Info

La Suisse craint la pénurie d'électricité pour l'hiver

L'arrêt d'une partie du parc nucléaire français participe au risque de pénurie en Suisse. AP/ François Mori (centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine).
L'arrêt d'une partie du parc nucléaire français participe au risque de pénurie en Suisse. AP/ François Mori (centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine).

La Suisse craint de manquer d'électricité cet hiver si les réacteurs nucléaires français à l'arrêt le restent et si Berlin réduit ses exportations d'électricité produite au gaz. Avant même la guerre en Ukraine, le pays connaissait un risque de pénurie "élevé". 

En été, la Suisse, château d'eau de l'Europe grâce à ses centaines de centrales hydrauliques, exporte de l'électricité. Cependant, en hiver, c'est l'inverse. Ce n'est habituellement pas un problème mais depuis la guerre en Ukraine, le gaz russe ne coule plus à flots en Europe.

Or la Suisse, qui n'a pas de réserves de gaz sur son sol, importe en hiver de l'électricité produite avec du gaz en Allemagne. Jusqu'à trois quarts des livraisons de gaz en Suisse se font via l'Allemagne. Berlin est confronté cette année à la réduction des livraisons de gaz russe.

(Re)voir : L'Europe en quête de gaz

Chargement du lecteur...


"L'autre problème, c'est que du côté français, la moitié du parc nucléaire est à l'arrêt" en raison notamment de problèmes de corrosion, a expliqué à l'AFP Stéphane Genoud, professeur en management de l'énergie dans la grande école universitaire HES-SO.

Cette conjonction de facteurs fait craindre des pénuries d'électricité.

Lancement d'une centrale hydroélectrique

Le lancement début septembre d'une puissante centrale hydroélectrique de pompage-turbinage ne va pas radicalement changer la donne. Elle se situe à Finhaut-Emosson près du Mont-Blanc dans les Alpes suisses, à 600 mètres sous la roche et à une altitude de 1.700 mètres,

Dans un barrage de retenue classique, une fois le lac vidé, la production s'arrête. Dans cette centrale (baptisée Nant De Drance), rien de tel. Elle se situe entre deux barrages à des altitudes différentes. Elle profite des épisodes de surproduction sur le réseau électrique d'origine éolienne ou solaire, pour pomper l'eau depuis le bassin du bas vers celui du haut. Une eau que la centrale relâche en période de forte demande de courant électrique.

"C'est comme une énorme batterie. On peut régénérer l'électricité au moment opportun, lors des pointes journalières le matin ou le soir", a indiqué à l'AFP Robert Gleitz, de la direction d'Alpiq, une des sociétés actionnaires de la centrale.

(Re)voir : Le charbon, une alternative au gaz russe ?

Chargement du lecteur...

La centrale "arrive à un moment opportun et va permettre d'accélérer la transition énergétique" vers les énergies renouvelables, a-t-il expliqué lors de la visite de l'installation. Mais il souligne que ce type de centrale ne peut soutenir le marché électrique que sur de courtes périodes. En effet, elle ne génère pas d'électricité lorsque l'eau est renvoyée vers le bassin du haut.

Risque de pénurie avant même la guerre en Ukraine

"Dans la situation actuelle, elle complète utilement une production d'électricité renouvelable encore trop faible", a relevé Nicolas Wüthrich de l'organisation Pro Natura. Comme d'autres ONG, il déplore surtout le retard pris par la Suisse sur sa transition énergétique. Le pays a décidé de sortir progressivement du nucléaire après l'accident nucléaire de Fukushima en 2011. En 2020, la Suisse ne comptait qu'une quarantaine d'installations éoliennes.

Boris Salak est expert auprès de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage. Selon lui, 750 éoliennes et des panneaux solaires sur un tiers des toits seraient nécessaires pour atteindre les objectifs gouvernementaux de 2050 en termes de stratégie énergétique.

(Re)voir : Guerre en Ukraine : les États européens face aux baisses de livraisons de gaz russe
Chargement du lecteur...
Fin 2021, avant même la guerre en Ukraine, l'organisation suisse pour l'approvisionnement en électricité en cas de crise soulignait ainsi que le risque de pénurie d'électricité était déjà "élevé" dans le pays. 
 

Coupures à prévoir

Ces derniers jours, le gouvernement a appelé à ne pas dramatiser. Il assure se préparer à des pénuries d'électricité. Il a par ailleurs annoncé mercredi 24 août vouloir réduire de 15% la consommation de gaz en Suisse cet hiver, emboîtant le pas à l'UE.

Le président de la Commission fédérale de l'électricité, Werner Luginbühl, a prévenu que des coupures de plusieurs heures sont à prévoir.

Les Suisses se ruent sur les groupes électrogènes et les panneaux solaires pour balcon. Les partis de gauche réclament de leur côté des mesures rapides. 

(Re)voir : Gaz russe en Europe: va-t-on vers une pénurie ? 
Chargement du lecteur...
Certains, comme l'économiste Stéphane Garelli, s'attendent à des mesures douces pour inciter les gens à moins consommer d'électricité.

Stéphane Genoud estime quant à lui probable que Berne introduise des mesures plus contraignantes : par exemple des "quotas pour les grands consommateurs" d'électricité, comme les grandes entreprises, ou des coupures de courant. Mais, espère-t-il, "si les Français arrivent à redémarrer les réacteurs, si Poutine n'embête pas et s'il ne fait pas froid, on passe à côté d'une pénurie ou d'un black-out".