Info

Covid-19 : quelles restrictions dans le monde après la découverte du variant Omicron ?

Des voyageurs font la queue avant de prendre l'Eurostar à destination de l'Europe depuis la gare de St Pancras de Londres le 17 décembre 2021. La France a décidé de durcir ses conditions d'entrée sur son territoire après l'annonce d'un pic d'infection au nouveau variant du Covid-19 Omicron au Royaume-Uni. 88 376 nouveaux cas ont été confirmés le 16 décembre, 10 000 de plus que la veille.
Des voyageurs font la queue avant de prendre l'Eurostar à destination de l'Europe depuis la gare de St Pancras de Londres le 17 décembre 2021. La France a décidé de durcir ses conditions d'entrée sur son territoire après l'annonce d'un pic d'infection au nouveau variant du Covid-19 Omicron au Royaume-Uni. 88 376 nouveaux cas ont été confirmés le 16 décembre, 10 000 de plus que la veille.
© AP Photo/Matt Dunham

La propagation rapide du nouveau variant du coronavirus, Omicron, pousse plusieurs pays du monde à un nouveau tour de vis. En Chine la ville de Zhuhai, près de Macao, a imposé des restrictions de déplacements, après la découverte de sept cas de contamination par le variant Omicron. Et depuis le 15 janvier, un pass vaccinal est exigé dans les bars et les restaurants en Allemagne. Tour d'horizon.

Les restrictions en Europe

  • France
La France enregistre records sur records de contaminations au Covid-19. Au 31 décembre, 219.200 nouveaux cas ont été recensés. 

À partir du 3 janvier 2022, date de la rentrée, les Français pourront recevoir leur rappel de vaccin anti-Covid, souvent qualifié de troisième dose, dès trois mois après leur vaccination (2 doses), a annoncé le 27 décembre le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse.

En outre, le port du masque sera obligatoire dès 6 ans à partir du 3 janvier dans les transports et pour les déplacements dans les restaurants, selon un décret paru, le 1er janvier, au Journal officiel.

Cette obligation, qui concernait jusqu'à présent les enfants à partir de 11 ans, va s'appliquer dans les transports collectifs, bateaux, avions, et véhicules (dont les taxis et VTC), ainsi que dans les gares, stations de transports publics et aérogares, précise le décret. L'accès à ces espaces et moyens de transports "est refusé à toute personne qui ne respecte pas cette obligation", note le texte.

Pour freiner la progression fulgurante du variant Omicron, "la consommation dans les bars et cafés ne pourra plus se faire debout, mais seulement de manière assise", à compter du 3 janvier et pour trois semaines, a indiqué le chef du gouvernement. Les débits de boissons ne pourront ouvrir au-delà de 02h00 samedi 1er et dimanche 2 janvier.

Le recours au télétravail "sera rendu obligatoire" à partir de la rentrée 2022 "pour tous les salariés pour lesquels ce sera possible", à raison de "trois jours minimum par semaine et quatre jours si possible", a déclaré Jean Castex.

Le Premier ministre a annoncé le retour des jauges, fixées à 2000 personnes maximum en intérieur et 5000 en extérieur. 

Le gouvernement a ajusté les règles d'isolement pour les personnes vaccinées, afin d'éviter une paralysie économique. À partir du 3 janvier, les personnes vaccinées testées positives devront s'isoler 7 jours. Cet isolement peut être réduit à cinq jours en cas de test négatif. Les cas contacts vaccinés n'auront quant à eux plus besoin de s'isoler mais devront continuer de respecter les gestes barrières et se faire tester régulièrement.

Depuis le 28 décembre, un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24h est obligatoire pour tous les passagers, vaccinés ou non, se rendant dans les territoires français d'outre-mer à partir de métropole comme de l'étranger. L'état d'urgence sanitaire a été prolongé en Martinique et rétabli à La Réunion. Un couvre feu est entré de nouveau en vigueur dans ce département, au minimum jusqu'au 23 janvier.

Depuis le 7 janvier 2022, un couvre-feu nocturne (de minuit à 5h du matin) a été instauré à Saint-Martin et sera en vigueur au moins un mois. En outre, le pass sanitaire est rendu obligatoire dans les bars et restaurants, y compris en terrasse.

Le nombre de convives y est limité à six par table avec une distance de deux mètres entre chaque table et la vente d’alcool à emporter interdite à partir de 18h. Les cérémonies de vœux sont proscrites et les pistes de danse interdites.

Le 5 décembre, c'est en Guadeloupe, repassé en état d'urgence sanitaire, que de nouvelles mesures ont été annoncées. Le préfet a annoncé, pour trois semaines, un couvre-feu à partir de 22h. Celui-ci qui pourrait-être ramené à 20h s'il n'y a pas de recul des contaminations. En outre, les pique-nique en bord de mer et les rassemblements de plus de 6 personnes sur la voie publique sont désormais proscrits. 

Le port du masque à l'extérieur est obligatoire à Lyon et Villeurbanne depuis le 30 décembre, "pour une durée de trois semaines", pour les personnes âgées de 11 ans et plus, "excepté entre 02h00 et 06h00 du matin".

Lyon et Villeurbanne ont emboîté le pas à l'Ile-de-France. Le port du masque y est redevenu obligatoire à l'extérieur depuis le 31 décembre. 

Des mesures de restrictions, sur l'ensemble du département du Rhône, ont également été prises pour le weekend de la Saint-Sylvestre. 

Il s'agit principalement de l'interdiction de consommation d'alcool sur la voie publique et la suspension de dérogation "d'ouverture tardive après 01h00 du matin" des bars et restaurants, qui devront donc "impérativement" fermer à cette heure-là.

