'après Kim Yo Jong, le leader nord-coréen est prêt à rencontrer son homologue du Sud "aussi tôt que possible", selon un porte-parole de la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne.Pendant ce temps-là, la délégation américaine menée par le vice-président Mike Pence ronge son frein. Elle a évité la délégation nord-coréen avant la cérémonie d'ouverture. 

Au lendemain de l'ouverture de ces Jeux, où nord- et sud-coréens ont défilé à l'unisson sous le même drapeau de la Corée réunifiée et de la poignée de main historique échangée entre les deux Corées, une équipe "mixte", réunifiée, d'hockeyeuses sur glace participe à son premier match de la compétition ce samedi 10 février 2018, face à la Suisse. 
 
Poignée de mains entre Kim Yo Jong, la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, et le président sud-coréen Moon Jae-in à la cérémonie d'ouverture des JO 2018 d'Hiver de Pyeongchang, 9 février 2018.
Poignée de mains entre Kim Yo Jong, la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, et le président sud-coréen Moon Jae-in à la cérémonie d'ouverture des JO 2018 d'Hiver de Pyeongchang, 9 février 2018.
(AP Photo/Patrick Semansky, Pool)
Un réchauffement qui se déroule aussi en marge des JO.  Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a ainsi invité le président sud-coréen Moon Jae-in à participer à un sommet à Pyongyang.

D'après cette invitation, transmise par Kim Yo Jong, la soeur du numéro un nord-coréen en visite au Sud pour les jeux Olympiques, celui-ci est prêt à rencontrer M. Moon "aussi tôt que possible", selon un porte-parole de la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne.

Evitement américain

Une étape de plus dans le processus de réconciliation qui ne semble pas du goût de la délégation américaine, emmenée par le vice-président Mike Pence. 

Peu avant la cérémonie d'ouverture des JO 2018 de Pyeongchang, celui a soignement éviter la délégation nord-coréenne. Mike Pence a bien serré les mains des dirigeants présents à la réunion, dont le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, mais pas celle  du chef de la délégation nord-coréenne, Kim Yong-nam, selon la Maison Bleue - le palais présidentiel sud-coréen.
 

Les médias rapportaient avant la réunion que Mike Pence devait être assis en face de Kim Yong-nam, mais la présidence sud-coréenne a indiqué qu'il ne resterait pas longtemps car il devait rencontrer la délégation olympique américaine.

Le vice-président américain s'était rendu plus tôt au mémorial érigé à la mémoire des 46 marins sud-coréens morts en 2010 dans le naufrage d'une corvette du Sud, attribué par Séoul à un tir de torpille nord-coréenne.

En visite à Tokyo avant d'arriver en Corée du Sud, Mike Pence a évoqué la possible volonté de Pyongyang d'utiliser les Jeux olympiques à des fins de propagande. "Nous ne permettrons pas à la Corée du Nord de cacher derrière la bannière olympique la réalité de l'asservissement de son peuple et de sa menace pour la région tout entière", a-t-il dit.

La poursuite par la Corée du Nord d'essais nucléaires et du développement de son programme de missiles balistiques, au mépris des résolutions de l'Onu, est source de vives tensions avec la communauté internationale, Etats-Unis en tête.

Des sanctions internationales sont en vigueur contre Pyongyang. A ce sujet, Mike Pence a dit vendredi avoir reçu du président sud-coréen, Moon Jae-in, l'assurance que Séoul continuerait d'apporter son plein soutien à cette politique de sanctions.