Info

JO de Tokyo : les larmes de l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou

Marie-Josée Ta Lou, lors de la demi-finale des 100 mètres aux Jeux Olympiques, le 30 juillet 2021 (AP Photo/Petr David Josek)

L’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou en larmes, ce samedi 31 juillet, après sa quatrième place à la finale du 100 m des Jeux Olympiques de Tokyo. Le podium est entièrement jamaïcain avec Elaine Thompson-Herah en tête (or), qui signe au passage un nouveau record olympique et la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps. Elle est suivie de Shelly-Ann Fraser-Pryce (argent) et Shericka Jackson (bronze).

Elle pensait avoir rendez-vous avec l’histoire. Marie-Josée Ta Lou restera au pied du podium pour le 100 mètres, la position la plus frustrante en athlétisme. Sur la piste du Stade Olympique, elle finit avec un temps de 10’’91 après un départ poussif. Très suivie sur les réseaux sociaux, elle s'est excusée sur Twitter... mais vite réconfortée par ses supporters. 

Twitter Marie-Josée Ta Lou @majo10s70

La sprinteuse ivoirienne de 32 ans abordait pourtant cette course en position de favorite après avoir fait sensation ces derniers jours. Ses chronos en séries (10’’78) et en demi-finales (10’’79), ont marqué les esprits. Dans une interview donnée au magazine Life il y a quelques jours, elle déclarait que « l’objectif de tout athlète participant aux JO, c’est de pouvoir ramener une médaille à son pays, c’est mon objectif principal. Je reste focalisée sur la préparation, sur ma course, et j’espère vraiment pouvoir réaliser ce que je fais à l’entraînement. On met tout dans la main de Dieu, on prie et on espère pouvoir y parvenir ! ».

(Re)voir : Athlétisme : podium africain pour le 10 000 mètres aux JO de Tokyo

Récompensée par six médailles d’or aux championnats d’Afrique et aux Jeux Africains, trois médailles d’argent aux championnats du monde, Marie-Josée Ta Lou garde surtout le souvenir de son espoir envolé aux Jeux de Rio en 2016. Elle avait également fini quatrième sur les 100 et 200 mètres. Arrivée avec le même chrono que la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce au 100 mètres, à 10''86, elle terminait finalement à la quatrième place pour quelques millièmes de seconde déterminés par photo finish. « Je veux oublier Rio » avait-elle dit lors d’un entretien avec Tokyo 2020 en mai 2020. 

Celle qui rêvait devenir cette année la première sprinteuse ivoirienne à remporter une médaille olympique peut repartir néanmoins avec une fierté : celle d’avoir égalé le record d’Afrique au 100 mètres de sa compatriote Murielle Ahouré, à 10’’78. 

Elle sera en lice sur le 200 mètres à partir de lundi prochain, le 2 juillet.

(Re)voir : 
- Tokyo 2020 : les sportifs africains brillent aux JO
-JO-2020 : jeux de pouvoir, jeux d'influence