Info

Odile Renaud-Basso prend la tête de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)

<p>Odile Renaud-Basso, alors Directrice générale du Trésor, le 29 janvier 2020, pendant la conférence sur les défis de la transition écologique au ministère de l'Economie.</p>

<p> </p>

Odile Renaud-Basso, alors Directrice générale du Trésor, le 29 janvier 2020, pendant la conférence sur les défis de la transition écologique au ministère de l'Economie.

© Raphael Lafargue / ABACAPRESS.COM / Reuters

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a élu la Française Odile Renaud-Basso comme nouvelle dirigeante au cours de son assemblée générale qui se tenait les 7 et 8 octobre de manière virtuelle, pour cause de pandémie le coronavirus.

Actuelle Directrice générale du Trésor, Mme Renaud-Basso, 55 ans, est la première femme à occuper ce poste.

Elle faisait face dans cette course à l'ancien ministre des Finances italien, Pier Carlo Padoan. La Pologne avait aussi proposé le ministre des Finances Tadeusz Koscinski. En août dernier, à Brégançon, Emmanuel Macron et Angela Merkel avaient conclu un accord afin que l'Allemagne, plutôt favorable à l'Italien, soutienne la Française.

En 2016, elle avait également été la première femme à prendre les rênes de la direction du Trésor, une des principales directions du ministère de l'Economie et des Finances, souvent considérée comme le cerveau de Bercy. À ce titre, elle suit l’ensemble des dossiers économiques et financiers au plan national, européen et international ainsi que les questions commerciales et financières multilatérales et d’aide publique au développement.

Elle prendra ses fonctions plus tard dans l'année et prend la suite du britannique Suma Chakrabarti, qui avait démissionné en juillet après avoir dirigé la banque depuis 2012.

"Le conseil des gouverneurs de la BERD a élu la française Odile Renaud-Basso comme prochaine présidente", annonce la BERD dans un communiqué.

L'assemblée annuelle de l'organisation avait été reportée de mai à octobre à cause des mesures de confinement dues à la pandémie de nouveau coronavirus.

Le président par intérim Jurgen Rigterink, a félicité la nouvelle patronne de l'institution, estimant qu'elle apporterait une "énorme expérience internationale".
"Je sais que la Banque est dans de très bonnes mains au moment où nous abordons un nouveau chapitre de ses trente ans d'histoire réussie", ajoute-t'il.

La nouvelle présidente s'est dite "honorée", ajoutant avoir "hâte de travailler avec les actionnaires, la direction et les employés dans les mois à venir pour mettre en place la feuille de route ambitieuse qui vient d'être validée pendant l'assemblée générale annuelle".

Cette énarque passée par Sciences Po, diplômée de l'université américaine d'Harvard a passé une partie de sa carrière au Trésor mais a également été directrice de cabinet adjointe de Matignon à l'époque de Jean-Marc Ayrault, et directrice générale adjointe de la Caisse des dépôts.

Elle a occupé des postes clé au sein des instances européennes, Directrice générale des affaires économiques et financières à la Commission européenne de 2005 à 2010, puis, de 2010 à 2012, Directrice adjointe au cabinet du Président du conseil européen. Elle dirige actuellement le Club de Paris.

La BERD a eu six présidents depuis 1991 -- trois français, deux allemands et un britannique -- dont Jacques Attali, qui avait lancé l'idée au président François Mitterrand de créer cette banque. 

Basée à Londres, la BERD a été créée après la chute du mur de Berlin pour aider les ex-pays de l'Est dans leur transition vers l'économie de marché. Mais depuis la crise financière de 2007-2008, elle a fortement étendu ses activités, toujours en faveur du développement économique, mais aussi plus récemment de la lutte contre le réchauffement climatique.