Info

[Le Mémo] : quand la laïcité faisait déjà débat au Québec

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE

Le nouveau Premier ministre québécois François Legault dévoile, ce jeudi 18 octobre, son nouveau gouvernement. A peine élu, le chef de la Coalition Avenir Québec relance un débat houleux en voulant présenter une loi sur la laïcité. Son projet en rappelle un autre : la charte des valeurs, soutenue en 2013 par la Première ministre péquiste Pauline Marois mais qui avait alors divisé la province. Retour sur les débats suscités par ce texte. 

dans
"Ce projet de loi numéro 60 à pour objet d'instituer une charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'Etat, ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes". C'est le discours que tient Bernard Drainville, ministre de la Citoyenneté, devant l'Assemblée nationale, en déposant le projet de loi le 7 novembre 2013. 

Ce texte qui doit "poursuivre la séparation de l'Eglise et de l'Etat" promeut une charte des valeurs défendue par Pauline Marois, alors Première ministre, issue du Parti Québécois (PQ) : "Notre projet de charte permet d'affirmer les règles communes que nous voulons nous donner pour vivre la diversité dans l'harmonie."

Signes religieux

L’une de ces règles proposées est l’interdiction du port de tout signe religieux ostentatoire (turban, hijab et kippah) sur le lieu de travail et ce, pour tous les employés de l’État, enseignants inclus. Une proposition qui a rapidement divisé la population québécoise. 

Du côté de l'opposition, Jean-Marc Fournie assurait en novembre 2013, à l'Assemblée nationale qu' "avec ce code, le gouvernement veut imposer un nouveau modèle de société en rupture directe avec ce que nous avons connu jusqu'ici."

De son coté, Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec, affirmait : "C'est un jour malheureux pour le Québec aujourd'hui.  C'est un jour de rupture profonde avec une histoire depuis 400 ans. Une histoire d'ouverture, d'accueil et d'intégration".  

C'est d'ailleurs sous son mandat de Premier ministre, élu après les élections provinciales de 2014, que le projet de loi a finalement été abandonné.

Il faudra attendre, le 18 octobre 2017, pour que le Québec adopte une loi sur la neutralité religieuse de l'Etat. Désormais le port du voile intégral est interdit pour tous les fonctionnaires qui travaillent dans le service public et les citoyens qui reçoivent des services gouvernementaux.