Info

La Chine veut devenir la première puissance militaire du monde d'ici 2049

Un jet de combat chinois survolant le détroit de Formose, séparant la République populaire de Chine de Taïwan, le 5 août 2022. 
Un jet de combat chinois survolant le détroit de Formose, séparant la République populaire de Chine de Taïwan, le 5 août 2022. 
AP Photo/Ng Han Guan

La présence militaire de la Chine s’intensifie à proximité de Taïwan. Depuis le début du mois d’août, Pékin envoie des militaires et multiplie les exercices. Le pouvoir chinois ne cesse pas d'investir dans son appareil militaire. Le budget militaire de la Chine est quatre fois supérieur à celui de puissances militaires comme la France ou le Royaume-uni. Retour sur cette montée en puissance militaire.

Avions de chasses, navires de guerre… au début du mois d’août 2022, la Chine a envoyé autour de Taïwan de nombreux appareils militaires. Les dernieres manœuvres militaires ont eu lieu ce lundi 15 août. "Le Théâtre oriental de l’Armée populaire de libération chinoise a organisé une patrouille de préparation au combat interarmées multi-services et des exercices de combat dans la mer et l’espace aérien autour de Taïwan", déclarait le commandement du Théâtre oriental de l’armée chinoise dans un communiqué.

Chargement du lecteur...

Mardi 9 août, le chef de la diplomatie de Taïwan Joseph Wu a estimé lors d’une conférence de presse que Pékin  "a utilisé les exercices et sa feuille de route militaire pour préparer l’invasion de Taïwan." "La véritable intention de la Chine est d’altérer le statu quo dans le détroit de Taïwan et de toute la région", a-t-il poursuivi. Pourtant, il y a quelques années, l’armée de la république populaire de Chine, aussi appelée l’Armée populaire de libération, ne suscitait pas autant de craintes. Comment s’est-elle renforcée ? De quoi est-elle désormais composée ? Éléments de réponse. 

Une modernisation considérable 

Interrogée par le journal économique français Les Échos, Orana Skylar Mastro, chercheuse à l’Institut d’études internationales Freeman Spogli de Stanford constate une modernisation très rapide de l’armée chinoise. Si auparavant "la flotte chinoise était très en retard", désormais "la majorité des bateaux chinois sont aussi avancés que ceux des États-Unis, détaille-t-elle. Et leurs avions de chasse peuvent désormais voler de nuit et dans des conditions météo difficiles, ce qui n'était pas le cas auparavant." Selon elle, la modernisation de l’armée chinoise s’est accélérée au cours des deux dernières années, pourtant marquées par l’épidémie de Covid-19.  

Un budget militaire quatre fois supérieur à des puissances comme la France ou le Royaume-uni.

Cette modernisation est visible dans le budget de Pékin. Lors de la présentation du budget 2022 le 5 mars, la Chine a annoncé prévoir un budget militaire en hausse de 7,1% par rapport à l’année précédente. Déjà en 2021, ces dépenses avaient augmenté de 6,8%. Pour autant, les États-Unis restent le pays avec un budget militaire de 709 milliards d’euros, contre environ 209 milliards d’euros pour la Chine. 

Objectif : devenir la première puissance militaire du monde en 2049.

Cependant, Pékin n’envisage pas d’en rester là. En 2017, lors du XIXe Congrès national du Parti communiste chinois, le président Xi Jinping a précisé le calendrier de la modernisation militaire de la Chine. Il souhaite avoir une armée entièrement "moderne" d’ici 2035 et une armée "de classe mondiale", c'est-à-dire du même niveau que l'armée américaine, pour 2049. Cette date correspond au centième anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. 

Des capacités vertigineuses

Déjà dotée de deux porte-avions, la Chine a lancé son troisième appareil le 17 juin. Ce dernier est beaucoup plus puissant que les deux autres, qui sont d’anciens modèles soviétiques. Elle devient ainsi deuxième dans la liste des pays avec le plus de porte-avions au monde. Devant, il y a les États-Unis, et leur flotte de 11 porte-avions. En nombre de vaisseaux, l’armée chinoise est la première flotte navale au monde. En comptant ses trois porte-avions, elle possède "environ 355 navires et sous-marins, avec approximativement plus de 145 grands navires de combat", selon un rapport du Pentagone sur l’état des forces militaires chinoises daté de 2021. Selon ce rapport, l’armée maritime "aura la capacité de mener des frappes de longue portée contre des cibles terrestres depuis ses sous-marins et combattants de surfaces en utilisant des missiles d’attaque terrestres."

Chargement du lecteur...

Elle possède aussi la flotte aérienne la plus puissante de la région indo-pacifique. Selon le rapport du Pentagone, l’armée de l’air chinoise possède "2 800 avions (sans compter les appareils d’entraînement et les véhicules aériens sans pilotes), dont approximativement 2 250 avions de combat (en comptant les avions de chasse, les bombardiers, les appareils multi-missions et les avions d’attaque". Ainsi, la Chine possède la troisième armée aérienne la plus importante du monde, derrière la Russie et les États-Unis. 

En ce qui concerne l’armée terrestre, le Pentagone estime qu’environ 975 000 hommes se trouvent dans des unités de combat. Par ailleurs l’armée chinoise a accéléré les entraînements, "alors que la cadence des dernières années était déjà rapide", malgré la pandémie de Covid-19, des tensions à la frontière indienne entre autres, note le rapport. 

Les principales forces militaires étrangères à Djibouti sont françaises, américaines et chinoises. Le nombre de soldats chinois à Djibouti est estimé à 1500 hommes. Les Français ont 1500 soldats sur place et les Américains sont plus de 4000. Les Japonais, Italiens, Allemands et Espagnols ont également des forces militaires sur Djibouti.
Les principales forces militaires étrangères à Djibouti sont françaises, américaines et chinoises. Le nombre de soldats chinois à Djibouti est estimé à 1500 hommes. Les Français ont 1500 soldats sur place et les Américains sont plus de 4000. Les Japonais, Italiens, Allemands et Espagnols ont également des forces militaires sur Djibouti.
© TV5MONDE

Au-delà de ces moyens, se pose la question des bases militaires. En 2018, la Chine installe sa première base militaire hors du pays à Djibouti. Selon le Pentagone, au-delà de cette base, la Chine "est probablement déjà en train de considérer et de planifier l'installation de nouvelles bases militaires et de constructions logistiques pour venir en aide aux forces navales, aériennes et sur terre." Plusieurs pays sont déjà dans le viseur de Pékin. Parmi eux, "le Cambodge, la Birmanie, l'Indonésie, le Pakistan, le Sri Lanka, les Émirats arabes unis, le Kenya, les Seychelles, la Tanzanie, l'Angola et le Tadjikistan."