Info

L'affaire Carlos Ghosn vue du Liban

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE / A. Renevier commenté par J. Muntzer

En prison depuis presque trois semaines, Carlos Ghosn, ancien grand patron de Nissan-Renault accusé de fraude fiscale, a été mis en examen ce lundi 10 décembre pour dissimulation de revenus. Depuis son arrestation, il garde des soutiens au Liban. Un pays dont il a la nationalité. 

dans

Le portrait de l'ancien président de Nissan-Renault affiché dans les rues de Beyrouth avec ce slogan "Nous sommes tous Carlos Ghosn" : un soutien à première vue insolite, à l'heure où l'homme d'affaires semble tombé en disgrâce dans le reste du monde.

Carlos Gohsn mis en examen

Trois semaines après son arrestation surprise à Tokyo, Carlos Ghosn a été inculpé lundi 10 décembre 2018. Le bureau des procureurs a décidé de mettre en examen le PDG de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015. Son bras droit Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, a aussi été inculpé. (Source AFP)

Mais au pays du Cèdre, Carlos Ghosn est pour beaucoup un symbole de la réussite de la diaspora libanaise. Né au Brésil, il a vécu plusieurs année dans le pays et a continué à y investir. 

Alors, quand le franco-libano-brésilien a été accusé au Japon, le soutien s'est d'abord affiché sur les réseaux sociaux et sous la forme d'une pétition : "Au Liban Carlos Ghosn, ce n'est pas uniquement parce qu'il est de la diaspora. Il a investi, il a aidé des écoles, parrainé des élèves. Pour nous c'est une obligation, à voir comment tout le monde le dénigre, tout le monde l'oublie", explique Nadim Nader, président du comité de soutien de Carlos Ghosn.  

Une campagne de défense toutefois critiquée par certains citoyens libanais, alors que le pays traverse une grave crise économique. Mais le millionnaire, qui a même eu un timbre de Liban Post à son effigie en 2017, peut compter sur des soutiens en plus haut lieu. Plusieurs personnalités politiques ont publiquement pris sa défense.
 

C'est un exemple de la réussite de la diaspora libanaise. Nous sommes fiers de lui, dans sa réussite. Dans cette épreuve pénible, le phoenix libanais ne sera pas brûlé par le soleil du Japon. 

Nohad Machnouk, Ministre de l'Intérieur libanais

Le ministère de la justice libanais envisagerait de demander l'extradition de Carlos Ghosn pour qu'il soit jugé dans le pays de ses racines.