Info

Premier league : formation obligatoire sur le consentement sexuel pour les joueurs de football

Erling Haaland de Manchester City dirige le ballon de la tête pendant le match de football de la Premier League anglaise entre West Ham United et Manchester City au London Stadium à Londres, Angleterre, dimanche 7 août 2022.
Erling Haaland de Manchester City dirige le ballon de la tête pendant le match de football de la Premier League anglaise entre West Ham United et Manchester City au London Stadium à Londres, Angleterre, dimanche 7 août 2022.
© Dave Thompson/ AP

Le championnat anglais de football, la Premier League, va obliger chaque joueur à suivre une formation au consentement sexuel. L’initiative inspire également la France.

Les accusations  de viol et d’agression sexuelle dans le football s'enchaînent. Ce mercredi 10 août, encore, s'ouvrait le procès du joueur français anciennement de Manchester City, Benjamin Mendy. Il est accusé par huit femmes de viol. Son procès s'ouvre deux jours après celui du Gallois et ancienne star de Manchester United, Ryan Giggs, 48 ans, accusé de violences conjugales.          

À (re)lire : Accusé de viols, Benjamin Mendy au tribunal pour plus de trois mois de procès

Face à ce constat, le championnat anglais de football de Premier League vient d’annoncer l’ouverture de sessions de formations obligatoires au consentement sexuel aux joueurs de Premier League, rapporte le quotidien britannique The Telegraph. 

Cette décision fait suite à la demande portée par la coalition d'individus et d'organisations basée au Royaume-uni, End Violence Against Women (EVAW) (En finir avec les violences faites aux femmes, en français).

Lettre ouverte de plusieurs associations britanniques

Avec les mouvements féministes et antiracistes, The Three Hijabis et Level Up, EVAW avait écrit une lettre ouverte aux PDG de la Premier League et de la Football Association en février dernier.

La transformation de la culture du football aura un impact systémique sur la société dans son ensemble.

Exrtrait de la lettre ouverte de End Violence Against Women (EVAW) à la Premier League

"Il est temps pour le football de se battre contre sa culture de la violence sexiste", titrait la lettre. Dans celle-ci, les organisations féministe demandaient aux responsables de la compétiton de prendre des mesures concrètes contre le fléau. 

Plusieurs arrestations et inculpation de joueurs de football de premier plan et la signature d'un violeur connu avaient poussé les associations à passer à l’action, rapporte le site de EVAW."Ce problème ne concerne pas seulement les joueurs individuels. Il concerne aussi l'industrie qui les soutient, les clubs pour lesquels ils jouent, les ligues dans lesquelles ils concourent et les académies qui les forment”, peut-on lire dans la lettre ouverte.

Les associations pointent du doigt l’influence du comportement des joueurs sur le terrain et en dehors. "La transformation de la culture du football aura un impact sistémique sur la société dans son ensemble."

À (re)voir : C comme consentement sexuel avec Catherine Le Magueresse

Une initiative inspirante pour la France

En France, l’association Femme et libre évoque la possibilité de faire la même chose avec la version française de la compétition, la Ligue 1. C’est ce que partage Yael Mellul, présidente de l’association Femme et libre pour RMC Sport.
 
"Former les sportifs à la question a déjà été fait aux Etats-Unis. Ce n’est pas du tout systématique mais il faut le globaliser", rappelle-t-elle. "On a beaucoup entendu parler de jeunes femmes victimes de viols par leurs entraîneurs."

L'iniative traduit d'une avancée pour le football. Mais dans le même temps, l'organisation du mondial de football 2022 au Qatar fait débat. Le pays est loin d'être un exemple en terme de droits humains. 

À (re)lire : Le boycott de Philipp Lahm du Qatar va-t-il réveiller le monde du football sur la question des droits humains ?