Info

Paris SG: retour au terrain, pour oublier les soucis

L'entraîneur du Paris-SG, Thoms Tuchel (c), avec ses joueurs pour un entraînement, au Camp des Loges, le 5 novembre 2018
L'entraîneur du Paris-SG, Thoms Tuchel (c), avec ses joueurs pour un entraînement, au Camp des Loges, le 5 novembre 2018
afp.com - FRANCK FIFE
dans

Il a plus été question de contrats et de discrimination que de football cette semaine au Paris SG, toujours au coeur des révélations des "Football Leaks". Dans ce contexte explosif, le leader de la Ligue 1 retrouve les terrains dimanche (21h00) contre des Monégasques moribonds.

Le directeur général délégué du PSG Jean-Claude Blanc a sans doute fait plus d'interviews en une semaine que Neymar depuis qu'il est arrivé au PSG à l'été 2017. Le dirigeant a successivement dû déminer deux salves de révélations d'un consortium de médias européens, dont Mediapart et Envoyé Spécial en France.

Les "Football Leaks" se sont successivement intéressés au fair-play financier que le PSG est accusé de dribbler avec l'aide de l'UEFA - "Il n'y a aucun accord secret, tout a été fait dans la transparence", a rétorqué Blanc à l'AFP - puis à une sombre affaire de fichage ethnique au sein d'une cellule de recrutement du centre de formation parisien.

"La décision ou les actes d'une poignée de personnes ne peuvent pas remettre en cause un engagement de long terme", répond le dirigeant, pointant une "initiative personnelle" du responsable de la cellule, Marc Westerloppe, qui a quitté Paris pour Rennes en début d'année 2018.

Entre temps, Mediapart s'est penché sur les contrats des deux joueurs les plus chers de l'histoire, Kylian Mbappé mercredi, et Neymar vendredi soir. Ce dernier touchant un salaire net d'impôts de 30 millions d'euros, soit un coût total de 54,7 millions d'euros par an pour le PSG, charges et impôts compris, selon Mediapart qui chiffre par ailleurs le coût total du transfert du Brésilien à 252 millions d'euros.

De quoi alimenter la paranoïa de supporters parisiens prompts à voir des cabales contre leur club de coeur - "nous sommes beaucoup attaqués en ce moment", estime aussi Jean-Claude Blanc -, d'autant que c'est une sacrée loi des séries que connaît le club de la capitale.

- "Pas un sujet" -

La saison n'a commencé que depuis trois mois, mais il a aussi eu à gérer une affaire de soupçons de match truqué par son adversaire en Ligue des champions, l'Etoile rouge de Belgrade - la justice française enquête sur ces soupçons, le PSG s'est porté partie civile -, ainsi que des faits de violences en marge de cette rencontre. Ce qui a donné lieu à une enquête de l'UEFA et à la résiliation de quelques dizaines d'abonnements de supporters du club.

Interrogé sur le climat pesant, l'entraîneur parisien a botté en touche samedi face à la presse. "C'est pas un sujet avec l'équipe, pas un sujet avec mon staff", a assuré Thomas Tuchel. "Vous devez demander aux joueurs s'ils sont perturbés", pas à moi, s'est-il agacé après plusieurs relances.

Et le foot dans tout ça ? Pas trop de soucis sur ce plan: le PSG a fait match nul à Naples (1-1) et garde intactes ses chances de qualifications pour les huitièmes de Ligue des champions. Et il n'a toujours pas laissé filer le moindre point en 12 journées de championnat.

A priori, ce sera à nouveau le cas dimanche. Difficile en effet d'imaginer Monaco, sans victoire depuis la première journée de championnat, rossé 4-0 par le modeste Club Bruges mardi et déjà éliminé de la Ligue des champions, mettre un terme à l'épatante série du PSG de Thomas Tuchel.

Les Monégasques ont eux aussi eu leur lot d'histoires extra-sportives: les Football Leaks ne les ont pas épargnés et leur propriétaire et président, le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, est en pleine tourmente judiciaire.

Il a en effet été inculpé mercredi à Monaco, comme trois autres personnes, dans le cadre de la retentissante affaire d'escroquerie présumée qui l'oppose à son ancien marchand d'art suisse Yves Bouvier. Le Russe, placé en garde à vue mardi, avait même passé la nuit dans les locaux de la police.

Pas idéal pour les débuts de Thierry Henry, champion du monde 1998 qui "commence dans le dur" sur le banc de Monaco, a observé le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps, qui a lui aussi débuté sa carrière d'entraîneur en Principauté.

Pour cette confrontation entre les deux derniers champions de France, Henry aura en tout cas face à lui Kylian Mbappé, ex-joueur de l'ASM, champion du monde 2018 et fréquemment comparé à "Titi" par sa précocité autant que par son style de jeu. Enfin une opportunité de parler football...