En Savoie, le préfet a déjà donné un tour de vis supplémentaire. Un arrêté proroge des mesures en vigueur depuis le 30 novembre, obligeant le port du masque aux personnes de onze ans et plus, y compris en extérieur, dans les lieux rassemblant plus de 10 personnes, comme les marchés, les salles de spectacle, etc.

Depuis le 31 décembre, le port du masque est obligatoire dans les centre-ville de la plupart des stations de ski de l'Isère et des Hautes-Alpes. En Isère, l'obligation du port du masque en extérieur à partir de onze ans a été étendue jusqu'à nouvel ordre aux stations de ski des Deux-Alpes, de l’Alpes-d’Huez, de Chamrousse et de Villard-de-Lans.

Dans les Hautes-Alpes, la préfecture a décidé d'étendre cette même restriction aux "fronts de neige et dans les centres de stations dès ce 31 décembre et pour une durée d’un mois."

Par ailleurs, le Premier ministre avait annoncé la fermeture des discothèques pendant les quatre prochaines semaines à partir du 10 décembre.

Lors du dernier Conseil de défense le 17 décembre il avait renforcé les restrictions sanitaires. La principale étant que le pass sanitaire devient un pass vaccinal.

(Re)lire : Covid-19 en France : un pass vaccinal au lieu du simple pass sanitaire

Pour entrer dans les restaurants, centres commerciaux, lieux de spectacle, musées et autres lieux réunissant du public, un test négatif ne suffira plus : il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel.

Le rappel de vaccin est raccourci de 5 à 3 mois, pour tous les adultes. Le 2 janvier, le ministère de la Santé a annoncé qu'à partir du 15 février, le pass sanitaire allait être désactivé si la dose de rappel n'était pas effectuée dans les 4 mois. 

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans sera ouverte à partir du 15 décembre. Une telle mesure viserait essentiellement à éviter que les enfants deviennent les principaux vecteurs de l'épidémie, les cas graves de Covid étant extrêmement rares chez les plus jeunes.

Mais avant de l'acter, l'État doit attendre l'avis de plusieurs instances. Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), la Haute autorité de santé (HAS) puis en dernier lieu le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV), ne se prononceront que quelques jours avant Noël.  Cependant, l'exécutif, à commencer par le président Macron, ne cache pas sa volonté de prendre une telle décision, sur le modèle d'Israël ou des États-Unis.

Les pharmaciens "qui le souhaitent" pourront ouvrir désormais tous les dimanches sur les mois de décembre et janvier pour vacciner contre le Covid-19.

Pour l’instant pas de confinement ou de couvre-feu au programme, que ce soit pour les non-vaccinés ou l'ensemble de la population, même si le gouvernement se garde de promettre qu'il ne reviendra plus jamais à de telles mesures. Cependant les mairies doivent renoncer aux concerts et feux d'artifice le soir du 31 décembre. La consommation d'alcool sur la voie publique sera interdite.

La France a également suspendu, le 26 novembre, les arrivées en provenance de sept pays d'Afrique australe, dont l'Afrique du SudLesotho, Botswana, Zimbabwe, Mozambique, Namibie et l'Eswatini, auxquels ont été ajoutés le Malawi, la Zambie et l'île Maurice.

Le 16 décembre, l'obligation de justifier de "motifs impérieux" pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni a été rétablie.

Pour l'ensemble des voyageurs provenant d'un pays hors de l'UE, un seul test négatif de moins de 48 heures est nécéssaire, "que ces voyageurs soient vaccinés ou non".

Concernant les voyageurs en provenance des pays de l'UE, la France imposera un test de 24 heures pour les non-vaccinés. 

(Re)voir : Covid-19 : ce que l'on sait du "préoccupant" variant Omicron

Chargement du lecteur...
  • Belgique 

Face à la flambée de cas de Covid-19, la Belgique avait annoncé mercredi 22 décembre qu'elle fermerait ses salles de spectacle afin de tenter d'endiguer la propagation du variant Omicron à compter du dimanche 26 décembre, mais elle est revenue sur sa décision. Désavoué par la justice, le gouvernement belge a fait marche arrière mercredi 29 décembre en rouvrant les salles de spectacle et de cinéma. Une jauge de 200 personnes, fortement contestée, a toutefois été maintenue.

Les écoles maternelles et primaires de Belgique ferment leurs portes pour les congés de Noël avec une semaine d'avance.

Un couvre-feu est instauré à partir de 23 heures depuis le 27 novembre. Les discothèques resteront fermées. Les compétitions sportives à l’intérieur auront lieu sans public. Les réceptions privées en intérieur sont désormais interdites, excepté les mariages et les funérailles. Les bars et restaurants fermeront dès 23h00 avec obligation pour les clients d'être assis et pas plus de six par table. 
 
  • Royaume-Uni

Il existe des "signes encourageants" laissant envisager la levée des restrictions liées au Covid en Angleterre à la fin du mois, a déclaré dimanche 16 janvier Oliver Dowden, membre du gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson. Ces restrictions, décidées le mois dernier, doivent être réexaminées le 26 janvier.

A Londres, où le variant Omicron est déjà dominant, le maire Sadiq Khan s'est déclaré "immensément préoccupé" et a déclenché une procédure d'alerte impliquant une réponse coordonnée des services publics. Ce dispositif avait déjà été activé le 8 janvier 2021, au plus fort de la pandémie, quand les hôpitaux londoniens étaient menacés d'être submergés.

Pour l'instant, Boris Johnson s'est contenté de déclencher son "plan B," qui prévoit masques à l'intérieur, télétravail et pass sanitaires pour les boîtes de nuit et événements de masse, et de mettre l'accent sur la vaccination.


(Re)voir : Royaume-Uni : Boris Johnson confronté à Omicron et à un échec électoral

Chargement du lecteur...
Le Royaume-Uni avait annoncé le mardi 14 décembre que le ministre britannique de la Santé allait mettre fin aux très strictes restrictions imposées aux arrivées depuis 11 pays africains, dont l'Afrique du Sud et le Nigeria.

