Info

Nakba : mai 1948, l'avènement d'Israël, catastrophe des Palestiniens

Réfugiés palestiniens en 1948<br />
<sub>photo domaine public</sub>
Réfugiés palestiniens en 1948
photo domaine public

Jours de fête pour Israël qui célèbre sa naissance, les 14 et 15 mai ont une résonance inverse pour les Palestiniens qui commémorent dans la douleur la Nakba : la catastrophe.

dans

Le mot même est tabou en Israël : Nakba. En arabe « la catastrophe », « le désastre ». Sa commémoration le 15 mai, proscrite dans l’État hébreu, suit d'un jour la célébration par ce dernier de sa fondation, il y a juste 70 ans.

14 mai 1948 : dernier jour du mandat britannique sur la Palestine, établi vingt-cinq ans plus tôt sur les décombres de l'Empire Ottoman. Premier jour officiel d’Israël.

Depuis la fin du XIXème siècle s'est affirmée, dans l'ébullition des nationalismes, le rêve d'une refondation sur son lieu antique d'une patrie juive perdue aux débuts de l'Empire romain.

Le rêve sioniste

A partir de 1870, les implantations s'y multiplient. Souvent empreintes d'utopisme, elles sont aidées par des personnalités du monde de la finance. Le mouvement « sioniste » naît officiellement dans les années 1890. En 1897 se tient à Bâle le premier Congrès sioniste mondial, avec pour but la création d'un foyer national juif en Palestine. Un fonds national est créé pour l'achat de terres.

Lord Balfour et sa "déclaration"<br />
<sub>(domaine public)</sub>
Lord Balfour et sa "déclaration"
(domaine public)

En novembre 1917, la « déclaration Balfour » (du nom du ministre des affaires étrangères britannique) affirme le gouvernement de Sa Majesté favorable à la création d'un foyer juif en Palestine sous condition … de ne pas y causer préjudice aux non-juifs.

Résumé de l'écrivain Arthur Koestler : « une nation promettait solennellement à une seconde nation le pays d'une troisième ».

Le mandat accordé par la SDN (Société des Nations, ancêtre de l'ONU) aux Royaume-Uni sur la région confirme implicitement cette voie, le chargeant entre autres de faciliter l'immigration des juifs et leur organisation politique.

Le temps du mandat

Une Agence juive est créée. A la fois instance politique et administrative, elle joue un rôle important dans l'immigration. Elle dispose d'un bras militaire : l'Hagganah qui deviendra, plus offensive, l'Irgoun.

La partie arabe, qui ne reconnaît pas le mandat britannique, refuse en revanche de se doter d'institutions équivalentes. La coexistence des communautés est très loin d'être pacifique : révoltes arabes contre l'autorité, émeutes anti-juives, opérations terroristes de l'Irgoun contre les arabes.

La Palestine du Mandat<br />
<sub>carte de Wikipedia</sub>
La Palestine du Mandat
carte de Wikipedia

La population de Palestine évolue fortement durant le mandat. En 1918, la communauté juive est évaluée à environ 80 000 personnes – pour près de 660 000 arabes - , possédant 5 % des terres.

Accroissement naturel, mouvement sioniste mais surtout flux de réfugiés fuyant les persécutions nazies et les drames de l'Europe : ils sont 630 000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour environ 1. 200.000 arabes (principalement musulmans, une petite minorité chrétienne).

250 000 survivants de l’holocauste attendent en Europe dans des camps de réfugiés.

L’urgence d’un Etat

L'horreur de celui-ci a renforcé aux yeux du monde la revendication par les juifs d'un État. Pourtant, la situation en Palestine est plus tendue que jamais.

Chacune des deux communautés refuse de se fondre dans un État binational et le partage s'annonce périlleux. Impuissante à l'imposer, la Grande-Bretagne s'en remet début 1947 à la jeune ONU, qui désigne une Commission spéciale internationale.

Celle-ci propose un plan de partition : un État juif, un État arabe, Jérusalem sous contrôle international. L'URSS, d'abord réticente mais désireuse de voir les Britanniques quitter la région, finit par s'y rallier, à la surprise générale. Il est voté par l'Assemblée générale de l'ONU le 29 novembre 1947.

Sur le terrain, la partie juive y adhère malgré l'opposition de l'Irgoun. La partie arabe, se jugeant spoliée, le refuse résolument. La guerre commence, meurtrière .

Volontaires arabes en Palestine en 1947<br />
<sub>(domaine public)</sub>
Volontaires arabes en Palestine en 1947
(domaine public)

Guerre de 47-48

Elle est d'abord civile : affrontement des organisations armées juives et des palestiniens soutenus par des volontaires arabes.

A partir du 15 mai 1948, avec le départ des Britanniques à l'expiration de leur mandat et la naissance officielle de l’État d'Israël , elle s'internationalise et devient guerre israélo-arabe.

Les opérations militaires se prolongent jusqu'en 1949. Dans leurs différentes phases, elles se traduisent, malgré des revers, par le succès des forces juives.

