Info

Mondiaux de Judo: Agbegnenou avait pensé "tout arrêter"

La joie de la Française Clarisse Agbegnenou, championne du monde (catégorie des -63 kg) pour la 5e fois après sa victoire face à la Slovène Andreja Leski, le 9 juin 2021 à Budapest
La joie de la Française Clarisse Agbegnenou, championne du monde (catégorie des -63 kg) pour la 5e fois après sa victoire face à la Slovène Andreja Leski, le 9 juin 2021 à Budapest
afp.com - Attila KISBENEDEK
La judokate française Clarisse Agbegnenou, alors quadruple championne du monde (catégorie -63 kg), lors d'une séance photos, le 30 janvier 2020 à l'INSEP à Paris
La judokate française Clarisse Agbegnenou, alors quadruple championne du monde (catégorie -63 kg), lors d'une séance photos, le 30 janvier 2020 à l'INSEP à Paris
afp.com - FRANCK FIFE

Confortée par un cinquième titre mondial mercredi à Budapest, la Française Clarisse Agbegnenou peut désormais se tourner vers son objectif principal, une médaille d'or olympique, au bout d'un cycle marqué par le report des JO, qui l'a tellement affectée qu'elle dit avoir pensé "tout arrêter".

Q: Est-ce que ces Mondiaux étaient comme un +bac blanc+ avant le vrai examen, à Tokyo ?

R: "Non, c'est quand même un championnat du monde. Je suis contente d'être allée chercher cette 5e étoile, ce 5e titre. Dans la préparation, je vois qu'il y a des choses qui vont. Il faut continuer sur cette lancée. Debout, j'ai été un peu plus laxiste. Je ne voulais pas faire trop d'erreurs et donner aux filles la possibilité de me contrer. Et puis je ne me sentais pas trop en danger si elles attrapaient avant moi. J'ai pas mal travaillé au sol. C'est mon +mindset+ (état d'esprit, NDLR) du moment et je sais que ça, ça va. Je vais travailler encore un peu plus le debout pour être prête aux Jeux."

Q: On sait que vous avez très mal vécu le report des JO. Comment avez-vous réussi à remonter la pente ?

R: "Ca a été très difficile, très, très dur. Je n'aurais jamais pensé être aussi bas, dans ma vie, dans ma carrière. Je voulais presque tout arrêter, j'en étais là. Ca m'a fait du bien d'être aidée par des personnes, par ma famille, d'avoir repris mes études à HEC, pour être coach de vie. Ca m'a beaucoup aidé. Mais c'est une année qui reste très longue et j'ai hâte d'en finir."

Q: Ca a aussi impliqué de prendre un peu de recul par rapport au quotidien de l'Insep...

R: "Il fallait que je me retrouve moi, toute seule. J'étais tombée bas et j'avais besoin de me recentrer sur moi. Ca a peut-être été dur à comprendre, mais il fallait aussi écouter la personne. C'était pour me retrouver, penser aussi à moi. Je voulais avoir cette médaille (olympique) et je ferai tout pour l'avoir. Il y a encore du chemin mais je suis prête. Ca sera très particulier, il n'y aura pas ma famille, on sera enfermé... Ca sera compliqué, je m'y prépare. Je ne sais pas ce que ça va donner mais je me prépare à ce manque et à ce stress".

Propos recueillis en zone mixte