Info

Ligue des champions: l'Etoile Rouge envisage de porter plainte contre l'Equipe

L'Etoile Rouge de Belgrade lors de leur but lors de la défaite face au Paris SG 6-1 en Ligue des champions le 3 octobre 2018
L'Etoile Rouge de Belgrade lors de leur but lors de la défaite face au Paris SG 6-1 en Ligue des champions le 3 octobre 2018
afp.com - Anne-Christine POUJOULAT
dans

L'Etoile Rouge de Belgrade a annoncé samedi vouloir porter plainte contre le quotidien l'Equipe pour "défendre son honneur", après l'ouverture par la justice française d'une enquête sur des soupçons de trucage du match de Ligue des champions contre le Paris-SG (6-1), le 3 octobre.

"Nous avons engagé un avocat en France qui examine les possibilités juridiques de déposer une plainte contre l'Equipe pour atteinte à l'honneur du club", indique l'Etoile rouge dans un communiqué, le deuxième diffusé par le club en deux jours.

Interrogé par l'AFP, le club n'a pas communiqué l'identité de cet avocat.

"L'Etoile rouge continuera d'insister pour que la vérité soit établie et pour que les manipulateurs et les informateurs qui sont responsables de cette affaire soient trainés en justice pour répondre de leur acte honteux", ajoute le club.

Le champion serbe, de retour en Ligue des champions 27 ans après son sacre en 1991, a de nouveau rejeté samedi "toute possibilité que quiconque de ses membres soit mêlé à quelque acte déshonorant que ce soit".

Selon le journal L'Equipe, qui a révélé l'information, confirmée par une source judiciaire, les instances européennes du football (l'UEFA) ont été alertées avant la rencontre du fait qu'un très haut dirigeant de l'Etoile Rouge de Belgrade s'apprêtait à placer près de cinq millions d'euros sur une défaite de son équipe par cinq buts d'écart.

Le 3 octobre, le PSG avait battu l'Etoile Rouge 6-1.

Dans un premier communiqué, vendredi soir, le club serbe s'était dit "scandalisé et dégouté" par les soupçons de manipulation.

Un peu plus tôt, une source judiciaire avait confirmé l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet national financier (PNF), confiée au service central des Courses et jeux de la police judiciaire.