Info

A l'aéroport de Hong Kong, des voyageurs solidaires des manifestants

Deux assistants de vol marchent devant un panneau d'affichage recouvert de messages sur des post-it, à l'aéroport international de Hong Kong le 13 août 2019
Deux assistants de vol marchent devant un panneau d'affichage recouvert de messages sur des post-it, à l'aéroport international de Hong Kong le 13 août 2019
afp.com - Philip FONG
Des manifestants pro-démocratie distribuent des tracts aux passagers à leur arrivée à l'aéroport international de Hong Kong, le 13 août 2019
Des manifestants pro-démocratie distribuent des tracts aux passagers à leur arrivée à l'aéroport international de Hong Kong, le 13 août 2019
afp.com - Philip FONG
Un enfant sur un chariot à bagages à l'aéroport international de Hong Kong le 13 août 2019
Un enfant sur un chariot à bagages à l'aéroport international de Hong Kong le 13 août 2019
afp.com - Philip FONG
Une jeune fille pousse sa valise à l'aéroport international de Hong Kong le 13 août 2019 au lendemain de sa fermeture en raison d'une manifestation pro-démocratie
Une jeune fille pousse sa valise à l'aéroport international de Hong Kong le 13 août 2019 au lendemain de sa fermeture en raison d'une manifestation pro-démocratie
afp.com - Philip FONG

Ne pas pouvoir embarquer est toujours rageant, mais à l'aéroport de Hong Kong, beaucoup de voyageurs coincés par l'annulation de leur vol après une manifestation font part mardi de leur solidarité avec des manifestants qui ont su gagner la sympathie de l'opinion.

"C'est décevant car nous espérions être rentrés aujourd'hui", reconnaît Nathan, un Philippin de 31 ans, qui vient de passer un week-end de quatre jours dans l'ex-colonie britannique. Son vol est annoncé avec du retard et son départ est incertain.

"Mais on n'y peut rien. C'est leur droit de manifester. C'est leur territoire or nous, nous ne sommes que de passage."

Huitième aéroport international le plus fréquenté au monde, avec 74 millions de voyageurs en 2018, l'aéroport de Hong Kong a pris la décision sans précédent, lundi après-midi, d'annuler tous les vols au décollage et à l'atterrissage après la montée en puissance d'une manifestation dans son principal terminal.

L'ex-colonie britannique traverse sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Parti début juin du rejet d'un projet de loi hongkongais qui entendait autoriser les extraditions vers Pékin, le mouvement a considérablement élargi ses revendications pour dénoncer le recul des libertés et les ingérences de la Chine dans les affaires intérieures.

- Un gouvernement "nul" -

Les manifestants, qui font depuis plusieurs semaines preuve d'une surprenante inventivité dans leurs modes d'actions, ont commencé vendredi un sit-in dans le hall des arrivées de l'aéroport, afin de sensibiliser les voyageurs à leur cause.

Cette action n'a eu aucun impact sur le trafic aérien jusqu'à lundi après-midi, quand l'aéroport a annulé les vols restants en raison d'une nette inflation du nombre de protestataires, alors que certains d'entre eux s'étaient aventurés, cette fois, dans le hall des départs.

Les vols ont repris progressivement mardi matin, mais les annulations de la veille ont eu pour conséquence de pénaliser des dizaines de milliers de passagers qui espéraient mardi pouvoir embarquer.

Pour autant, la plupart des voyageurs affectés font preuve de compréhension.

"Cela effectivement a eu un impact pour moi", reconnaît Mag Mak, une publicitaire de 27 ans dont le vol est parti de Dubaï avec cinq heures de retard.

"Mais je sais pourquoi ils font ça et je les soutiens", explique-t-il au sujet des manifestants. "Je crois que le gouvernement est nul et n'a aucune réponse à apporter aux manifestants."

Tout au long de leur sit-in de quatre jours, les manifestants ont veillé à ne pas gêner les voyageurs, cherchant surtout à leur expliquer leur mobilisation.

Et sitôt franchies les douanes, les passagers arrivant dans le grand hall avaient la surprise de tomber sur une marée noire -la couleur de leurs t-shirt- de manifestants souriant, chantant, leur tendant des prospectus, formant comme une haie d'honneur géante pour les visiteurs.

- "Les plus adorables au monde" -

"Ces manifestants sont les personnes les plus adorables du monde", sourit Pete Knox, 65 ans, qui réalise un tour du monde de dix mois avec son vélo.

Il est censé s'envoler pour Ho Chi Minh mais n'est pas sûr que son avion, a priori maintenu, décollera à l'heure.

"Je comprends le fond de leur mobilisation qui concerne la liberté et la démocratie, deux choses capitales."

Tibor, un agent immobilier qui vit depuis longtemps à Hong Kong, attend de pouvoir prendre son vol annulé la veille.

Il explique comprendre totalement ce mouvement "parce qu'il est énervant de vivre dans une société dont le gouvernement ne dialogue pas avec sa population."

Si les dernières manifestations ont souvent donné lieu à des échauffourées entre des radicaux et les policiers, la mobilisation hongkongaise s'est aussi caractérisée par des marches pacifiques rassemblant des foules monstres, dont une qui aurait atteint en juin les deux millions de personnes selon les organisateurs.

Quelques contre-manifestations ont également eu lieu en soutien de la police et du gouvernement, et de rares heurts ont parfois opposé dans certains quartiers des manifestants à des résidents favorables à Pékin.

Quelques voyageurs confient d'ailleurs à l'AFP leur colère en raison des retards.

"Je n'ai rien contre les manifestants, mais on a cinq heures de retard", peste Wing Au-yeung, 50 ans, en escale à Hong Kong pour récupérer sa mère avant de partir en Corée du Sud en famille. "Ils font ce qu'ils veulent mais ils ne devraient pas gêner les gens."

burs-gle/jac/lch