Le Royaume-Uni, où deux premiers cas avaient été détectés dès samedi 27 novembre, avait décidé de durcir les mesures aux frontières. "Nous demanderons à toute personne entrant au Royaume-Uni de passer un test PCR" deux jours après son arrivée "et de s'isoler jusqu'à ce qu'elle ait le résultat", a déclaré le Premier ministre, Boris Johnson.

Il faut désormai un "motif impérieux" pour traverser la Manche. De nombreux Britanniques ont donc annulé leurs réservations de ski ou de séjours dans le Sud de la France.
 
  •  Pays de Galles
Le gouvernement gallois a annoncé mardi 21 décembre que tous les évènements sportifs sur son territoire se dérouleront à huis clos à partir du 26 décembre, pour freiner la flambée des cas de Covid-19, notamment liée au nouveau variant Omicron.
 

Les premiers évènements touchés par cette mesure seront la rencontre de rugby entre Cardiff et les Scarlets en United Rugby Championship (URC) et un match de football de la Welsh National League entre Wrexham et Solihull qui ont lieu lors du Boxing Day (26 décembre).

Cette mesure affectera aussi le championnat de football de D2 anglais dans lequel sont engagés Cardiff et Swansea. Ces derniers recevront donc Luton dans un stade vide, le 29 décembre.

 
  • Allemagne

Face à la déferlante Omicron, l'Allemagne a opéré un nouveau tour de vis. Depuis le 15 janvier, les clients des restaurants, cafés et bars devront, en plus d'un certificat de vaccination ou de guérison, doivent présenter un test de dépistage négatif du jour. Les personnes ayant déjà reçu une troisième dose de sérum sont toutefois exemptées de test.

Pour éviter la paralysie de l'économie, le gouvernement fédéral a décidé d'assouplir certaines mesures. Ainsi, les délais de quarantaine pour les malades et les cas contacts vont être réduits.  Toute personne en contact avec un malade infecté ne devra plus se mettre en quarantaine si elle a reçu trois doses de vaccin, vient d'être vaccinée ou a déjà contracté le virus.

Pour tous les autres, y compris les personnes infectées, la quarantaine, qui était jusqu'ici de 14 jours, pourra être réduite à sept jours sur présentation d'un test PCR négatif. 

En outre, le port d'un masque FFP2 est désormais "recommandé avec insistance"dans tous les commerces et les transports publics, de courte ou de longue distance. 

Auparavant, une nouvelle batterie de mesures était entrée en vigueur mardi 28 décembre, avant les célébrations du nouvel an. 
 
Les réunions privées de plus de dix personnes sont interdites, même pour les vaccinés et les personnes guéries. Pour les non-vaccinés, la limite tombe à deux membres de foyers différents.
 
Toutes les compétitions sportives, en particulier les matches de football, se dérouleront à huis clos, ce qui devrait concerner la Bundesliga au moment de la reprise du championnat d'Allemagne le 7 janvier. 
 
Les discothèques et clubs ont également fermé leurs portes pour éviter une propagation du virus le 31 décembre. De plus, les réunions privées de plus de dix personnes sont interdites, même pour les vaccinés et les personnes guéries. Pour les non vaccinés, la limite tombe à deux membres de foyers différents. 

L'Allemagne, qui a classé vendredi 17 décembre la France et le Danemark comme zones de contamination à "haut risque", va imposer aux voyageurs non vaccinés en provenance de ces pays une période de quarantaine.

Les autorités allemandes ont annoncé samedi 18 décembre avoir classé à son tour le Royaume-Uni dans la catégorie des pays frappés par la pandémie de Covid-19 les plus à risque : les personnes arrivant du territoire britannique devront se soumettre à partir de "dimanche à minuit" (23H00 GMT) à une quarantaine obligatoire de deux semaines, y compris celles vaccinées ou guéries de cette maladie.

L'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés depuis le 2 décembre 2021 qui s'apparentant à un quasi-confinement. Toute personne n'ayant pas un passeport vaccinal complet n'a plus accès aux commerces non essentiels, aux restaurants, aux lieux de culture ou de loisirs.

Seuls les citoyens allemands sont autorisés à rentrer d'Afrique du Sud depuis le vendredi 26 novembre, à condition de respecter une quarantaine de quatorze jours, même s'ils sont vaccinés, a annoncé le ministre sortant allemand de la Santé Jens Spahn.

La ville de Berlin a commencé le 15 décembre une campagnes de vaccination contre le Covid des enfants de moins de 12 ans, une des tranches d'âge les plus exposées aux contaminations actuelles.

Le chancelier Olaf Scholz a annoncé le 21 décembre que tous les événements sportifs se dérouleront à huis clos, au plus tard à compter du 28 décembre. Les fêtes du Nouvel an devront être limitées à dix invités maximum pour les vaccinés, et deux pour les non-vaccinés.

  • Italie 
Selon les nouvelles règles entrées en vigueur lundi 10 janvier, les personnes non vaccinées contre le Covid-19 ne peuvent plus manger au restaurant ni prendre l'avion pour voyager à l'intérieur du pays, alors que les écoles ont rouvert. 

Seules les personnes récemment remises du Covid-19 sont exemptées de cette obligation qui représente un nouveau renforcement des restrictions imposées aux non-vaccinés face à l'augmentation des infections, y compris chez les enfants. 

Les masques FFP2 sont désormais obligatoires dans les théâtres, cinémas, stades de sport et tous les transports publics. 

Les habitants non vaccinés des petites îles italiennes, qui avaient prévenu qu'ils risquaient de se retrouver en "exil forcé" par les nouvelles règles, ont obtenu un délai supplémentaire. 

