Info

Pass vaccinal, pass sanitaire… les stratégies divergent en Afrique

Depuis le 22 décembre, les Tunisiens doivent prouver qu'ils ont été vacciné contre le Covid-19 pour accéder à de nombreux lieux. La mesure fait l'objet d'une forte contestation.
Depuis le 22 décembre, les Tunisiens doivent prouver qu'ils ont été vacciné contre le Covid-19 pour accéder à de nombreux lieux. La mesure fait l'objet d'une forte contestation.
Hassene Dridi/AP

Pass sanitaire, pass vaccinal, ces termes font débat dans de nombreux pays dans le monde. La Tunisie a fait le choix de restreindre l'accès a de nombreux lieux aux personnes vaccinées contre le Covid-19. Une stratégie qui fait débat, alors que le continent africain peine a vacciner sa population. Est-elle le seul pays du continent à avoir mis en place le pass vaccinal ?  Tour d’horizon.

Depuis le 22 décembre, il est indispensable pour prendre les transports, se rendre dans les administrations et même aller au travail. La Tunisie est en avance sur de nombreux pays, en instaurant le pass vaccinal.

Ce dispositif permet de restreindre l'accès à certains endroits aux seules personnes vaccinées ou guéries du Covid-19. Il est donc plus restrictif que le pass sanitaire, qui lui donne accès à ces lieux aux personnes vaccinées, guéries du Covid-19 ou ayant un test négatif récent.

Une mesure qui fait débat

De nombreuses ONG ont dénoncé la mise en place du pass vaccinal tunisien. Amnesty International estime que le décret mettant en place ce pass viole "les droits au travail et à la liberté de mouvement comme garanti par le droit international."

Par ailleurs, les Tunisiens ne respectant pas cette obligation s’exposent à des sanctions, considérées comme "excessivement sévères" par Amnesty International. Par ailleurs, le quotidien français Libération rapporte que la plateforme chargée de fournir le document aux Tunisiens a été victime de plusieurs dysfonctionnements, augmentant la difficulté de se procurer le précieux sésame. 

Une mesure pour contrer la flambée épidémique provoquée par le variant Omicron

Samedi 25 décembre, l’Algérie a pris la décision d’accélérer la mise en place de son pass vaccinal. L’accès aux stades, salles de sports, centres de conférences, lieux culturels y est notamment conditionné. Mais est-ce que tous les pays africains ont un système de pass vaccinal ?

La progression du variant Omicron sur le continent justifie le recours au pass vaccinal par de nombreux pays. En Algérie, le gouvernement a annoncé samedi 25 décembre que la mesure allait être progressivement mise en place. Le pass vaccinal devient donc nécessaire pour se rendre dans les cinémas, salles de sports ou musées algériens. 

Chargement du lecteur...

Le ministère de la santé du Kenya avait annoncé qu’à partir du 21 décembre, le pass vaccinal deviendrait indispensable pour accéder aux espaces publics. Les transports en commun et les bâtiments officiels, ainsi que les espaces publics tels que les parcs ou réserves animalières, mais aussi les bars, restaurants et hôtels, sont concernés par cette mesure. Cette décision est intervenue alors que le nombre de cas positifs augmente de plus en plus dans le pays. Alors que le taux de positivité était de 1% début décembre, il était de 29,7% le 22 décembre, comptabilise l'AFP. 

Comme en Tunisie, la mise en place de ces contraintes avait suscité l’indignation des ONG. Par ailleurs, seule 7,5% de la population Kenyane est vaccinée, selon le recensement établi par l’université Johns Hopkins. Le Rwanda, quant à lui, a interdit l’accès aux transports publics aux personnes non-vaccinées le 20 décembre, pour trois semaines. 

Pass vaccinal ou pass sanitaire ? 

Si le pass vaccinal semble avoir le vent en poupe, d'autres pays africains misent sur une stratégie un peu moins restrictive : le pass sanitaire. C’est le cas par exemple du Togo. 

Le 12 novembre, le pass sanitaire togolais a été élargi au secteur culturel, que ce soit pour participer à une activité culturelle ou pour les professionnels du spectacle, selon un communiqué publié par le ministère de la culture togolais. Il est également devenu nécessaire pour accéder aux hôtels et aux bars et restaurants.

Chargement du lecteur...

Au Gabon, la mise en place du pass sanitaire a fait l’objet d’un conflit entre le gouvernement et la société civile. Le gouvernement souhaitait le mettre en place le 15 décembre, mais la Cour constitutionnelle, saisie par des militants, avait annulé l’arrêté le 24 décembre. Mais cela n’a pas arrêté le gouvernement, qui, le lendemain, a republié un arrêté identique. Ce pass est demandé pour accéder aux banques, aux lieux publics, mais aussi pour se rendre au travail. 

D’autres pays où rien n’est mis en place

Cependant, l’Afrique reste le continent avec le plus faible taux de vaccination contre le Covid-19 au monde. La plupart des pays du continent ont vacciné moins de 2% de la population. Cette faible couverture vaccinale fait que la mise en place d’un pass vaccinal peut difficilement être justifiée. 

En comparaison des autres régions du monde, l'Afrique accuse un retard notable dans sa campagne de vaccination. A l'échelle du continent, le Maroc est le pays le plus avancé.
En comparaison des autres régions du monde, l'Afrique accuse un retard notable dans sa campagne de vaccination. A l'échelle du continent, le Maroc est le pays le plus avancé.
Infographie TV5MONDE

En République Démocratique du Congo par exemple, il n’existe aucun contrôle de pass vaccinal ou sanitaire. Même chose en Éthiopie, et dans de nombreux pays d’Afrique Subsaharienne, où les taux de vacination sont les plus faibles au monde.