Plusieurs centaines de milliers de palestiniens sont amenés à quitter leurs maisons durant l’ensemble de l’année 1948. D’autres les suivront durant les années suivantes. La plupart prennent la direction de pays ou territoires voisins – Liban, Jordanie, Syrie, bande de Gaza – où ils sont parqués dans des camps théoriquement provisoires, dont beaucoup demeurent d’actualité.

Cet exode, dans les faits le plus souvent sans retour, reste l’un des drames majeurs qui continue de nourrir, 70 ans plus tard, le conflit israélo-arabe. Les deux camps s’opposent radicalement sur ses causes, ses circonstances et de ce fait sur le droit des populations et leurs descendants à regagner leurs terres et leurs foyers.

Lectures

Levée du drapeau israélien à la fin du conflit<br />
<sub>(domaine public)</sub>
Levée du drapeau israélien à la fin du conflit
(domaine public)

Selon l’approche israélienne, les Palestiniens n’ont été nullement contraints de partir, le jeune État hébreu étant même disposé à leur accorder les mêmes droits civiques qu’aux juifs. Ce sont les chefs arabes qui ont, selon cette thèse, exhorté leurs populations civiles au départ pour des raisons à la fois militaires et de propagande.

A l’inverse, la plupart des palestiniens estiment avoir été, eux-même ou leurs ascendants de 1948, chassés par la force ou contraints au départ.

Beaucoup considèrent l'idée du transfert comme un pilier de l'idéologie sioniste. Ils voient dans le Plan Daleth, établi par la Hagannah en mars 1948 et prévoyant des opérations dures sur les populations civiles et les territoires conquis, la preuve d'une volonté d'expulsion.

Nouvelles approches

Depuis la fin des années 1980, une nouvelle génération d’historiens israéliens s’appuyant sur des documents longtemps inédits est venue, dans l’ensemble et malgré des nuances, renforcer la vision palestinienne d’un exode aucunement choisi. Ils divergent cependant sur le rôle précis du vainqueur et ses intentions.

Longtemps proche du Parti communiste israélien, l’historien Ilan Pappé voit dans l’exode palestinien une sorte de nettoyage ethnique planifié. Son confrère Benny Morris ne le suit pas dans cette qualification mais il remet également en cause la thèse d’un départ massif dicté par les dirigeants arabes.

Selon sa recherche portant sur près de 400 localités, cette explication ne s'applique qu'à un très petit nombre de cas. L’expulsion, elle, aurait été commandée par l’occupant dans environ 15 % des départs. Dans leur majorité, ces derniers ont été motivés par la crainte des combats et d'exactions, voire l’écho de massacres tel celui de Deir Yassin perpétré en avril 48 par l’Irgoun.

Jaffa dans les années 30
Jaffa dans les années 30

Une société vulnérable

Une première vague d'environ 100 000 palestiniens, en majorité des classes moyennes urbaines, aurait ainsi quitté ses foyers entre décembre 1947 et mars 1948, espérant souvent un retour après l'apaisement espéré des violences. 300 000 autres les auraient suivis à partir du durcissement des combats – offensive de la Hagannah, destructions de villages - , vers le mois d'avril.

Une trêve survient en juin mais une reprise des opérations militaires lui succède durant les six derniers mois de l'année, entraînant un troisième mouvement de fuites. Une dernière vague émigre après la fin des combats, de 1949 à 1950.

Benny Morris et d’autres chercheurs s’accordent sur un point : l’état de faiblesse de la société palestinienne. Celle-ci, fragilisée à la fois par la disparition des structures administratives britanniques - fussent-elles haïes - et le départ de ses élites dans les premiers mois du conflit, n'aurait pas résisté aux conditions induites par la guerre.

Une question actuelle

Commémoration de la Nakba : une fillette à Hébron en 2010. La clef représente celle de la maison perdue.<br />
<sub>(photo Wikipedia)</sub>
Commémoration de la Nakba : une fillette à Hébron en 2010. La clef représente celle de la maison perdue.
(photo Wikipedia)

Le nombre total de palestiniens ayant, de gré ou de force, pris le chemin de l’exil entre fin 1947 et 1950 est estimé à près de 800 000.

70 ans après leur exode, leurs descendants réclament encore l’application de la Résolution 194 votée le 11 décembre 1948 par les Nations -Unies, fondant ce qu’ils nomment le « droit au retour » : « il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins ». Ceux qui ne désirent pas rentrer devaient être dédommagés.

Selon des organisations pro-palestiniennes actuelle, « La Nakba (catastrophe) n’est pas un évènement, mais un processus qui continue aujourd’hui : l’expulsion des Palestiniens de leur terre. ». Accusation fermement démentie par les autorités israéliennes.

La question des réfugiés, leur descendance et leurs droits n’en reste pas moins, en tout état de cause une question d’actualité toujours brûlante, d’autant que les guerres ultérieures ont multiplié leur nombre.

Selon un sondage récent, près de la moitié des juifs d’Israël pensent aujourd'hui que les arabes d’Israël ou de Cisjordanie devraient en être expulsés.

►Lire aussi : Jérusalem, capitale d'Israël ? Une reconnaissance américaine à haut risque