 
  • Pays-Bas

Les Pays-Bas se sont reconfinés dimanche 19 décembre. "Je suis ici ce soir d'humeur sombre. Pour le résumer en une phrase, les Pays-Bas vont retourner au confinement à partir de demain (dimanche)", avait déclaré le Premier ministre Mark Rutte. "C'est inévitable (...) et nous devons intervenir maintenant par précaution", a-t-il poursuivi au cours d'une conférence de presse télévisée.

Le jour du réveillon de Noël, Mark Rutte a dans une interview accordée au quotidien populaire De Telegraaf reconnu des "fautes" dans la gestion de la crise sanitaire. 

Le libéral a dans une interview publiée vendredi concédé avoir commis des erreurs de "communication" et admis que la campagne de rappel de vaccination "aurait pu commmencer plus tôt".  "Je n'ai pas réussi à convaincre suffisamment les gens des mesures de base", a-t-il souligné au Telegraaf. 

Tous les magasins non-essentiels, restaurants, bars, cinémas, musées et théâtres ont fermé leurs portes et ce, jusqu'au 14 janvier. Les écoles doivent garder portes closes jusqu'au 9 janvier. Le 3 janvier gouvernement a annoncé leur réouverture pour le 10 janvier, marquant ainsi un premier pas vers la réouverture du pays.

Le nombre des invités que les gens sont autorisés à recevoir chez eux est parallèlement réduit à deux, sauf pour Noël, ainsi que la veille et le lendemain de cette journée du 25 décembre, et pour la période du Nouvel An, où il sera de quatre.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait annoncé le 15 décembre la fermeture anticipée des écoles primaires une semaine avant les vacances de Noël. Il prolonge les restrictions sanitaires actuelles jusqu'au 14 janvier, à cause du variant Omicron.

La Commission européenne proposera, en étroite coordination avec les États membres, d'activer le frein d'urgence pour interrompre les voyages aériens en provenance de la région d'Afrique australe en raison du variant B.1.1.529.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.
  • Espagne 

En Espagne, le port du masque en extérieur redevient obligatoire à partir du vendredi 24 décembre. Et les autorités de Catalogne (nord-est) ont la possibilité depuis jeudi 23 au soir d'instaurer un couvre-feu de 1H à 6H du matin dans la majeure partie de la région.
Le pays avait atteint mercredi 22 décembre un pic de plus de 60.000 nouveaux cas en 24h. 

Les festivités du Nouvel An sont annulées dans la plupart des régions et 9 des 10 villes les plus peuplées du pays ne célèbreront pas les "campanadas", les cloches du passage à la nouvelle année. La tradition veut que les Espagnols avalent douze grains de raisin au son des douze coups de minuit.

Seule Madrid a maintenu une cérémonie a minima sur la célèbre place de la Puerta del Sol, avec une jauge limitée à 7.000 personnes -masquées-, contre 18.000 en 2019, en période pré-pandémique.

  • Pologne

La Pologne annonce des jauges plus strictes dans la restauration, l'hôtellerie, les transports et les églises, ainsi que la fermeture de discothèques et clubs, à compter du 15 décembre.
 
30% des capacités des établissements accueillant du public seront autorisée, contre 50% actuellement. Dans les transports publics, la jauge pourra aller jusqu’à 75% des capacités prévues. Les clubs et discothèques vont fermer.
 
Par ailleurs, une nouvelle loi en préparation devrait permettre aux chefs d'entreprise de demander des résultats de tests anti-Covid à leurs employés

  • Portugal
"Le variant Omicron est déjà dominant au Portugal", avec un nombre de cas "estimé à 61,5% le 22 décembre dernier", selon un communiqué précisant toutefois que la mortalité et les hospitalisations en soins intensifs restent "stables".

Face au nouveau variant, le Portugal a adopté une série de nouvelles mesures de contrôle de l'épidémie comprenant notamment le télétravail obligatoire, la présentation d'un test pour assister à un spectacle ou à un évènement sportif, ainsi que la fermeture des bars et discothèques.

Pour réduire les contacts après les rassemblements prévus pour les fêtes de fin d'année, l'exécutif socialiste avait annoncé dès le 25 novembre que les vacances scolaires seraient prolongées et que le télétravail serait obligatoire pendant la première semaine de janvier.
 
  • Irlande
Les bars, pubs et restaurants devront fermer dès 20H00 à partir de dimanche 19 décembre et cela jusqu'à la fin janvier.
 
  • Danemark
Dès dimanche 19 décembre et pour un mois les théâtres, cinémas et salles de concerts vont fermer, ainsi que les parcs d'attractions et musées.
 
  • Suisse
En Suisse, à partir de lundi 20 décembre, seules les personnes vaccinées ou guéries auront accès à l'intérieur des restaurants, des établissements culturels et des installations de sport et de loisirs ainsi qu'aux événements en intérieur.
 
  • Suède
En Suède, un test Covid-19 négatif est obligatoire à partir de mardi 28 décembre pour tous les voyageurs à leur arrivée sur le territoire.

Les voyageurs en provenance d'autres pays de l'Union européenne, devront à partir du 28 décembre présenter un test Covid négatif même s'ils sont vaccinés.

A partir du 23 décembre, le télétravail devra être privilégié dans le pays, et l'utilisation du passeport vaccinal va être élargie. Les centres commerciaux, les bars et les restaurants ne pourront plus servir les clients debout. La première ministre a annoncé que cela signifiait qu'il n'y aurait pas de fête du Nouvel an dans les boîtes de nuit. Pour les lieux hébergeant des fêtes privées, la jauge est fixée à 50 personnes. 
  • Grèce 

En Grèce, le port du masque en intérieur comme en extérieur devient également obligatoire à partir du vendredi 24 décembre, et ce, jusqu'au 2 janvier. "Il y a beaucoup de mouvement pendant les fêtes de fin d'année, et de larges foules se rassemblent en extérieur", a justifié le ministre de la Santé, Thanos Plevris.

