Info

Pierre Liscia, Les Républicains : "Je reproche à Laurent Wauquiez sa brutalité"

Chargement du lecteur...
© TV5Monde

Conseiller municipal Les Républicains à Paris, Pierre Liscia était porte-parole de Florence Portelli, candidate perdante à la présidence de Les Républicains (LR) face à Laurent Wauquiez. Sur le plateau de TV5MONDE, il revient sur les divisions actuelles au sein de la droite française et dénonce les méthodes "brutales" du nouveau chef LR.

dans
  • "Je partage complètement la vision de Valérie Pécresse qui a dit (au conseil national de Les Républicains samedi 27 janvier 2018) qu'il y avait deux droites (...) Je pense que la droite est plurielle, multiple."
 
  • "Il y une droite qui est un peu plus conservatrice, une autre un peu plus progressiste. Je crois même que Laurent Wauquiez l'admet lui-même quand il dit, en réponse à Valérie Pécresse, qu'il n'y a qu'un seul parti, une seule droite, mais derrière il rajoute, ceux qui ne sont pas d'accord avec moi sont libres de prendre la porte. Ce qui prouve bien qu'il peut y avoir des divisions (...)."
Laurent Wauquiez, président du parti français Les Républicains arrive à une réunion des dirigeants du Parti populaire européen (PPE) en vue du sommet de l'UE à Bruxelles, jeudi 14 décembre 2017 © AP Photo/Geert Vanden Wijngaert
Laurent Wauquiez, président du parti français Les Républicains arrive à une réunion des dirigeants du Parti populaire européen (PPE) en vue du sommet de l'UE à Bruxelles, jeudi 14 décembre 2017 © AP Photo/Geert Vanden Wijngaert
 
  • "Sa légitimité est incontestable (en référence à Laurent Wauquiez, élu à 74,64 % à la présidence LR, ndlr) mais je lui reproche la brutalité. Je trouve que la manière qu'il a eu d'organiser le parti, de composer les instances, il y a une brutalité que l'on a jamais vue (...) sous aucun autre président de la droite (...) qui consiste à ne faire du parti qu'un parti monocolore."
 
  • "La démarche initiée par Valérie Pécresse est, à mon sens, la bonne puisqu'elle vise à rassembler, à faire la synthèse de cette droite qui est diverse (...)."