Info

Orages: pluies record dans le Gard, une personne portée disparue

Un gendarme devant deux camions bloqués sur une route inondée à Codognan (Gard), le 14 septembre 2021
Un gendarme devant deux camions bloqués sur une route inondée à Codognan (Gard), le 14 septembre 2021
afp.com - Sylvain THOMAS
afp.com - Fabien NOVIAL, Patrick VALASSERIS
Une femme passe devant un étal de fruits et légumes dans une rue inondée à Codognan, dans le Gard, le 14 septembre 2021, à la suite de fortes pluies
Une femme passe devant un étal de fruits et légumes dans une rue inondée à Codognan, dans le Gard, le 14 septembre 2021, à la suite de fortes pluies
afp.com - Sylvain THOMAS
Un camion de pompiers circule sur une route inondée à la suite d'orages violents, à Aigues-Vives (Gard), le 14 septembre 2021
Un camion de pompiers circule sur une route inondée à la suite d'orages violents, à Aigues-Vives (Gard), le 14 septembre 2021
afp.com - Sylvain THOMAS

De violents orages et des pluies records ont frappé mardi le Gard, où une personne est portée disparue, et Météo-France continue à appeler à la prudence dans le secteur, avec de "forts orages" encore attendus mercredi.

"Une personne est portée disparue sur la commune d'Aimargues après une chute dans le cours d’eau le Rhôny", au sud-ouest de Nîmes, a indiqué la préfecture du Gard mardi soir dans son dernier communiqué.

Avant cette personne, deux autres avaient été temporairement portées disparues plus tôt dans la journée, à Aigues-Vives et Uchaud, deux localités proches de l'autoroute A9 reliant Nîmes à Montpellier. L'une "a été retrouvée", a précisé la préfecture en fin d'après-midi, en ajoutant que les recherches et témoignages sur la seconde personne recherchée conduisaient, "à ce stade, à écarter l'hypothèse de la disparition".

Jusqu'ici, aucune victime, excepté un "blessé léger" frappé par la foudre, n'a été officiellement signalée dans le département.

Venu à la rencontre des services de secours et des autorités sur place, mardi soir, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a mis en garde sur la suite des événements: "Nous sommes particulièrement vigilants dans l'Hérault et le Gard, où nous craignons d'autres épisodes de ce type dans les heures et jours qui viennent".

La situation "va à nouveau se dégrader dès cette nuit", avait confirmé la préfecture, en annonçant que les "établissements scolaires publics et privés resteront fermés mercredi".

Le Gard est repassé en vigilance orange aux orages, aux pluies-inondations et aux crues mercredi matin: "On attend de fortes intensités pluvieuses de l'ordre de 80 à 100mm en peu de temps localement pour l'Hérault et le Gard, 50 à 80mm pour l'Ardèche et la Drôme", note Météo France dans son bulletin de 6h00. L'organisme a placé au total huit départements en vigilance orange aux orages (Allier, Puy-de-Dôme, Cantal, Aveyron, Hérault, Gard, Ardèche et Drôme).

La vague orageuse qui a touché depuis le début de la journée une grande partie du sud de la France a été particulièrement active dans le Gard, où elle a touché une soixantaine de communes. Le département a été placé en vigilance rouge entre 11h30 et 14h00, et notamment autour de Nîmes, où la toiture d'un centre commercial s'est partiellement effondrée.

- "L'impression d'une vague" -

Le ministre de l'Intérieur a décrit "des circonstances très exceptionnelles, très concentrées et très peu prévisibles".

"Rien ne laissait présager un événement d'une telle ampleur", avait confirmé dans l'après-midi Marc Pontaud, expert de Météo-France: "244 mm en trois heures à Saint-Dionisy, c'est quelque chose d'exceptionnel", a-t-il insisté, rappelant que le record absolu dans le Gard était jusque-là de 216,4 mm à Saint-Martial le 19 septembre 2020.

Dans le village d'Aubord, beaucoup de rez-de-chaussée ont été inondés, mais sans dégât important, a témoigné le maire André Brundu auprès de l'AFP: "Heureusement on a quand même quelque part dans notre malheur la chance d'avoir deux gros bassins de rétention qui ont joué leur rôle, c'est près de 460.000 m3 d'eau qui ont été retenus".

"C'est monté d'un coup", a constaté l'épicière du village, Christelle Plagnes: "On a eu l'impression d'avoir une vague qui rentrait, c'était très impressionnant".

C'est surtout au niveau des transports que les perturbations ont été les plus fortes et les images les plus impressionnantes.

Alors que de nombreuses routes et ponts ont été coupés, l'autoroute A9, axe majeur reliant la vallée du Rhône, la région marseillaise et l'Italie à l'Espagne, a été fermée plusieurs heures. Sur cette autoroute, "environ 30 personnes ont été mises en sécurité par des moyens aériens et terrestre", ont précisé les pompiers, qui ont procédé au total à 60 hélitreuillages et 450 interventions de mise en sécurité.

Vers 20h00, l'autoroute était rouverte dans les deux sens, a précisé Vinci, mais pas sur toutes les voies, des opérations de nettoyage et des travaux étant encore en cours.

"Un autre phénomène est en train de démarrer en Midi-Pyrénées, où une centaine de millimètres en trois heures sont attendus", a averti Marc Pontaud, selon qui des précipitations vont à nouveau concerner le Languedoc en deuxième partie de nuit: "A priori, on exclut un scénario du pire pour le moment", a-t-il cependant rassuré.

Chargement du lecteur...