Les bars et restaurants devront fermer à 02h00 la nuit de la Saint-Sylvestre, mesure exceptionnelle car les autres jours, ils fermeront à minuit. Les tablées dans les restaurants seront limitées à six personnes à compter de ce jeudi et jusqu'au 16 janvier. Et pas question d'y danser : "La musique sera interdite" dans ces établissements, a prévenu Thanos Plevris.

  • Finlande

La Finlande a décidé elle de n'autoriser l'entrée qu'aux voyageurs étrangers munis d'un test Covid-19 négatif et pouvant prouver une vaccination complète ou une infection passée.

  • Chypre

Pour le Nouvel An, Chypre a interdit la danse dans les lieux publics.



A re(lire) :

> Covid-19 : L'Allemagne face à une nouvelle vague de contaminations

> Covid-19 en France : du rappel pour les adultes à la vaccination des enfants, les dernières mesures annoncées

> Covid-19 en Europe : 700 000 morts supplémentaires d'ici le printemps, selon l'OMS

Les restrictions en Amérique du Nord

  • Canada

À compter du 18 janvier, le Québec, province canadienne la plus touchée par la vague Omicron, appliquera des restrictions aux non-vaccinés pour "les protéger contre eux-mêmes" et "leur faire comprendre qu'il faut qu'ils restent chez eux", selon les mots du ministre de la Santé de la province, Christian Dubé. 

Les magasins vendant de l'alcool et du cannabis ne seront ainsi accessibles qu'aux personnes munies d'un passeport vaccinal. D'autres commerces non-essentiels s'ajouteront à la liste des endroits où le passeport vaccinal sera requis prochainement a fait savoir l'élu. 

Le 30 novembre, le Canada a porté à dix le nombre de pays en provenance desquels les entrées sur son territoire sont interdites. Le Nigeria, le Malawi et l'Égypte rejoignent le Botswana, l'Eswatini, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie, l'Afrique du Sud et le Zimbabwe.

"Les ressortissants étrangers qui ont transité ou séjourné dans ces dix pays ne peuvent pas entrer au Canada s'ils y ont séjourné au cours des deux dernières semaines", a indiqué le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos, lors d'une conférence de presse.

Ces personnes se verront refuser l'entrée au Canada à compter du 1er décembre.

Les Canadiens et résidents permanents qui sont allés dans l'un de ces pays devront effectuer une quarantaine, en plus d'effectuer un test de dépistage à l'arrivée et au huitième jour après leur retour au pays.

  • Un Noël compromis au Québec
Face à la hausse des infections quotidiennes, qui ont doublé en moins d'une semaine, les autorités québécoises serrent la vis. Depuis lundi 20 décembre, bars, salles de sports ou encore cinémas ont ordre de rester fermés. Les restaurants peuvent rester ouverts mais jusqu'à 22 heures. Les cours dans les écoles primaires et secondaires sont suspendus jusqu'au 10 janvier. Le télétravail est obligatoire.
 
Dans cette bataille, la vaccination n'est pas suffisante. Il faut être capable de réduire les contacts de 50 % au cours des prochaines semaines.
François Legault, Premier ministre du Québec

Les Québécois pourront recevoir un maximum de 10 personnes provenant d’un maximum de trois foyers. La capacité d’accueil sera réduite de 50 % dans les commerces, les lieux de culte, les restaurants, les salles de spectacles et plusieurs autres types d’établissements. La danse, les fêtes de bureau et le karaoké seront interdits.

Dans les lieux de culte, les rassemblements de plus de 250 personnes seront interdits. On exigera le passeport vaccinal dans les lieux de culte, les spas et il sera aussi imposé aux visiteurs et aidants naturels des CHLSD (EPAHD)  et des résidences pour aînés. Il sera possible de tenir des cérémonies de mariage et des funérailles sans passeport vaccinal, mais le cas échéant, la limite sera fixée à 25 personnes. Les tournois et les compétitions sportives seront suspendus. Les matchs de saison régulière seront maintenus, mais la pratique de toute activité intérieure devra se limiter à un maximum de 25 personnes.

Le 30 décembre, François Legault a annoncé un nouveau tour de vis. Un couvre-feu sera mis en place dès le 31 décembre sur l'ensemble de la province entre 22h et 5h. Par ailleurs, les salles de restaurants doivent également fermer et  les rassemblements privés doivent se limiter au cercle familial. 

(Re)lire : Covid-19 au Québec : retour du couvre-feu nocturne et interdiction de rassemblements
 
  • États-Unis
Les États-Unis ont réduit de moitié, à cinq jours, la durée de la quarantaine des personnes infectées par le Covid-19, à condition qu'elles soient asymptomatiques ce mardi 28 décembre.

En outre, le pays lèvera, le 31 décembre, après un peu plus d'un mois, les restrictions aux voyages pesant sur huit pays africains, qui avaient été imposées pour ralentir la propagation du variant Omicron.

"Les restrictions de voyage (...) ne sont plus nécessaires pour protéger la santé publique", précise le président Joe Biden dans son décret daté du mardi 28 décembre.


Cette réouverture des frontières concerne l'Afrique du Sud, le Botswana, le Zimbabwe, la Namibie, le Lesotho, l'Eswatini, le Mozambique et le Malawi

A compter du 27 décembre,  là New York, les employés du secteur privé doivent se soumettre à  l'obligation vaccinale décidée par le maire de la ville, Bill de Blasio. Un pass vaccinal sera également demandé dans la ville pour les repas en intérieur et les divertissements pour les enfants âgés de 5 à 11 ans.
 

