Info

Mexique : le nouveau président Manuel Lopez Obrador prend ses fonctions

Chargement du lecteur...

Le Mexique est en route vers une nouvelle ère sous la présidence d'Andres Manuel Lopez Obrador. Le vétéran de la gauche, ancien maire de Mexico, sera intronisé ce 1er décembre, cinq mois tout juste après sa large victoire à la présidentielle. A 65 ans, il promet de transformer le pays, un pays lassé par la corruption, les violences et la pauvreté.
 

C'est ce samedi 1er décembre que le nouveau chef de l'Etat mexicain entre en scène : Andres Manuel Lopes Obrador est intronisé. Le 1er juillet, sa coalition - dirigée par le parti qu'il a fondé il y a quatre ans, Morena - a obtenu la majorité dans les deux chambres du Congrès. Manuel Lopez Obrador, 65 ans, va entamer avec les pleins pouvoirs un mandat de six ans au cours duquel il a promis de réaliser une "transformation" du pays.

Migrants, corruption, droits humains

Parmi les gros dossiers qui l'attendent figurent notamment la violence croissante alimentée par le narcotrafic, la corruption endémique, la crise migratoire avec une caravane de 6 000 migrants qui campe à la frontière nord, sans oublier une relation diplomatique hautement inflammable avec les Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump.

Il y a quelques jours, le ministre mexicain des Affaires étrangères a donné le ton de la future politique du nouveau gouvernement : "Nous sommes déterminés à réguler le flux migratoire, à promouvoir le développement et à respecter les droits humains. C'est notre objectif en collaboration avec les États Unis." Le ministre mexicain des Affaires étrangère part dimanche à Washington rencontrer le secrétaire d'Etat américain Mike Pompéo. 

Lire aussi notre dossier ► MIGRANTS : COMMENT METTRE FIN À CES TRAGÉDIES ?

Jusqu'à présent, Manuel Lopez Obrador et Donald Trump ont semblé entretenir une relation chaleureuse. Le président américain a déclaré avoir eu une "super conversation" avec lui et l'aurait même qualifié de "Juan Trump" en forme de clin d'oeil à leur victoire contre l'establishment. Donald Trump fait déjà pression sur Manuel Lopez Obrador en matière d'immigration, proposant un accord sur le maintien des migrants demandeurs d'asile au Mexique, le temps que leurs demandes soient étudiées aux États-Unis. 

Dans une lettre ouverte adressée au nouveau président, Amnesty International recommande à son gouvernement de prendre pendant les 100 premiers jours de son mandat 11 mesures portant sur les questions suivantes : les violences commises contre les femmes et les enfants ; la protection de l'environnement qui passe par la protection des défenseurs de la terre, du territoire et de l'environnement ; le rôle de la police et des forces militaires en matière de sécurité publique ; le droit à la justice, à la vérité et à réparation dans les cas de disparition forcée ; et les droits des personnes qui demandent l'asile au Mexique.