Info

Nouveau traité franco-britannique sur le contrôle de l'immigration

Chargement du lecteur...

Traitement amélioré des mineurs non accompagnés, contribution complémentaire de Londres de 50 millions d'euros au contrôle de la frontière - telles sont les principales mesures du nouveau traité franco-britannique signé ce jeudi, avec toujours un même objectif : juguler l'afflux de migrants à Calais.

dans

Emmanuel Macron et Theresa May ont vanté jeudi "l'entente cordiale" entre la France et le Royaume-Uni lors d'un sommet franco-britannique à Sandhurst qui a débouché sur la signature d'un traité sur le contrôle de l'immigration et le prêt de la Tapisserie de Bayeux.

Ce traité conclu par le président français et la Première ministre britannique est destiné à compléter les accords du Touquet de 2004, qui avaient instauré des contrôles d'immigration communs dans les ports des deux pays - sans réussir à juguler l'afflux de migrants à Calais.
 


Signé en 2003, le traité du Touquet régit depuis lors les contrôles frontaliers entre la France et la Grande-Bretagne. La frontière est fixée sur la côte française, les migrants potentiels s'y retrouvent bloqués. La suite est connue : un bidonville  s'est développé près de Calais, plusieurs fois démantelé. Mardi le président français s'est y déplacé pour la première fois. il affirmait vouloir prendre le problème à bras le corps.

Downing Street a fait part de son intention d'augmenter de 44,5 millions de livres (50,5 millions d'euros) sa contribution financière au contrôle de la frontière à Calais, suite à une demande de la France. "Nous renforcerons les infrastructure de sécurité avec davantage de vidéosurveillance, des clôtures et des technologies infrarouges à Calais et dans d'autres postes frontières", a assuré Theresa May. Sur la coopération en matière de défense, elle a annoncé l'envoi de trois hélicoptères de transport lourd Chinook au Sahel pour épauler les troupes françaises, ainsi que des personnels non-combattants.