À Los Angeles, à compter de samedi 19 décembre, tous les employés municipaux, policiers et pompiers inclus, qui n'auront pas obtenu une exemption pour une raison médicale ou religieuse, devront être vaccinés, sous peine d'être placés en congé administratif.
En fin de semaine, le président américain Joe Biden avait mis en garde contre "un hiver de maladie grave et de mort" pour les personnes non vaccinées et exhorté les Américains à se faire vacciner.

La soirée de remise des Oscars d'honneur, prévue en janvier, va par ailleurs devoir être reportée. 


(RE)voir : Covid-19 : avec Omicron le retour des restrictions

Chargement du lecteur...

Les restrictions en Afrique

  • Afrique du sud

L'Afrique du Sud, qui avait annoncé la semaine dernière la fin du traçage des cas contacts de personnes testées positives au Covid-19, est revenue sur cette décision.

Après avoir déjà annoncé lundi 27 décembre diverses mesures, le gouvernement a décidé mercredi 29 la prolongation, de trois semaines en janvier, de la fermeture des discothèques en vigueur depuis le 10 décembre.

En revanche, le 30 décembre, la présidence sud-africaine a estimé avoir passé le pic de la quatrième vague. Ainsi, le couvre-feu de minuit a 4h a été levé et les établissements avec une licence pour vendre de l'alcool après 23h peuvent reprendre une activité normale. Les rassemblements restent toutefois limités et le port du masque reste obligatoire dans l'espace public. 
 

  • Rwanda
Le Rwanda a détecté six premiers cas du variant Omicron le 15 décembre. Le pays annonce de nouvelles restrictions ce même jour contre le Covid-19, comme la fermeture des boîtes de nuit et l'extension de la quarantaine pour les voyageurs internationaux. Celle-ci passe de un à trois jours.

Les vols en provenance et à destination d'Afrique du sud sont interdits depuis lundi 29 novembre. Le couvre-feu actuel de minuit à 04H00 est maintenu.
 
  • Zimbabwe
​​Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a imposé dès le 30 novembre, une quarantaine de dix jours à tous les arrivants dans le pays. Il instaure également la prolongation du couvre-feu en vigueur et l'obligation de présenter une preuve de vaccination pour se rendre dans les bars ou les clubs.
 
  • Afrique Australe
Depuis la découverte du variant Omicron, en Afrique du Sud, plusieurs pays ont fermé leurs frontières à l'Afrique australe. Parmi eux, notamment la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis ou encore les Philippines. 

Une décision qui a "profondément déçu" le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui estime qu'elle reflète une "discrimination" à l'égard de son pays et des pays voisins de l'Afrique du Sud. 

Le chef d'État est inquiet quant aux possibles répercussions de ces décisions, sur son pays : "elles ne font qu'endommager davantage nos économies et saper notre capacité à répondre et à nous remettre de la pandémie", précise-t-il.
 
Les décisions concernant le Covid doivent s'appuyer sur des faits scientifiques, pas sur de l'afrophobie
Lazarus Chakwera, président du Malawi
Le président du Malawi, Lazarus Chakwera, qui assure actuellement la présidence tournante de la SADC (qui regroupe seize pays d'Afrique australe), avait auparavant estimé que les restrictions "unilatérales de voyage imposées" à ces pays par l'Europe ou l'Amérique du Nord "n'ont pas lieu d'être".

Il estime même que ces décision reposent sur une forme "d'afrophobie".
 
  • Gabon 
Le Gabon interdit tous vols en provenance d'Afrique du Sud depuis le 29 novembre.
 
  • Côte d'Ivoire

La Banque africaine de développement  (BAD) a annoncé reporter l'Africa Investment Forum, qui devait se tenir du 1er au 3 décembre 2021, à Abidjan.  Par ailleurs, le ministère de la culture ivoirien a décidé le 30 décembre d'instituer la réalisation de tests antigéniques à l'entrée des lieux culturels et des grands rassemblements. 
 

Restrictions au Maghreb

  • Maroc

Le 24 décembre, le Maroc a prolongé jusqu'à fin janvier la fermeture de ses frontières aériennes, en vigueur depuis le 29 novembre, pour lutter contre la propagation du variant Omicron du Covid-19.

Le gouvernement marocain a décidé depuis le 13 décembre d'autoriser exceptionnellement les Marocains bloqués à l'étranger, à cause de la fermeture des frontières occasionnée par le variant Omicron, à retourner dans leur pays.

Les vols à destination et en provenance de la France sont suspendus depuis le 28 novembre à 23h59.

(Re)lire: Covid-19 : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec la France à partir du 26 novembre à minuit

Le royaume chérifien avait également décidé de suspendre les vols depuis et vers l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni à cause de l'évolution de la situation sanitaire dans ces trois pays. La suspension des vols avec la Russie, décidée début octobre, a cependant été levée.

Le Maroc avait décidé vendredi 26 novembre d'interdire l'accès de son territoire aux ressortissants des pays d'Afrique australe après la détection d'un nouveau variant du Covid-19 identifié pour la première fois en Afrique du Sud et potentiellement très contagieux, selon l'agence de presse officielle MAP.

Les restrictions en Asie

  • Inde et Népal
Plusieurs grandes villes indiennes, dont la capitale, imposent un couvre-feu nocturne et des restrictions aux rassemblements publics.  

Le Népal voisin, confronté également à une recrudescence des contaminations, a fermé les écoles jusqu'à fin janvier et envisage de limiter les rassemblements publics à 25 personnes.
 
  • Hong Kong
Les autorités annoncent qu'à partir du 16 janvier les passagers aériens en provenance de 153 pays ne pourront plus transiter par Hong Kong. Cette suspension, qui concerne tous les pays classés à "haut risque" sanitaire par les autorités hongkongaises, prendra effet dimanche pour une durée d'un mois. Elle vise à "contrôler la propagation du très contagieux variant Omicron du Covid-19", a indiqué l'aéroport sur son site internet.

