Info

Mali, Burkina, Guinée : la Cédéao se penche sur les sanctions

Les leaders des pays de la Cédéao prennent la pose lors d'un sommet à Accra, au Ghana, le 25 mars 2022. 
Les leaders des pays de la Cédéao prennent la pose lors d'un sommet à Accra, au Ghana, le 25 mars 2022. 
AP / Misper Apawu

Levée, maintien ou durcissement des sanctions ? Les dirigeants ouest-africains se réunissent dimanche à Accra pour réexaminer leur plan d'action face aux juntes arrivées au pouvoir par la force au Mali, en Guinée et au Burkina Faso.

Les juntes militaires seront au coeur des conversations du sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Les leaders des pays membres doivent notamment se prononcer sur le Mali, qui subit depuis le 9 janvier de sévères mesures de rétorsion commerciales et financières destinées à pénaliser la junte, responsable de deux coups d'Etat en août 2020 et mai 2021.

Le Burkina, autre pays du Sahel pris dans la tourmente jihadiste, et la Guinée ne sont pour l'heure que suspendus des organes de la Cédéao. Mais les juntes en place entendent y rester trois ans et exposent leur pays à un durcissement des sanctions.

(Re)voir : Ghana : au sommet de la CEDEAO la question des juntes au coeur des préoccupations

Chargement du lecteur...

Depuis deux ans, l'Afrique de l'Ouest a vu se succéder les coups de force des colonels et lieutenants-colonels : putsch le 18 août 2020 à Bamako, nouveau fait accompli parachevant le premier, le 24 mai 2021, putsch le 5 septembre 2021 à Conakry, et putsch le 24 janvier 2022 à Ouagadougou. La Cédéao, alarmée du risque de contagion dans une région vulnérable, multiplie les sommets, les médiations et les pressions pour accélérer le retour des civils à la direction de ces pays.

"Énormes progrès" 

Le dernier sommet en date, le 4 juin, avait accouché d'une souris : aucune décision n'avait été prise et la Cédéao s'était donnée un mois de plus pour négocier. Le médiateur Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria, s'est rendu la semaine dernière à Bamako. Si rien n'a officiellement filtré des échanges, un membre de son entourage a indiqué que "le Mali a fait d'énormes progrès"

Les autorités ont annoncé mercredi un calendrier électoral fixant la présidentielle à février 2024, le référendum constitutionnel à mars 2023, et les législatives entre octobre et novembre 2023. Il vient compléter l'adoption le 17 juin d'une nouvelle loi électorale et la mise en place d'une commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution. De premières mesures qui "balisent davantage la voie pour un retour à l'ordre constitutionnel" selon le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga et qui pourrait mener à la levée des sanctions.

(Re)voir : Mali : comment les Bamakois perçoivent la junte

Chargement du lecteur...

Un potentiel point de blocage dans les négociations peut néanmoins subsister avec la porte désormais ouverte, par la nouvelle loi électorale, d'une candidature d'un militaire à une élection présidentielle. Mais les "actes qui ont été posés ces jours-ci vont dans le sens d'une levée de ces sanctions", a estimé vendredi soir le chef de la diplomatie malienne Abdoulaye Diop. La décision sur la levée de l'embargo sur les transactions commerciales et financières est très attendue au Mali, épuisé par dix ans de conflit, et où les négociations entre la junte et la Cédéao durent depuis des mois.

Rassurer "les frères de la Cédéao"

La Guinée a mené cette semaine une intense campagne diplomatique pour apaiser les dirigeants ouest-africains et éviter de nouvelles sanctions. La junte avait suscité l'ire de ses voisins en actant une durée de transition de 36 mois. Un délai qualifié "d'impensable" par le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de l'Union africaine. "La Cédéao va devoir prendre des mesures", avait-il dit.

(Re)voir : Guinée : "Notre transition ne se porte pas bien, la junte refuse tout dialogue", estime Foniké Mengué

Chargement du lecteur...

Le Premier ministre de transition Mohamed Béavogui a reçu samedi le représentant spécial des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mahamat Saleh Annadif. Le message de la Guinée est de rassurer "les frères de la Cédéao", sur l’engagement du pays à mener une transition apaisée et inclusive, a souligné le gouvernement.

Lundi, le gouvernement a aussi reçu les principales formations politiques en vue d'engager un dialogue. Plusieurs mouvements politiques ont conditionné leur participation à la nomination d'un médiateur ouest-africain. "Il nous apparait fondamental que la Cédéao intervienne pour présider le dialogue et favoriser ainsi le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée", a déclaré vendredi le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). 

"Sur la voie du compromis"

Au Burkina Faso, la Cédéao a nommé un médiateur, l'ex-président nigérien Mahamadou Issoufou, malgré son "inquiétude" devant les 36 mois prévus pour la transition. En visite samedi à Ouagadougou, M. Issoufou a salué "l'ouverture au dialogue" des militaires et dit avoir "échangé sur le chronogramme (calendrier ndlr) de la transition" présenté mercredi aux leaders politiques. 

Les autorités burkinabè prévoient les dates du 24 décembre 2024 pour un référendum constitutionnel et du 25 février 2025 pour la tenue d'élections législatives et présidentielle. "Nous sommes sur la voie du compromis" avec ce pays, assure un diplomate de la sous-région.

(Re)voir : Burkina Faso : vers un apaisement ?

Chargement du lecteur...

Vendredi, les partis de l'ex-majorité du président Roch Marc Christian Kaboré renversé ont dénoncé l'agenda présenté par la junte comme une "manœuvre solitaire qui contraste avec les impératifs d'une transition inclusive et réussie", regrettant "l'absence de concertations en amont".