Info

Plusieurs Palestiniens tués dans une frappe israélienne à Gaza

L'armée israélienne déploie ses chars près de la frontière avec la bande de Gaza.
L'armée israélienne déploie ses chars près de la frontière avec la bande de Gaza.
(Capture d'écran)

Huit Palestiniens ont été tués dans une nouvelle frappe israélienne sur Gaza, ce mercredi 13 novembre. Ces frappes visent toujours le groupe armé Jihad Islamique, dont le haut commandant et un combattant ont été tués.

Le ministère de la Santé de Gaza, enclave contrôlée par le Hamas, a annoncé la mort de huit Palestiniens ce mercredi matin, dans des frappes israéliennes , après de nouveaux tirs de roquettes sur Israël.

Ces huit décès portent à 18 le nombre de Palestiniens tués depuis mardi dans des opérations israéliennes visant le groupe armé Jihad islamique, en incluant un haut commandant de l'organisation, et son épouse, tués dans une opération ciblée. Ces frappes ont également fait une quarantaine de blessés dans la bande de Gaza.

Le Jihad islamique a d'ailleurs indiqué qu'un des hommes tués mercredi par les forces israéliennes, Khaled Fawwaj, était l'un de ses combattants. 

L'aviation israélienne a bombardé mercredi matin des positions du Jihad islamique mercredi après de nouveaux tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.
Les forces armées israéliennes ont également déployés leurs chars d'assaut près de la frontière avec la bande de Gaza, ce mercredi matin.

Dans les villes israéliennes de Netivot et Ashkelon les habitants se sont réveillés au son des sirènes d'alerte déclenchées pour prévenir la population locale lors de tirs de roquettes, selon les rapports initiaux de l'armée. 

L'armée a fait état de tirs effectifs depuis Gaza et a indiqué dans la foulée que son aviation avait bombardé et touché une unité du Jihad islamique qui avait lancé des roquettes.

L'armée israélienne avait mené mardi matin une opération ciblée à Gaza contre un haut commandant du Jihad islamique, Baha Abou al-Ata, 42 ans, et son épouse Asma

Depuis mardi, au moins 220 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël, sans toutefois faire de mort, selon le dernier bilan de l'armée israélienne qui a dit avoir intercepté 90% de ces projectiles.

Agé de 41 ans et père de cinq enfants, Baha Abou Al-Ata avait rejoint les rangs du groupe palestinien dans les années 1990 et était son commandant pour le Nord de Gaza. 
Des résidents ont rapporté qu'une explosion avait frappé le domicile d'Abou al-Ata dans le district de Chajaïya à l'est de la ville de Gaza. Et les mosquées locales ont annoncé sa mort.

"Il était responsable de plusieurs attaques terroristes, de tirs de roquettes sur l'Etat d'Israël ces derniers mois et avait l'intention de perpétrer des attaques imminentes", a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.