Hong Kong interdit déjà l'accès à son territoire, depuis le 8 janvier, à tout passager ayant séjourné plus de deux heures au cours des 21 derniers jours dans huit pays (Australie, Canada, États-Unis, France, Inde, Pakistan, Philippines, Royaume-Uni).

Parmi les autres mesures annoncées depuis le 8 janvier figurent l'interdiction des événements publics de grande ampleur et la fermeture de 15 types de commerces, dont les bars, les boîtes de nuit, les salles de sport et les salons de beauté. Dîner à l'intérieur des restaurants sera interdit après 18h.
 
  • Chine

Un cas d'Omicron a été détecté à Pékin, ont annoncé samedi 15 janvier les autorités de la capitale chinoise où doivent s'ouvrir le 4 février les Jeux olympiques d'hiver.

Cette annonce intervient après que Zhuhai, près de Macao, a imposé des restrictions de déplacements, après la découverte de sept cas de contamination par le variant Omicron.

Des millions de Chinois ont reçu l'ordre de rester chez eux ces dernières semaines, des dizaines de vols intérieurs ont été annulés et des usines entières fermées.

Pékin est fermée depuis longtemps aux personnes originaires des régions du pays où des cas ont été signalés et demande à tous les arrivants de fournir des tests de Covid-19 récents.

Ces dernières semaines, ses habitants ont également été invités à ne pas quitter la ville pour les prochaines vacances de la Fête du printemps.

La Chine, avec sa politique de tolérance zéro qui voit des quartiers ou même des villes entières confinés dès l'apparition de quelques cas, a réussi jusqu'à présent à maintenir un taux très bas d'infection.

Des mesures de confinement très strictes ont été imposées dans les petites villes, où des millions de personnes doivent rester chez elles et se soumettre à des tests, tandis que les centres économiques comme Shanghai et Pékin testent des quartiers précis, dans le cadre d'efforts plus ciblés.

Mais l'apparition du très contagieux Omicron met cette politique à mal. Il a d'abord été détecté au port de Tianjin, relativement proche de Pékin, avant de toucher Anyang, ville du centre du pays.

Les autorités ont appelé les régions non encore touchées à "ne pas relâcher" leur vigilance et à "renforcer les contrôles".

 
  • Corée du Sud

Dès samedi 18 décembre, le pays a instauré des heures de fermeture obligatoire pour les cafés, restaurants, cinémas et autres lieux publics et les rassemblements privés doivent y être désormais limités à quatre personnes.

 
  • Japon
Le 11 janvier, les autorités japonaises ont annoncé que les restrictions interdisant l'entrée de la plupart des ressortissants étrangers sur son sol étaient prolongées jusqu'à la fin du mois de février.

Par ailleurs, le pays compte rouvrir des centres de vaccination de masse pour lutter contre le variant Omicron. Les restrictions sanitaires concernant les forces américaines dans le pays ont été encore renforcées, ont annoncé dimanche 9 janvier Washington et Tokyo, alors que nombre de responsables nippons font un lien entre les bases américaines et la recrudescence de la pandémie dans l'archipel.
 

Le personnel des bases américaines est cantonné sur ces sites à compter de lundi 10 janvier pour deux semaines, les sorties hors bases étant limitées aux "activités essentielles", selon un communiqué commun des forces américaines au Japon (USFJ) et du gouvernement nippon.

Les autorités ont demandé à partir du 1er décembre, aux compagnies aériennes de suspendre les nouvelles réservations à destination de son territoire pendant un mois.


L'annonce intervient alors qu'un deuxième cas du variant Omicron a été confirmé dans l'archipel, le même jour, chez un voyageur arrivé du Pérou la semaine précédente.

Ces mesures interviennent trois semaines après avoir assoupli certaines restrictions pour permettre l'entrée des voyageurs d'affaires, étudiants et stagiaires étrangers. Le premier ministre Fumio Kishida avait annoncé "interdire toutes les (nouvelles) entrées de ressortissants étrangers du monde entier à partir du mardi 30 novembre."

Les Japonais revenant de neuf États d'Afrique australe et de pays où des infections au nouveau variant - identifié pour la première fois en Afrique du Sud - ont été recensées devront, eux, se soumettre à "de strictes mesures d'isolement en fonction des risques".

  • Philippines

Les Philippines ont suspendu le 26 novembre les vols en provenance de pays où a été détecté le nouveau variant du coronavirus, identifié pour la première fois en Afrique du Sud. "La suspension temporaire des vols internationaux en provenance d'Afrique du Sud, du Botswana et d'autres pays présentant des cas locaux ou des probabilités d'apparition du variante B.1.1.529... prend effet immédiatement", a déclaré le porte-parole de la présidence Karlo Nograles dans un communiqué.

Les restrictions sont également renforcées dans la capitale Manille. Du 3 au 15 janvier, les restaurants, parcs, églises et salons de beauté pourront ouvrir mais avec des capacités d'accueil restreintes. Le gouvernement craint une "croissance exponentielle" de cas provoquée par le variant Omicron?.

> Covid-19 : que sait-on du variant Delta ?

> Coronavirus : "Le variant delta est en train de contaminer essentiellement des personnes non-vaccinées"

Les restrictions au Moyen-Orient 

 
  • Israël

Changement de stratégie face au variant Omicron. Malgré la flambée des cas, le pays allège les règlementations dans les établissements scolaires. Ils seront soumis désormais aux mêmes que celles des centres commerciaux. Par ailleurs, le temps des quarantaines est réduite, notamment pour les cas contacts vaccinés. 

