Info

Libération de Lula au Brésil : "Il y a de bonnes chances que sa condamnation soit annulée"

Au lendemain de sa libération, Luiz Inácio Lula da Silva salue ses partisans à son arrivée au siège du syndicat des métallurgistes de São Bernardo do Campo, dans la banlieue de São Paolo le 9 novembre 2019. Lula, âgé de 74 ans aujourd'hui, est un ancien ouvrier métallurgiste et syndicaliste.
Au lendemain de sa libération, Luiz Inácio Lula da Silva salue ses partisans à son arrivée au siège du syndicat des métallurgistes de São Bernardo do Campo, dans la banlieue de São Paolo le 9 novembre 2019. Lula, âgé de 74 ans aujourd'hui, est un ancien ouvrier métallurgiste et syndicaliste.
© AP / Nelson Antoine

Après 579 jours passés en prison, Lula a été libéré ce vendredi 8 novembre au lendemain d’un arrêt de la Cour suprême. Pour autant, l’ex-président brésilien entre 2003 et 2010 reste toujours accusé de corruption et de blanchiment d’argent. Quel avenir juridique et politique attend Lula ? Peut-il se présenter à une élection ? Retourner en prison ? Entretien.

L’arrêt de la Cour suprême brésilienne en a surpris plus d’un ce jeudi 7 novembre. Les magistrats de la Haute cour ont décidé qu’une personne n’ayant pas épuisé tous ses recours ne pouvait être emprisonnée, si sa peine a été confirmée en appel. C’est le cas de Luiz Inacio Lula da Silva, condamné en appel en 2018 à douze ans et un mois de prison dans l’affaire Lavage Express (Lava Jato). Une peine réduite à huit ans et dix mois de prison.
 
Chargement du lecteur...
À la libération de Lula, ses partisans exultent, tandis que le président d’extrême droite Jair Bolsonaro assure sur Twitter qu’il ne faut pas « donner de munitions à cette canaille » de Lula, « momentanément libre mais chargé de culpabilité ».
 
Que signifie la sortie de prison de Lula, et quels en sont les enjeux ? Nous avons posé la question à Armelle Enders, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8, et auteure de « Histoire du Brésil » aux éditions Chandeigne.


TV5MONDE : Quelle a été votre réaction quand vous avez appris la libération de Lula ?

Armelle Enders : J’ai ressenti beaucoup de joie. Plus le temps passait, plus l’emprisonnement de Lula apparaissait comme une manœuvre politique, et une injustice flagrante. On ne peut donc que se réjouir que justice soit momentanément rendue à Lula.


Pourquoi dites-vous que ce procès est une « manœuvre politique » ?

La condamnation en première instance de Lula repose sur l’absence de preuves.
Ensuite, les révélations du journal brésilien en ligne The Intercept, (en juin 2019), montrent les multiples violations à la loi des juges dans le procès Lava Jato, et notamment de Sergio Moro. (Ce juge anti-corruption est devenu ministre de la Justice et de la Sécurité Publique après l’élection de Jair Bolsonaro, ndlr.)
 

La plus grande violation à la loi dans le procès de Lula, c’est l’impartialité du juge Moro. Toutes les conversations des juges révélées par The Intercept montrent leur politisation et leur parti pris contre Lula. Le but était que Lula ne se présente pas à la présidentielle.

Quels éléments expliquent cette volte-face de la Cour suprême qui a conduit à la remise en liberté de Lula ?

La question de la libération de Lula divise la Cour suprême depuis longtemps. Lula est allé en prison alors qu’il n’avait pas épuisé tous ses recours. C’est inconstitutionnel : la Constitution de 1988 stipule qu’une personne condamnée en appel ne peut effectuer sa peine que si tous ses recours sont épuisés.

Mais ce qui a vraiment fait bouger les choses, ce sont les révélations de The Intercept ; les magistrats de la Cour suprême ont découvert que des juges qui instruisaient l’affaire Lava Jato enquêtaient sur eux, ce qui est illégal ! À partir de ce moment-là, la Cour suprême a regardé autrement l’affaire Lava Jato.

Sur le plan politique, je pense qu’il est difficile que Lula retourne en prison.

Armelle Enders, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8

Lula reste condamné pour corruption et blanchiment d’argent. Que peut-il se passer désormais ?

Les avocats de Lula souhaitent l’annulation de sa condamnation. Ils dénoncent la partialité du juge de l’époque Sergio Moro, et le non-respect des droits de la défense.
Il y a de bonnes chances que le jugement dans l’affaire du triplex de Lula soit annulé, en raison de l’absence de preuves (cette affaire porte sur un appartement que Lula aurait reçu en guise de pot-de-vin d’un groupe de BTP, ndlr).

Plusieurs jugements de Sergio Moro ont été annulés pour vice de forme. Si la condamnation de Lula était annulée, une nouvelle instruction pourrait voir le jour, avec un autre juge.


Lula peut-il retourner en prison ?

Sur le plan politique, je pense qu’il est difficile que Lula retourne en prison.
Dans l’affaire Lava Jato, Lula dispose de plusieurs recours. Il peut déposer une demande de réexamen de sa condamnation, ou un Habeas Corpus, devant la Cour suprême.

Mais d’autres affaires peuvent le rattraper. Lula est mis en accusation dans sept affaires. Il a été condamné (en février 2019) à douze ans et un mois de prison pour avoir fait financer des travaux dans une résidence secondaire, en échange de contrats.
Dans ce dossier, si Lula est condamné en deuxième instance, et si tous ses recours sont rejetés, il pourrait retourner derrière les barreaux. Cette hypothèse me semble assez peu probable.

Jair Bolsonaro peut avoir un intérêt à avoir Lula comme principal opposant, pour polariser le débat.

Armelle Enders, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8

Lula peut-il se présenter à une élection ?

Une personne condamnée en appel au Brésil ne peut pas se présenter. Aujourd’hui, Lula est inéligible. Il ne pourra se présenter à une élection que si son jugement dans l’affaire du triplex est annulé.


Lula a déclaré dès sa sortie de prison qu’il continuerait à « lutter pour le peuple brésilien". Que représente aujourd’hui l’ex-président du Brésil sur la scène politique ?

Lula est un personnage politique incontournable. Il incarne le chef de file de la gauche. Il suscite beaucoup de ferveur. Même chez les personnes hostiles au Parti des Travailleurs (PT, parti de Lula), j’ai perçu de la joie à la libération de Lula.

Le PT, en l’absence de Lula, n’a jamais disparu de la scène politique. Ce parti a le plus grand nombre de députés (56 sur 511), devant la formation de Jair Bolsonaro.

Cela dit, la gauche brésilienne est totalement fragmentée. Le PT suscite un rejet important. Certains Brésiliens attendaient davantage d’honnêteté de la part de ce parti, qui n’a par ailleurs pas de programme élaboré car il s’est concentré sur la défense de Lula.

Enfin, Jair Bolsonaro peut avoir un intérêt à avoir Lula comme principal opposant, pour polariser le débat.