Info

La Bourse de Paris recule, toujours inquiète d'un relèvement de taux

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
afp.com - ERIC PIERMONT

La Bourse de Paris reculait de 0,51% à la mi-séance lundi, soumise comme la semaine précédente aux craintes d'une hausse de l'inflation et d'un resserrement monétaire des banques centrales si la situation sanitaire et économique devait se normaliser.

L'indice CAC 40 reculait de 29,36 points à 5.744,19 points vers 12H20, après une semaine en dents de scie aboutissant à une hausse hebdomadaire de 1,23%.

"Les craintes croissantes actuelles suscitées par l'accélération de l'inflation continuent d'inciter les investisseurs à prendre une partie des bénéfices sur les actions", commente Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades.

De plus, les anticipations de hausse d'inflation et de reprise économique se traduisent par des hausses de taux d'intérêt sur le marché obligataire.

Or cette montée peut pousser à des arbitrages entre l'achat d'actions ou d'obligations, ces dernières devenant de plus en plus intéressantes. Le taux français à dix ans a dépassé lundi un plus haut depuis juin 2020, à -0,05%.

Les taux sur le marché obligataire sont poussés à la hausse par les Etats-Unis, où la politique budgétaire expansionniste laisse anticiper une forte progression des prix.

L'inflation s'y est établie à 1,3% en 2020, et devrait tourner autour des 2,25% en 2022, "ce qui n'a rien d'inquiétant", a toutefois noté vendredi Gita Gopinath, cheffe économiste du Fonds monétaire international (FMI).

Elle estime "peu probable" que l'inflation s'établisse de façon durable au-dessus de l'objectif de 2% annuels.

Sanofi va produire les vaccins Johnson & Johnson

Sanofi (-0,27% à 76,80 euros) a annoncé lundi qu'il lançait un nouvel essai clinique dit de "phase 2" pour son principal candidat-vaccin contre le Covid-19 développé avec le britannique GSK, espérant le mettre à disposition au quatrième trimestre.

Le laboratoire a également annoncé qu'il allait produire en France le vaccin contre le Covid-19 de son concurrent américain Johnson & Johnson au second semestre, comme il s'apprête également à le faire pour celui développé par Pfizer/BioNTech.

Valneva: phase 3 pour un vaccin

La biotech franco-autrichienne (-1,63% à 12,08 euros), qui travaille notamment sur le Covid-19, a annoncé lundi le lancement d'une étude sur l'homogénéité des lots cliniques de "phase 3" de son candidat-vaccin à injection unique contre le chikungunya.

Faurecia rebondit

Les ventes de l'équipementier Faurecia (-3,45% à 45,04 euros) ont fortement rebondi au second semestre 2020, lui permettant de limiter les pertes à 379 millions d'euros sur l'année.

  1. Euronext CAC40