Enfin, la priorité est mise sur les plus de 60 ans, les habitants immunodéprimés ou très fragiles : afin de pouvoir les isoler et les prendre en charge le plus rapidement possible, ils sont désormais prioritaires pour l’accès aux tests PCR, qu’ils soient vaccinés ou non. Les plus jeunes, eux, sont invités à faire un simple test antigénique, voire un auto-test.

Quelques jours auparavant, le pays avait déclaré lever les restrictions de voyage à l'étranger pour ses citoyens notamment à destination des Etats-Unis. Une annonce faite le 6 janvier par les autorités.

"Le ministère de la Santé recommande de retirer de la liste rouge tous les pays" vers lesquels il était interdit pour les Israéliens de voyager, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Israël avait annoncé, le 21 décembre dernier, avoir ajouté les États-Unis et plusieurs autres pays à sa liste rouge des pays vers lesquels il est interdit de voyager, afin de lutter contre la propagation du variant Omicron.

Une commission parlementaire a approuvé la proposition du ministère de la Santé d'interdire aux Israéliens de se rendre aux États-Unis mais aussi au Canada, en Allemagne, en Belgique, entre autres, a indiqué la porte-parole de la commission, Ronit Gal, dans un communiqué.

Le 28 novembre déjà, Israël avait interdit l'entrée des ressortissants étrangers sur son territoire dans l'espoir de ralentir la propagation du nouveau variant du coronavirus Omicron, dont un premier cas a été confirmé au pays.

"L'entrée des ressortissants étrangers en Israël est interdite sauf pour des cas approuvés par un comité spécial", a annoncé le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

Les citoyens israéliens vaccinés de retour de voyage devront présenter un test PCR et se mettre en quarantaine pendant trois jours, une mesure étendue à sept jours pour les non-vaccinés, a précisé le communiqué. Ces décisions viennent mettre un cran d'arrêt à la réouverture des frontières, le 1er novembre, aux touristes étrangers vaccinés.

Les règles sur les rassemblements ne seront pas changées en dehors de l'obligation de présenter un pass sanitaire pour les événements réunissant 50 personnes au lieu de 100 auparavant, ont précisé les autorités.

Le 21 décembre, le gouvernement a annoncé une future quatrième dose pour les plus de 60 ans et les soignants. 
 

  • Arabie Saoudite

L'Arabie saoudite a de nouveau imposé jeudi 30 décembre des mesures de distanciation physique à la Grande Mosquée de La Mecque, la ville la plus sainte de l'islam, en raison d'un rebond épidémique dans le royaume qui accueillait des millions de pèlerins avant la pandémie. 

Déjà en vigueur par le passé, cette mesure avait été levée en octobre à la faveur d'une baisse des infections au Covid-19. Mais le nombre quotidien de contaminations a été multiplié par plus de 20 depuis début décembre, avec 744 cas mercredi 29, dans le riche Etat pétrolier du Golfe.

"La décision d'appliquer de nouveau la distanciation physique jeudi (...) découle du souci de protéger la santé des fidèles", a indiqué l'agence de presse officielle SPA.

Des signaux de distanciation ont été placés dans l'enceinte de la Grande mosquée autour de la Kaaba, structure cubique recouverte de noire et vers laquelle les fidèles musulmans du monde se tournent pour prier.
 

Les restrictions en Amérique latine 

 
  • Brésil

Le gouvernement de Sao Paulo (sud), a annoncé le 30 novembre, la découverte de deux cas du nouveau variant Omicron. Il s'agit des premiers dans ce pays et en Amérique latine, chez des voyageurs en provenance d'Afrique du Sud.

L'agence brésilienne de surveillance sanitaire (Anvisa) avait recommandé vendredi 26 novembre la suspension des vols en provenance de six pays d'Afrique australe en raison du nouveau variant de Covid-19 apparu dans la région.

"Étant donné l'impact épidémiologique que le nouveau variant pourrait avoir sur la situation mondiale, nous recommandons, comme mesure préventive, la suspension immédiate de tous les vols en provenance d'Afrique du Sud, du Botswana, d'Eswatini, du Lesotho, de la Namibie et du Zimbabwe", a expliqué l'Anvisa dans un communiqué.

L'agence régulatrice a également recommandé "la suspension temporaire de l'autorisation de séjourner au Brésil pour des voyageurs étrangers passés par ces pays ces 14 derniers jours".

L'Anvisa préconise également que les Brésiliens revenant de ces pays soient placés en quarantaine. Le gouvernement du président Jair Bolsonaro doit à présent décider s'il tient compte ou non de ces recommandations. 

La ville de Rio de Janeiro ne célébrera pas le Nouvel An avec les habituelles festivités en raison de l'arrivée au Brésil du nouveau variant Omicron, ont annoncé le 4 décembre les autorités municipales.

Cette décision fait craindre une possible annulation du célèbre carnaval, qui devrait se dérouler du 25 février au 1er mars, déjà annulé l'an dernier en raison de l'épidémie de Covid-19.
 

  • Equateur 

L'Equateur a rendu la vaccination obligatoire dès l'âge de cinq ans, une première mondiale.
 

  • Mexique

À Mexico, la mairie a annulé les célébrations du Nouvel An.

Les restrictions en Océanie

  • Australie 

Après avoir détecté cinq cas du variant du coronavirus Omicron, chez des passagers en provenance d'Afrique australe, l'Australie a décidé de suspendre son projet de réouverture des frontières aux étudiants et aux travailleurs qualifiés, le 29 novembre. Le pays invoque des incertitudes qui entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant Omicron. 

Prévue pour le 1er décembre prochain, la réouverture devrait être reportée d'au moins deux semaines. 

Le Premier ministre, Scott Morrison, a qualifié ce report de "nécessaire et temporaire", fondé sur des recommandations médicales.
"La suspension temporaire permettra à l'Australie de recueillir les informations dont nous avons besoin pour mieux comprendre ce variant Omicron", a-t-il déclaré.