Info

JO-Paris 2024 : évacuation forcée des occupants des jardins ouvriers d'Aubervilliers avant travaux

Chargement du lecteur...
Pourquoi les usagers des Jardins des Vertus d'Aubervilliers défendent cet îlot de cultures au cœur de cette ville populaire du nord de Paris, reportage réalisé en avril 2021 par Nina Soyez

La police a procédé jeudi matin à l'évacuation des militants écologistes qui occupent depuis plusieurs mois les jardins ouvriers d'Aubervilliers en Seine-Saint-Denis, dont une partie doit être détruite pour la construction d'une piscine d'entraînement pour les Jeux olympiques de Paris-2024.

Peu après 7H00, les forces de l'ordre ont pénétré dans la portion des jardins occupée par les "jadistes" (jardins à défendre) qui occupent les lieux depuis quelques mois afin d'empêcher le démarrage des travaux. Ce projet est, selon eux, le signe d'une urbanisation déraisonnée à contre-courant de l'urgence écologique.

"En exécution de la décision de justice qui a été rendue, nous avons procédé à l'évacuation de la dizaine d'occupants qui étaient présents", a déclaré à l'AFP une source officielle, précisant que l'opération s'était déroulée de manière globalement pacifique.

Aussitôt les militants sortis, la destruction de leurs installations a commencé pour laisser libre champ aux engins de chantier. "Une entreprise de gardiennage va venir, tout cela va être clôturé et les travaux vont commencer", a poursuivi la source.

Un occupant des lieux est actuellement en garde à vue pour des "insultes" et des "violences" envers des policiers lors de l'évacuation, a-t-elle ajouté.

Les jardins ouvriers doivent être amputés de près de 4.000 m2 de parcelles pour la construction d'un nouveau centre aquatique.

L'infrastructure doit servir à l'entraînement des athlètes pour les JO de 2024 puis sera ouverte aux habitants d'Aubervilliers, ville populaire de banlieue parisienne.

C'est une violence inouïeCamille, militant écologiste

"On assiste complètement désarmés à la destruction des jardins par une pelleteuse, c'est une violence inouïe. On est entouré par des CRS qui nous prennent pour des terroristes", a témoigné Camille, un militant écologiste arrivé rapidement sur place, joint au téléphone par l'AFP.

Les opposants ont déposé lundi un recours contre le permis de construire du projet d'un coût de 33,6 millions d'euros porté par la ville d'Aubervilliers, qui bénéficie notamment d'environ 10 millions d'euros de subventions de la part de la Solideo, la société de livraison des ouvrages olympiques.

Les défenseurs des jardins ouvriers ont appelé sur les réseaux sociaux à une manifestation jeudi à 18H00 devant la mairie d'Aubervilliers.