Info

Liban : le Hezbollah montré du doigt par la justice dans l'assassinat de Rafic Hariri

Saad Hariri, le fils de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, devant le Tribunal spécial pour le Liban, lundi 11 septembre 2018.
Saad Hariri, le fils de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, devant le Tribunal spécial pour le Liban, lundi 11 septembre 2018.
©Bas Czerwinski via AP

Le 14 février 2005, un kamikaze à bord d'une camionnette chargée d'explosifs commettait un carnage à Beyrouth au passage du convoi blindé de l'ex-Premier ministre. Il fera 21 morts, dont Rafic Hariri, et 226 blessés. Près de 14 ans après, le procès de quatre sympathisants du Hezbollah entre dans sa dernière phase à La Haye aux Pays-Bas. Le procureur a désigné la Syrie sans la nommer. Analyse de la journaliste Sandra Noujeim, envoyée spéciale du quotidien libanais L'Orient-Le Jour.

dans

Dernière ligne droite dans le procès des quatre accusés de l'attentat du 14 février 2005 à Beyrouth qui avait coûté la vie à l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri et à 21 autres personnes.

Dès ce mardi 11 septembre, et jusqu'à la fin de la semaine prochaine, le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) dans la banlieue de La Haye aux Pays-Bas, a commencé à entendre les réquisitoires et les plaidoiries finales du procureur, des victimes et des accusés. Les délibérations des juges dureront ensuite plusieurs mois avant qu'ils prononcent un jugement, duquel il pourra être fait appel.

"Nous n'aurons pas recours à la vengeance" a déclaré Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, et actuel Premier ministre libanais qui a fait le déplacement aux Pays-Bas. Il insiste aussi sur l'aspect inédit d'un tel procès. 

Trois questions à Sandra Noujeim, envoyée spéciale du quotidien libanais L'Orient-Le Jour à La Haye pour suivre le procès.

TV5MONDE : Quels sont les enjeux du procès et qu'en pensent les Libanais?
Sandra Noujeim : Pour la première fois, l'accusation le dit très clairement, les motivations des accusés sont liées à leur appartenance au Hezbollah.
 

Chargement du lecteur...
Propos recueillis par Mylène Girardeau.


TV5MONDE : Pourquoi le Premier ministre libanais Saad Hariri tend-il la main au Hezbollah d'Hassan Nasrallah, accusé de l'assassinat de son père ?

Sandra Noujeim : Saad Hariri formule toujours les mêmes termes conciliateurs vis à vis du Hezbollah au nom de la paix civile. 

Chargement du lecteur...
Propos recueillis par Mylène Girardeau.


TV5MONDE : Qui sont les quatre hommes accusés de l'attentat du 14 février 2005 et pourquoi ne participent-ils pas au procès ?
Sandra Noujeim : Ils sont célébrés en tant que héros par le Hezbollah.
 

Chargement du lecteur...
Propos recueillis par Mylène Girardeau / TV5MONDE