Info

La justice américaine condamne les ex-Farc à payer 36 millions USD pour l'enlèvement de Betancourt

La Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidentielle en Colombie et ex-otage de la guérilla des Farc entre 2002 et 2008, photographiée à Bogota le 27 septembre 2021
La Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidentielle en Colombie et ex-otage de la guérilla des Farc entre 2002 et 2008, photographiée à Bogota le 27 septembre 2021
afp.com - DANIEL MUNOZ

La justice américaine a condamné l'ancienne rébellion colombienne des Farc à payer 36 millions de dollars en réparation de l'enlèvement de la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt entre 2002 et 2008, selon des sources judiciaires jeudi soir.

Conformément à une décision d'un tribunal fédéral de Pennsylvanie du 4 janvier, rendue publique jeudi soir, Lawrence Delloye -- aussi appelé Lorenzo, fils de Mme Betancourt né en 1988 de sa première union avec le Français Fabrice Delloye -- "a droit à une indemnisation de 12 millions de dollars avant qu'elle ne soit triplée avec les frais et coûts d'avocats".

Dans un communiqué distinct, les conseils américains de M. Delloye, du cabinet Scarinci Hollenbeck, ont expliqué que le montant total des dommages et intérêts décidé par le juge fédéral de Pennsylvanie Matthew Brann s'élevait ainsi à "plus de 36 millions de dollars".

Le fils d'Ingrid Betancourt possède également la nationalité américaine et avait donc pu déposer plainte aux Etats-Unis, au civil en juin 2018, contre 14 anciens responsables des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), au titre d'une loi fédérale antiterroriste (Antiterrorism Act, ATA), reprochant à la rébellion la "violation" de cette législation extraterritoriale.

En outre, l'enlèvement de sa mère a provoqué chez M. Delloye -- jeune adolescent en 2002 -- une "énorme angoisse émotionnelle" pendant des années, a relevé le tribunal.

Mme Betancourt, 60 ans aujourd'hui, avait été kidnappée le 23 février 2002 durant la campagne électorale présidentielle colombienne par les Farc, avant d'être secourue par l'armée six ans plus tard, le 2 juillet 2008.

Une fois installée en France avec ses deux enfants Mélanie et Lorenzo, "il n'a pas pour autant été facile pour (Lorenzo) Delloye de renouer le contact avec sa mère. Il continue de souffrir d'angoisses émotionnelles", a souligné le juge américain dans sa décision.

L'ancienne sénatrice franco-colombienne avait réclamé pendant des années une indemnisation couvrant les dommages psychologiques entraînés par sa longue captivité.

Un accord de paix historique en 2016 entre la Colombie et les Farc a transformé la guérilla en parti politique légal et réduit considérablement la violence, même si de nombreux groupes armés continuent de sévir dans le pays, dont des dissidents des Farc ayant repris les armes.

Et en novembre dernier, le département d'Etat américain a retiré les Farc de sa liste noire des organisations terroristes étrangères, mais sans changer de position sur les poursuites judiciaires à l'encontre d'anciens responsables de l'ex-guérilla colombienne.