Info

Pourquoi les jeunes Belges marchent-ils pour le climat ?

Chargement du lecteur...
TV5MONDE • L. BUREAU / A. LEFEBVRE | AP PHOTO • G. VANDEN WIJNGAERT

Collégiens, lycéens et étudiants belges appellent à manifester pour le climat tous les jeudis. Ils étaient 35 000 dans les rues le 24 janvier 2019. La mobilisation doit se poursuivre ce jeudi 31 janvier. Pourquoi ces jeunes descendent dans la rue ? Témoignages. 

Tout commence le 2 décembre 2018. Rise for Climate, la coalition Climat, organise une grande marche à Bruxelles à l'ouverture de la COP24 en Pologne. Plus de 70000 Belges y participent et pourtant le sommet est boudé par le Premier ministre, comme par de nombreux autres chefs d'Etats.

Et quand la ministre belge de l'énergie s'y rend, c'est un jet privé qu'elle emprunte. Incompréhensible pour les jeunes venus manifester avec leurs parents comme Louise Vanden Abeele : "Cela a créé un déclic : si une telle mobilisation ne parvient pas à changer la mentalité des politiques, on s'est dit n'est-il pas temps que, nous aussi, on s'y mette ?"

Le témoignage de Louise Vanden Abeele sur les motivations de la jeunesse belge :
Chargement du lecteur...
Pour Louise Vanden Abeele, lycéenne belge, le déclic des jeunes Belges a eu lieu au moment de la COP24. ©TV5MONDE
Depuis le 10 janvier 2019, le mot d'ordre est donc lancé : chaque jeudi, collégiens, lycéens et étudiants sont appelés à se rassembler dans les rues pour demander à la classe politique de se mobiliser pour la planète. Ils étaient 3000 la première semaine, 10000 la deuxième, pour atteindre 35000 le 24 janvier.

La FEF (Fédération des Etudiants Francophones), le principal syndicat étudiant de Belgique francophone avec 150 000 adhérents, a d'ailleurs battu le rappel elle aussi. Le problème climatique n'est pas dans les questions défendues habituellement par le syndicat mais son président Maxime Michiels assume : "Quand 35000 jeunes sont dans la rue pour défendre une question, si on ne les soutenait pas, on serait très loin de notre rôle."

Maxime Michiels, président de la FEF :
Chargement du lecteur...
Maxime Michiels, président de la Fédération des Etudiants Francophones de Belgique, appelle les étudiants à rejoindre le mouvement lancé par les collégiens et les lycéens. ©TV5MONDE
Les jeunes inexpérimentés dans ce type de mouvement d'ampleur trouvent du soutien également chez les grandes organisations non gouvernementales. Ainsi Greenpeace Belgium reconnaît apporter un soutien logistique.

"Quand ils nous le demandent, on leur prête des salles de réunions ou notre atelier de banderoles", explique Karen Naessens, bénévole de Rise4Climate et coordinatrice mobilisation et bénévoles de Greenpeace Belgique. "On les met en contact avec d'autres associations, on organise des directs sur les différentes pages Facebook de Greenpeace en Europe, mais ils doivent rester autonomes. On ne veut pas récupérer leur mouvement."

L'habituée des mobilisations est elle-même surprise par l'ampleur du mouvement d'une jeunesse qui sèche les cours alors que l'administration belge est très stricte sur l'assiduité.

Mais pour cela l'inventivité est de mise. "On organise une grève tournante", raconte Louise. "Seuls quelques élèves de chaque classe vont manifester, ainsi à la fin chacun n'aura manqué l'école que deux ou trois fois ! Et puis dans certains établissements, quand la direction partage les inquiétudes climatiques, elle ferme un peu les yeux".


Mais comment expliquer le succès de cette mobilisation ?


On peut distinguer deux raisons essentielles.
La première c'est l'engouement suscité par la jeune Suédoise Greta Thunberg, nouvelle égérie de la jeunesse mondiale depuis qu'elle a donné la leçon aux grands de ce monde pendant la COP24 en Pologne, et encore cette semaine au forum économique de Davos en Suisse.
 

L'adolescente de 16 ans exerce une grève hebdomadaire tous les vendredis depuis la rentrée scolaire et appelle sur les réseaux sociaux les jeunes du monde entier à suivre son exemple avec les mots-dièse #schoolstrike4climate (Grève des écoles pour le Climat, en français) #FridaysForFuture (Vendredis pour le futur, en français).

Un appel entendu en Belgique donc, mais aussi en Allemagne, en Australie, et peut-être même bientôt en France où un collectif se lance et appelle à manifester dès le vendredi 1er février.

 


Une grande grève internationale est aussi attendue le 15 mars.

La seconde raison du succès de la mobilisation belge tient au contexte politique spécifique du pays qui fait figure de mauvais élève sur le plan du climat au niveau européen.

Les discordes entre partis flamands et wallons ont retardé à fin 2018 l'adoption d'un plan climat attendu depuis plusieurs années, un plan jugé pas assez ambitieux par les observateurs. Ainsi d'ici à 2030 la Belgique doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35 % (pour le secteur des transports, de l’agriculture et du logement), alors que nombre de pays européens revoient leurs propres ambitions à la hausse jusqu'à proposer des réductions de 55%.

​Et ce n'est pas un hasard si ce mouvement en faveur du climat de la jeunesse belge est parti de Flandres. Le parti nationaliste flamand, la N-VA, qui faisait partie de la coalition gouvernementale jusqu'en décembre dernier, soutient les industries et a notamment bloqué deux directives européennes en faveur de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables.
 

Chaque parti doit mettre le climat en priorité de ses projets.
Adelaïde Charlier, lycéenne

Les jeunes ne se retrouvent pas dans les paroles ou les actes de leurs dirigeants et ils entendent donc le faire savoir. Car s'ils ne prétendent pas apporter des solutions eux-mêmes, ils estiment que les adultes qui les dirigent doivent adopter une nouvelle politique pour protéger leur avenir. "On demande aux politiciens de collaborer avec les scientifiques, rappelle Adelaïde Charlier, jeune lycéenne mobilisée. Chaque parti doit mettre le climat en priorité de ses projets."

Le témoignage d'Adelaïde Charlier sur les revendications du mouvement :

Chargement du lecteur...
Adelaïde Charlier, lycéenne belge : "On aimerait que chaque parti politique mette le climat au centre de son projet politique" ©TV5MONDE


Ils n'ont pas encore le droit de voter alors ils annoncent déjà qu'ils feront entendre leur voix chaque jeudi jusqu'aux élections fédérales et européennes du 26 mai prochain.

Mais avant cela un autre grand rassemblement national, et pas seulement étudiant, était prévu. Plus de 70000 Belges de tous âges ont défilé à Bruxelles ce dimanche 27 janvier, imités par leurs voisins français à Paris et dans plusieurs grandes villes du pays.


La journée du dimanche 27 janvier en France et en Belgique en images : 

Chargement du lecteur...
Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté en France et en Belgique contre l'inaction des États et des sociétés face au changement climatique. © TV5MONDE / Commentaire : L. Bureau, Montage : A. Lefebvre