Info

Liban : l'explosion des prix entraîne de lourdes pénuries alimentaires

Des manifestants jettent des pierres lors d'une manifestation marquant le premier anniversaire de l'explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2021.
Des manifestants jettent des pierres lors d'une manifestation marquant le premier anniversaire de l'explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2021.
AP/Bilal Hussein

Le Liban traverse l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850, selon la Banque mondiale. La livre libanaise a perdu en moins de deux ans plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar. Les ménages dépensent aujourd'hui jusqu'à cinq fois le salaire minimum libanais pour assurer leurs besoins alimentaires.

À Beyrouth, Mikhail Hamati, 72 ans, sort épuisé d'une longue file d'attente pour trouver du pain, désespéré par les pénuries croissantes qui touchent même les aliments de base au Liban en plein effondrement économique."Il n'y a plus rien dans ce pays", se lamente-t-il en quittant la boulangerie où il était venu se ravitailler.

Le Liban traverse l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850, selon la Banque mondiale, et connaît d'importantes pénuries de carburants qui affectent l'approvisionnement en biens de première nécessité.

(Re)voir :Paroles de Libanais(es) : "Beyrouth n'existe plus", témoigne Patricia Khoder

Chargement du lecteur...

De nombreuses enseignes ont fermé après que la Banque du Liban a annoncé ne plus être en mesure de subventionner le carburant, faisant craindre une énième hausse des prix pour alimenter les générateurs d'électricité privés nécessaires à la fabrication du pain, le courant étant coupé environ 20 heures par jour.

Et celles qui restent ouvertes doivent rationner leur production pour ne pas épuiser trop vite les réserves de farine subventionnée, créant des pénuries en rayons.
 

Le stock de farine qu'on me fournit (pour un mois) suffit pour une semaine seulement.                                                                                       Jacques el-Khouri, boulanger à Beyrouth

"Du diesel et de la farine"

Avant l'aube ce vendredi 13 août, une longue file d'attente s'est ainsi créée devant la boulangerie vers laquelle M. Hamati s'était dirigé : "Je n'ai pu obtenir qu'un seul paquet", soupire-t-il, sueur sur le front.

"Que reste-t-il dans ce pays? On manque de tout", ajoute le septuagénaire. Toutes les épiceries qu'il fréquente habituellement ont "fermé leurs portes".

(Re)voir : Liban : ruée sur les stations-services

Chargement du lecteur...

"Il faut nous fournir du diesel et de la farine", réclame Jacques el-Khouri, le boulanger de 60 ans occupé depuis trois heures du matin à la préparation du pain, heure à laquelle les premiers clients sont arrivés pour faire la queue."Le stock de farine qu'on me fournit (pour un mois) suffit pour une semaine seulement", affirme-t-il.

Avec la crise, 78% de la population libanaise vit désormais sous le seuil de pauvreté d'après les Nations unies, tandis que la livre libanaise a perdu en moins de deux ans plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir.

Dirigeants "déconnectés" 

"Les boulangeries sont incapables de s'approvisionner en diesel", estime Ali Ibrahim, le président du syndicat des boulangers. Selon lui, le dirigeants "sont complètement déconnectés".

(Re)voir : Pourquoi le Liban s'enfonce-t-il dans la crise ?

Chargement du lecteur...

Les pénuries de carburants touchent le pays depuis le début de l'été. Les importateurs accusent le gouvernement d'en être responsables en ayant retardé l'ouverture de lignes de crédits. Les autorités accusent elles les distributeurs d'avoir retenu leurs stocks pour vendre le carburant plus cher sur le marché noir ou en Syrie voisine.

À Tripoli, dans le nord du pays, les boulangeries restées ouvertes peinent, comme dans la capitale libanaise, à faire face à la demande des habitants. "Nous avons imposé un rationnement sur la distribution de pain aux magasins", explique un ouvrier d'une des plus importantes boulangeries de la ville."Nous fournissons moins de la moitié de la quantité que nous envoyions auparavant", résume-t-il.
 

Une fois le loyer payé, il ne nous reste plus rien.                                                                            Mohammad Abdel Kader, pâtissier beyrouthin
 

À Saïda, au Sud, la pénurie est telle que les habitants se résignent au pain noir, des boulangeries ayant rationné le pain blanc à un paquet seulement par personne. Les ménages au Liban dépensent désormais cinq fois le salaire minimum pour leurs seuls besoins alimentaires, selon un rapport publié en juillet par l'Observatoire de la crise de l'Université américaine de Beyrouth.

"Une fois le loyer payé, il ne nous reste plus rien", raconte Mohammad Abdel Kader, 62 ans, dans la pâtisserie beyrouthine où il travaille. Ce père de cinq enfants dit ne plus pouvoir acheter de la viande, regardant "la boucherie de loin et continuant (son) chemin". Il a également envie de pastèques et de raisins mais ne peut même plus s'en procurer. "Hier, j'ai mangé du pain sec" avec des oignons et des tomates.